Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 10:03

Un article de Giles Ji Ungpakorn

 

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2014/08/21/supremo-prayut-appoints-himself-as-prime-minister/

 

L'auto-nomination du dictateur Prayut Chan-ocha en tant que Premier ministre, par son parlement militaire nommé par lui-même, a été un non-événement sans surprise. Prayut n'a même pas pris la peine d'y assister et le soi-disant "vote" a été unanime.

Prayut s'est installé comme "Supremo" de Thaïlande, se nommant à tous les postes importants. Cette rappelle les vieux jours sombres de la dictature militaire des années 1960 et 1970. Le célèbre écrivain Wat Wanyangkoon a dit; "La junte est un détritus laissé par la guerre froide".

La junte de Prayut est à la fois brutale et stupide. Elle est brutale dans sa répression contre les militants pro-démocratie, son utilisation de la lèse-majesté afin d'emprisonner ses opposants, et sa violence contre les détenus. Elle est stupide dans ses tentatives de créer une image comme quoi le coup aurait apporté "la paix et le bonheur" aux citoyens. Prayut aime aussi pavaner et aboyer des ordres dans sa quête pathétique pour apparaître comme un "homme fort" périmé.

Il y a plus de militants politiques thaïlandais en exil aujourd'hui que lors de toute autre période depuis la répression sanglante à l'Université Thammasart en 1976.

La junte affirme qu'elle est en train de "réformer" le système politique thaïlandais. Le vrai sens de ce processus est de mettre en place un semblant de démocratie de style birman où les gens seront autorisés à participer aux élections, mais où les antidémocrates conservateurs et les militaires détiendraient le pouvoir réel. Les universitaires réactionnaires de la classe moyenne, les responsables gouvernementaux égoïstes et la plupart des médias sont complices de ce processus. Ils pensent qu'ils peuvent tromper la population en lui faisant croire que ce sont de véritables "réformes", mais ils ne sont eux-mêmes des illusions et ne trompent que ceux qui sont faibles d'esprit.

La réforme politique véritable n'aura lieu que lorsque la junte militaire et ses serviles partisans seront jetés à bas. Cette réforme devrait réduire le pouvoir et l'influence de l'armée, abolir la loi de lèse-majesté et apporter des mesures sérieuses afin de lutter contre l'inégalité économique. Elle devrait aussi abolir toutes les lois qui ont été écrites par des juntes militaires et il faudrait supprimer les soi-disant "organismes indépendants" qui ont servi les antidémocrates. Les prisonniers politiques devraient également être libérés immédiatement et les officiers de l'armée ainsi que les politiciens qui se sont rendus coupables de violations flagrantes des droits de l'homme devraient être punis. En haut de la liste de ceux qui doivent être traduits en justice se trouve Prayut. Il a ordonné le massacre de 90 manifestants pro-démocratie non armée en 2010. Taksin Shinawat devrait également être traduit en justice pour ses violations des droits de l'homme lors de la guerre contre la drogue et à Patani.

Mais nous ne devons pas croire que la junte et ses partisans anti-démocratiques vont en quelque sorte "s'autodétruire" et que la démocratie sera automatiquement restaurée au bout d'un certain temps. Nous ne devons pas faire erreur en pensant que la mort du roi et de la reine ne changera quoi que ce soit. Les monarques ne sont que des outils volontaires de l'armée ainsi que des conservateurs et la prochaine génération de la famille royale ne sera pas différente. Dans de précédents articles, j'ai expliqué pourquoi la crise thaïlandaise n'était pas à propos de la succession royale.

La démocratie et la justice sociale ne seront mises en place que si nous nous organisons et luttons pour cela. Taksin, Yingluk, le Pua Thai et la direction chemise rouge de l'UDD n'ont pas l'intention de diriger cette lutte nécessaire. Ils préfèrent attendre un futur accord entre les factions de l'élite et protéger le statu quo, que de prendre le risque de conduire la société dans un véritable processus de changement politique.

La lutte pour la démocratie nécessite une organisation politique sur le terrain à l'intérieur du pays afin de créer un véritable mouvement de masse à partir des Chemises rouges et d'autres. Certains enseignements peuvent être tirés des méthodes d'organisation du Parti Communiste de Thaïlande dans les années 1970. Cependant, nous devons rejeter la structure autoritaire du PCT ainsi que sa dépendance à l'égard de la lutte armée.

Faire pression sur les puissances étrangères peut être utile, mais une organisation qui se concentre uniquement sur ce point, plutôt que de construire un mouvement à l'intérieur de la Thaïlande, ne fera rien. Jusqu'à présent, le "Mouvement Thai Libre" n'a pas montré de sérieuse volonté d'organiser un mouvement de masse. Cela est regrettable.

Un mouvement de masse pro-démocratie en Thaïlande doit également annoncer publiquement ses buts. Il doit appeler au démantèlement de la puissance militaire et à l'abolition de la lèse-majesté. Il faut préciser le sujet des véritables réformes et que les violateurs des droits de l'homme seront traduits en justice. Sans une telle approche, la lutte risquera d'aboutir à un sale compromis avec les conservateurs.

Le Supremo Prayut se nomme Premier ministre

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires