Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 06:13

Un article de Numnual Yapparat

Lien de l'article:

http://uglytruththailand.wordpress.com/2014/03/27/the-politics-of-superstition/


J'ai constaté qu'en Thaïlande, les voyants jouent un rôle important pour un certain nombre de questions, telles que la vie de famille ou même la politique. Quand je faisais des études, une de mes camarades de classe, qui venait de donner naissance, nous a dit qu'elle avait choisi d'avoir une césarienne afin de pouvoir choisir le moment propice pour la naissance de son bébé. Par conséquent, l'avenir de l'enfant serait rempli de bonne prospérité. C'était une fille de la classe moyenne venant d'une famille bien éduquée. J'étais perplexe et me demandais pourquoi ces gens étaient si superstitieux.
Un exemple effrayant de la superstition est un chauffeur de car qui boit une canette de bière avant de partir. Lorsque son assistant exprime sa préoccupation, le chauffeur lui réplique que tout va bien se passer parce qu'il a beaucoup d'amulettes de moines sacrés en face de son siège !
A Bangkok, beaucoup de bâtiments bureaucratiques modernes ont des maisons des esprits où les employés peuvent confier leurs espoirs ou leurs  problèmes. La gestion bureaucrate offre régulièrement des bouteilles de Coca-Cola chaud aux esprits pour qu'ils puissent boire, mais il semble que seules les fourmis en profitent. Les ministres nouvellement nommés doivent adorer les esprits avant d'entrer dans le bâtiment du ministère. Ils placent une tête de cochon et des bâtons d'encens devant les maisons des esprits en priant pour qu'ils puissent s'enrichir avant d'être révoqués.
Chaque année, nous avons la cérémonie de labourage où des bœufs sont censés prédire les précipitations au cours des prochains mois ainsi que la qualité de la récolte à venir. Donc, il n'est évidemment pas nécessaire, pour la science agricole moderne, de maximiser la production agricole. La classe dirigeante thaïlandaise semble penser que les bœufs sont plus intelligents que les humains.
Pourquoi la société thaïlandaise croit toujours en ce charabia? Qui bénéficie de cette superstition?
Il est compréhensible que des gens qui vivent dans une société d'insécurité où les gouvernements ne donnent aucune garantie du tout quant à l'avenir des citoyens, trouvent un confort dans ce genre de chose pour faire face à cette insécurité. La superstition comble cette lacune. Karl Marx a expliqué que la superstition religieuse était "un cœur dans un monde sans cœur". Ce n'est pas que les pauvres soient peu éduqués, ignorants ou stupide, voire inexistants. Il s'agit plutôt d'un signe de désespoir. Dans les pays avancés, le nombre de personnes qui croient en la religion est en baisse constante. La seule exception est les Etats-Unis où il n'y a pas d'état providence. En Europe occidentale, il y a des états providences qui assurent la sécurité nécessaire aux citoyens.
La superstition en Thaïlande est un excellent outil pour la classe dirigeante. Les gens qui croient en ce charabia sont moins susceptibles de remettre en question les inégalités ou les injustices auxquelles ils sont confrontés dans leur vie quotidienne. S'ils souffrent, ils peuvent toujours blâmer le destin ou le "karma" plutôt que de s'en prendre au pouvoir. La superstition renforce "l'ordre naturel" dans la société. Les élites et les classes moyennes ont aussi besoin de croire en cela et c'est pourquoi elles sont extrêmement superstitieuses elles-mêmes.
Existe-t-il des groupes qui contestent cette idéologie superstitieuse? Au cour du passé, seule la gauche a contesté ces superstitions. Le Parti Communiste de Thaïlande prônait une pensée scientifique. Kularp Saipradit, écrivant sous le nom de plume "Si Burapa", était un célèbre intellectuel de gauche d'après la Seconde Guerre mondiale. Il a écrit le roman "Lare Bai Kang Na" (Pour l'avenir) qui critiquait l'ancien ordre de la monarchie absolue imprégné de superstitions. Dans " Lare Bai Kang Na " une des dames de l'élite prétend que dans l'ordre naturel des choses, les serfs ne peuvent pas avoir de médecins contrairement à leurs maîtres. Kularp pose alors la question "qui a inventé ces coutumes?" Kularp critique également les villageois qui croyaient que les fantômes étaient la cause de la maladie. Il plaidait pour une pensée scientifique dans une nouvelle Thaïlande.
La force de la superstition et du charabia dans la société thaïlandaise est un symptôme de la faiblesse de la gauche et de l'inégalité généralisée entre les riches et les pauvres. C'est aussi le symptôme d'un manque de démocratie.
 

Numnual Yapparat

Numnual Yapparat

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires