Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 15:23

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

http://uglytruththailand.wordpress.com/2014/06/04/military-big-brother-stinks-of-fascism/

La junte militaire mène une guerre psychologique contre les militants pro-démocratie. Les soldats ont envahis les maisons des Chemises rouges principaux, ainsi que celles d'autres militants pro-démocratie et les bureaux des radios communautaires. Beaucoup de gens ont été arrêtés.

Au moins une femme a été emmenée de force dans un taxi par 4 policiers ou soldats en civil qui ont refusé de s'identifier. Heureusement, elle a été libérée de la détention militaire.

Depuis le coup d'Etat, des universitaires progressistes, des militants chemises rouges et des journalistes d'investigation ont été convoqués à se signaler aux bureaux de l'armée. La plupart ont été temporairement détenus sans inculpation dans des camps militaires en dehors de Bangkok avant d'être finalement libéré.

Aucun de ceux qui ont été convoqués et arrêtés ou ceux qui ont eu leurs maisons fouillées par des soldats armés n'avaient commis de crime. Pendant ce temps le gang du Parti Démocrate de Sutep, qui a utilisé la violence dans les rues et qui portait ouvertement des armes pour intimider les électeurs, ont été autorisés à rester libre. Il n'y a pas eu de convocations pour tous les universitaires et les militants qui se sont prononcé contre la démocratie. La répression militaire n'est directement employée que contre les Chemises rouges et les autres militants pro-démocratie.

Les gens qui sont passés par le processus de la convocation et qui ont été temporairement internées par les militaires ont parlé de leurs expériences. Ils ont été interrogés par de nombreux officiers de l'armée qui rapportaient l'attitude des gens au QG de l'Armée chaque jour. L'armée a compilé des fichiers de toutes leurs activités, leurs écrits, leurs discours et leurs messages Internet.

Avant que les gens ne soient libérés, ils ont été invités à signer un document attestant qu'ils ont été "bien traités" et qu'ils s'abstiendront dorénavant de tous autres activités politiques, de faire des discours ou d'écrire. Les gens n'ont eu pas le choix entre signer ou refuser de le faire parce que tout refus signifiait devoir faire face à un tribunal militaire, puis à la prison. Les soldats leur disent que c'est un avertissement "carton jaune". Toute autre activité de leur part se traduira par une incarcération immédiate.

En cas de libération, beaucoup de gens expliquent qu'un officier de l'armée leur a été affecté afin de surveiller leur comportement. Certains reçoivent des appels téléphoniques pour leur rappeler cela.

Certains détenus ont été inculpés de lèse-majesté et font maintenant face à des années de prison.

La junte tente clairement de semer la peur dans la société afin de détruire le mouvement pour la démocratie. La peur conduit souvent à la paralysie. Les gens qui n'ont pas été convoqués ou détenus se demandent s'ils seront les prochains.

C'est la première fois, depuis l'année 1976, que les Thaïlandais devront mener une lutte clandestine contre la junte. Cette lutte devra être basée sur le mouvement de masse, pas sur la lutte armée. La junte n'est pas un régime fasciste pleinement développé, comme en Allemagne ou en Italie, mais elle pue le fascisme.

Dans un camp de détention militaire, un militant expérimenté a dit à son camarade: "Nous ne sommes pas des chiens qui hurlent et pleurnichent quand nous sommes enfermés dans une cage, il ne faut pas montrer de faiblesse aux soldats". Beaucoup d'intellectuels ont été assez courageux pour discuter avec leurs ravisseurs du coup d'Etat illégitime.

Nous devons surmonter la peur et riposter dans cette guerre pour la démocratie. La façon de surmonter la peur, ou du moins de la gérer et d'éviter la paralysie, c'est que les gens se réunissent tranquillement ensemble chaque jour en petits groupes afin de pouvoir analyser la situation et discuter de la stratégie et de la tactique. Ces groupes doivent se lier étroitement avec d'autres groupes. Les actions contre la junte seront nécessairement "symboliques" dans les premiers temps, mais des activités plus puissantes comme des grèves, des manifestations et de la désobéissance civile doivent être planifiées. Ce sera une lutte de longue haleine, mais les ennemis du peuple sont une minorité et ils n'ont pas d'avenir; ils ne peuvent que se tourner vers le passé.

Le régime à la "Big Brother" des militaires empeste le fascisme

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires