Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 07:43

Publié par Robert Amsterdam

Lien:

http://robertamsterdam.com/thailand/2014/08/28/abhisit-and-suthep-will-not-escape-accountability-for-2010-bangkok-massacre-says-amsterdam/

 

LONDRES, le 29 août 2014 - A la suite d'une décision rendue par un tribunal thaïlandais qui a rejeté les accusations de meurtre contre l'ancien Premier ministre Abhisit Vejjajiva et l'ancien vice-Premier ministre Suthep Thaugsuban pour leurs rôles dans le massacre de 2010 à Bangkok, l'avocat international Robert Amsterdam affirme que le mouvement des Chemises rouges n'aura de cesse jusqu'à ce que les parties responsables répondent de leurs actes.

"Plus de 90 citoyens thaïlandais ont été brutalement assassinés par l'armée thaïlandaise, sous la direction de M. Abhisit et Suthep, simplement parce qu'ils ont manifesté pour leur droit de vote. Peu importe où ces hommes vont, le spectre de cette atrocité va les hanter", a déclaré Amsterdam, qui a auparavant porté l'affaire des massacres de 2010 devant la Cour pénale internationale (CPI). "Le coup d'Etat militaire est venu à la rescousse de ces criminels, mais ce que je peux garantir à tous les membres des chemises rouges, c'est que ce ne sera pas le dernier chapitre de cette histoire."

La décision controversée de la Cour pénale de la Thaïlande a rejeté aujourd'hui les accusations sans tenir compte des preuves, en prétendant qu'elle n'avait pas la jurisprudence parce qu'Abhisit et Suthep occupaient des fonctions politiques à l'époque de ces crimes. Même le président de la Cour pénale, Thongchai Senamontri, a rejeté la décision, en émettant une "note de désaccord" officiel avec la décision qui souligne la compétence légitime du tribunal pour traiter l'affaire.

L'affaire du massacre de Bangkok est passée dans les mains de la Commission nationale anti-corruption (National Anti-Corruption Commission, sigle anglais NACC), nommée par l'armée, qui risque de blanchir les crimes de l'ancien gouvernement, a déclaré Amsterdam. "La NACC est une partie intégrante du réseau de l'élite derrière le coup d'Etat qui a renversé les cinq derniers gouvernements démocratiquement élus de Thaïlande, de sorte que nous pouvons tous deviner ce qui se passe maintenant", a expliqué Amsterdam.

La décision de la Cour pénale est particulièrement controversé vu l'interférence dans le dossier du cas de l'organisateur du coup d'Etat (et autoproclamé Premier ministre), le général Prayuth Chan-ocha, a dit Amsterdam. Avant le coup, Prayuth avait à plusieurs reprises menacé et intimidé les enquêteurs, les avocats, les témoins et les journalistes impliqués dans l'affaire du massacre de Bangkok, selon la déclaration du 23 août 2012 d'Human Rights Watch.

Cet octroi de l'impunité intervient alors que la situation des droits de l'homme se détériore rapidement en Thaïlande, a expliqué Amsterdam en prenant comme exemples la condamnation par la junte de sept personnes qui avaient manifesté devant McDonalds à une peine de prison de trois mois, ainsi que le harcèlement largement condamné de l'avocate Mme Pornpen Khongkachonkiet , qui est poursuivie pour "atteinte à la réputation de l'armée", car elle se documente sur la torture pour la "Cross Cultural Foundation".

"Ce précédent injuste ne restera pas sans suite, et les survivants ainsi que les familles des victimes du massacre de 2010 vont maintenant se prévaloir des voies du droit international", a déclaré Amsterdam. "Il ne fait aucun doute que la junte qui contrôle actuellement la Thaïlande ne permettra jamais, sous aucune condition, l'utilisation de procédures judiciaires classiques et non-arbitraires dans son calendrier, donc nous allons poursuivre notre quête de justice pour les victimes du massacre de 2010."

Commémoration du massacre d’avril/mai 2010 (le 28 aout 2010 à Ubon Ratchathani)

Commémoration du massacre d’avril/mai 2010 (le 28 aout 2010 à Ubon Ratchathani)

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires