Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 18:15

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien de l'article:

http://uglytruththailand.wordpress.com/2014/05/11/the-udd-red-shirts-leadership-isnt-up-to-the-job-of-defending-democracy/


Une chose que la crise politique thaïlandaise a prouvée au cours de ces 8 dernières années, c'est qu'être dans le gouvernement ne veut pas dire contrôler l'état. Depuis l'époque de Marx et Engels, les marxistes ont fait valoir que l'État se compose de beaucoup plus d’organismes que simplement le gouvernement. Il y a les "corps d'hommes armés", les tribunaux, les prisons, les hauts fonctionnaires et les directeurs des grandes entreprises de l'élite. L'Etat est le titre officieux, non reconnu, du comité de gestion des affaires de l'ensemble de la classe dirigeante capitaliste. Sa prétention d'être neutre et respectueux de la loi est un mécanisme afin de gagner une légitimité auprès de la population. Il y aura des divergences d'opinion au sein de l'Etat. Mais son objectif global est de contrôler, d'opprimer et de régner sur les autres classes. En Thaïlande sa fonction est de régner sur les gens ordinaires et les agriculteurs qui constituent la majorité de la population. Il n'a pas encore fait face à la puissance de la classe ouvrière organisée comme en Europe ou en Egypte. L'Etat thaïlandais a encore à faire de sérieuses concessions à la démocratie.
Au cours des 8 dernières années de la crise thaïlandaise, l'Etat thaïlandais a montré son vrai visage qui est contre la démocratie et l'idée d'un suffrage universel libre. Nous avons eu un coup d'Etat de l'armée et trois coups judiciaires. Cette répression de la démocratie est soutenue par des voyous armés du Parti Démocrate qui agissent en toute impunité dans les rues. Ils sont soutenus par les soi-disant "organismes indépendants" nommés par les militaires et agissant en vertu d'une constitution rédigée par l'armée. Des universitaires de la classe moyenne et des responsables d'ONG les soutiennent eux-aussi. Ils prétendent tous également "protéger la monarchie", bien que la loi de lèse-majesté draconienne empêche les gens de s'interroger sur cela.
Il est évident que pour atteindre la liberté et la démocratie, nous devrons mettre à bas toutes les vieilles structures de l'Etat thaïlandais.
Mais Taksin, Yingluk et le Pua Thai n'ont pas l'intention de le faire. Leur objectif est de réintégrer le club de l'élite qui dirige maintenant l'état. Ils ne sont pas pro-démocratie par principe, simplement par commodité. Le leadership des Chemises rouges de l'UDD est marié avec le Pua Thai. Il est incapable de mener la lutte nécessaire.
Toute défense de la démocratie doit venir du mouvement des Chemises rouges. Il n'y a pas d'autre mouvement qui s'intéresse à cela et aucun autre groupe n'en a les capacités potentielles. Les Chemises rouges sont le plus grand mouvement social pro-démocratie qui n’ait jamais existé en Thaïlande. La majorité soutient toujours Taksin, mais en même temps souhaitent lutter pour la démocratie comme une question de principe et d'intérêt personnel. Ils ont une relation contradictoire avec Taksin et le Pua Thai.
La faiblesse du mouvement des Chemises rouges est due à deux raisons: le leadership et le pouvoir politique. Ce qui est nécessaire, c'est un nouveau leadership qui soit indépendant du Pua Thai et de Taksin, avec plus d'auto-organisation. Il y a un besoin urgent d'évaluer la tâche requise afin de renverser les anciennes structures de l'Etat et comment cela peut être fait. Le pouvoir doit chercher à être plus étroitement liée avec la classe ouvrière organisée, en particulier les syndicats du secteur privé. Le pouvoir doit aussi venir du mouvement de masse composé d'agriculteurs de tout le pays. Jusque-là les Chemises rouges ne seront pas en mesure de rebâtir la démocratie ni d'élargir l'espace démocratique.

Giles Ji Ungpakorn

Giles Ji Ungpakorn

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires