Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 13:15

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

http://uglytruththailand.wordpress.com/2014/07/05/leadership-matters/

 

Si vous vous demandez pourquoi l'opposition à la junte s'est calmée et si le camp de la démocratie a perdu, il est important d'observer un peu plus profondément la société thaïlandaise et l'état du mouvement.

Après les spectaculaires manifestations anti-coup d'Etat de la fin mai cette année, la junte a systématiquement arrêtée et détenue les activistes clés, les forçant à promettre de ne plus s'engager dans la politique. L'armée a précisé que d'autres activités seraient passibles de peines de prison par des tribunaux militaires. Certains de ceux qui ont été arrêtés ont été accusés de lèse-majesté.

La junte mise sur l'idée que si elle crée un climat de peur, en arrêtant et détenant suffisamment de manifestants anti-putschistes et de militants pro-démocratie, les gens finiront par se démoraliser et deviendront inactif.

La question que nous devons nous poser est: a-t-elle réussi ou est-ce simplement une situation temporaire?

La stratégie de la junte ne fonctionnera pas si les militants pro-démocratie s'organisent dans un mouvement clandestin et continuent une lutte de faible intensité qui pourrait déboucher à nouveau sur un soulèvement de masse comme en 1973, 1992 ou 2010.

Cela nous amène à la question de l'organisation et du leadership.

Afin de comprendre le mouvement chemise rouge, qui est d'une importance vitale pour la lutte pour la démocratie, nous devons regarder la lutte des Chemises rouges comme une sorte de "guerre parallèle" où des milliers de chemises rouges ordinaires ont lutté pour la démocratie, la dignité et la justice sociale, tandis que Taksin et ses alliés politiques ont mené une campagne très différente pour retrouver l'influence politique qu'ils avaient bénéficié avant le coup d'Etat de 2006.

Pourtant, en même temps, Taksin, le Parti Pua Thai et la direction de l'UDD, qui soutient ce dernier, ont une énorme influence sur le mouvement des Chemises rouges. C'est contradictoire et dialectique, parce que les Chemises rouges sont à la fois auto-organisées avec leur propre ordre du jour, mais soutiennent aussi Taksin et le Pua Thai.

C'est là que la question de l'organisation et du leadership deviennent d'une importance vitale.

Jusqu'à présent, la direction des Chemises rouges, en termes de stratégie et de tactique, venait de l'UDD et du Pua Thai. Mais ces dirigeants se sont rendus à l'armée, dans l'espoir d'obtenir un compromis à l'avenir. Ils ne veulent pas faire tomber le vieil ordre et ils ont peur que, s'ils menaient un mouvement de masse contre les militaires, cela puisse se produire, puis glisser hors de leur contrôle. Ils sont plus intéressés par de futures carrières politiques, indépendamment de savoir si la Thaïlande devenait une véritable démocratie ou suivait une sorte de modèle birman.

Les objectifs de l'UDD et du Pua Thai ne correspondent pas aux rêves et aux aspirations des millions de chemises rouges. Mais pour que les Chemises rouges puissent agir indépendamment de leurs dirigeants défaillants, les militants doivent être organisés et les éléments progressistes doivent se battre pour une direction alternative. Cela doit impliquer les Chemises rouges plus indépendants qui ont jusqu'ici tourné le dos à une organisation sérieuse, préférant mettre en place des réseaux détachés. Mais sans organisation politique sérieuse ni stratégie politique alternative, la dictature ne pourra pas être renversée.

Cette organisation doit être effectuée dans le secret, ce qui signifie qu'il est difficile de savoir si elle se déroule en ce moment ou pas.

Toutefois, si la junte remporte cette manche, ce ne sera qu'une victoire temporaire. Pour comprendre pourquoi, nous devons rejeter les théories absurdes qui se concentrent uniquement sur les luttes pour le pouvoir de l'élite autour du Palais et d'autres institutions. La cause profonde de la crise thaïlandaise est le mécontentement croissant de millions de citoyens thaïlandais vis-à-vis de l'ancienne façon de faire de la politique. Cette ancienne façon a créé de grandes inégalités de richesse alors que l'économie se développait et aussi un sentiment chez la plupart des Thaïlandais comme quoi ils étaient des citoyens de seconde classe. Taksin a exploité ce sentiment afin de gagner les élections à répétition. L'horloge ne ​​peut pas être remontée dans les années 1960 et tout système de démocratie à moitié imposée par la junte ne sera pas en mesure de tapisser les fissures profondes qui existent dans la société.

 

Giles Ji Ungpakorn (sur le papier est écrit "Dimanche Rouge")

Giles Ji Ungpakorn (sur le papier est écrit "Dimanche Rouge")

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires