Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 02:11

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2014/09/16/so-called-peace-talks-with-muslim-malay-rebels-will-not-solve-the-crisis/

 

Une grande partie de la population musulmane malaise de Patani souhaite la liberté et l'autodétermination. Beaucoup veulent être indépendants de l'Etat thaïlandais oppressif. C'est une question de démocratie de base.

Mais la Thaïlande n'est pas une démocratie. Aujourd'hui, elle est dirigée par une junte militaire arriérée qui a supprimé la démocratie et la liberté d'expression dans tout le pays. Qui plus est, la junte est dans un processus d'élaboration d'un système politique non démocratique permanent.

Les militaires sont bien décidés à maintenir la Thaïlande comme État unitaire. Ils sont fanatiquement nationalistes et royalistes. Ils disposent d'escadrons de la mort qui effectuent des exécutions extrajudiciaires à Patani. Ils n'ont pas hésité à tirer sur des manifestants pro-démocratie dans les rues de Bangkok. Ils entérinent la torture de dissidents à Patani, mais aussi à Bangkok.

Alors, comment peut-on croire que les négociations entre les groupes rebelles PULO/BRN et l'armée thaïlandaise pourraient éventuellement aboutir à un accord de paix?

L'objectif principal de l'armée dans ces négociations est de parvenir à une reddition négociée des rebelles armés en échange de quelques miettes comme des subventions supplémentaires pour le développement ou l'amélioration du statut local de la langue yawee. Mais ils n'admettront pas l'indépendance de Patani ni même une démocratique autonomie.

Le fait que nous ne savons pas exactement quelle est la proportion de la population locale de Patani qui soutient le PULO ou le BRN (NDT: les deux mouvements indépendantistes) c'est parce qu'il n'y a pas de liberté d'expression. Les partis politiques prônant l'indépendance sont interdits et leurs membres soumis à une répression brutale. Toute la zone est fortement militarisée, à la fois par l'armée thaïlandaise et ses forces auxiliaires, et aussi dans l'ombre, par les rebelles armés. Dans de telles circonstances aucunes des discussions ouvertes sur l'avenir de Patani ne peuvent avoir lieu. Ces discussions devraient inclure toute la multitude des points de vue politiques détenus par tous les groupes ethniques et religieux et les différentes classes sociales de la population locale.

De véritables négociations sur l'avenir de Patani ne peuvent avoir lieu qu'entre représentants civils élus. L'armée ne devrait jouer aucun rôle là-dedans ni dans la sphère politique plus large.

Il pourrait être possible pour les militaires d'obtenir une reddition négociée en brutalisant et soudoyant le PULO et le BRN. Cela s'est produit dans le passé. Mais ça ne ferait que prolonger cette crise chronique et une nouvelle génération de combattants se développeraient à cause de l'état permanent de l'injustice.

L'avenir de la paix et de la stabilité à Patani est étroitement lié à l'état de la démocratie dans la société thaïlandaise. Mais la démocratie ne suffit pas. Nous savons comment le gouvernement démocratiquement élu de Taksin a présidé le meurtre de sang-froid de nombreux jeunes hommes innocents à Takbai en 2004. Ce qui est également nécessaire, par conséquent, c'est un mouvement, basé en dehors de Patani, qui se mobilise contre le chauvinisme nationaliste de l'Etat thaïlandais.

Arrestation de Malais musulmans par l’armée thaïlandaise à Tak Bai en 2004

Arrestation de Malais musulmans par l’armée thaïlandaise à Tak Bai en 2004

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires