Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 09:09

A l'occasion du dixième anniversaire du massacre de Takbai, le 25 octobre 2004, Libérez-Somyot a décidé de publier un extrait du chapitre 4 du livre de Giles Ji Ungpakorn "Un coup d'Etat pour les riches" qui explique la situation dans le Sud de la Thaïlande (Le livre est téléchargeable sur le lien suivant:

https://www.scribd.com/doc/243049902/Un-Coup-d-Etat-Pour-Les-Riches):

 

Les malheurs du Sud

 

L'Etat thaïlandais est la cause de la violence dans le Sud de la Thaïlande

 

Le 25 octobre 2004, les forces de sécurité du gouvernement thaïlandais brisèrent une manifestation à Takbai dans la province méridionale de Naratiwat. En plus d'utiliser des canons à eau et des gaz lacrymogènes, les troupes ouvrirent le feu à balles réelles aux dessus de la tête des manifestants, mais certains soldats tirèrent directement sur la foule, tuant 7 personnes et en blessant beaucoup d'autres, y compris un adolescent de 14 ans. Il y avait des villageois de tous les âges et des deux sexes dans la foule. Après cela, les troupes se dirigèrent vers elle pour capturer les jeunes musulmans malais de sexe masculin. Tandis que les femmes et les enfants se blottissaient dans un coin, les hommes furent mis torse nu et leurs mains furent attachées dans le dos. Les prisonniers durent ramper par terre tandis que les militaires leur donnaient une bordée de coups de pieds sur la tête ainsi que sur le corps et les frappaient avec des bâtons. Beaucoup d'entre eux furent liés ensemble par une longue corde et forcés de rester allongés face contre terre sur le sol. Le commandant local de la 4eme armée déclara à un journaliste de la télévision que cette action devait être une leçon pour tous ceux qui osait défier le gouvernement. "Nous recommencerons cela à chaque fois", précisa-t-il. La totalité de cet événement fut filmé ce qui eut seulement pour effet de montrer combien les forces de sécurité étaient arrogantes et sures d'elles.

 

Finalement les détenus attachés furent jetés dans la benne de camions militaires et allongés de force, couche par couche, les uns sur les autres. Les troupes se tenaient au-dessus de leur cargaison humaine, écrasant occasionnellement ceux qui hurlaient pour avoir de l'eau ou de l'air en leur disant qu'ils allaient bientôt "savoir à quoi ressemblait réellement l'enfer". Plusieurs heures plus tard le premier camion arriva à sa destination, le camp militaire Inkayut. Un grand nombre des prisonniers qui se trouvaient en dessous des autres dans la benne sont morts durant le transport, probablement de suffocation et de lésions rénales. Six heures après, le dernier camion arriva avec presque tous ceux qui se trouvaient dans le fond de la benne morts. Durant les six heures entre l'arrivée du premier et du dernier camion, les autorités ne firent aucune tentative pour changer les méthodes de transports des prisonniers. Environ 80 détenus moururent. Un rapport du sénat conclut que ce n'était rien d'autre "qu'une action criminelle délibérée qui avait probablement été la cause de leur mort" par les forces de sécurité. La première réaction du Premier Ministre Taksin devant cet incident fut de faire l'éloge des troupes pour leur "bon travail". Plus tard, le gouvernement affirma que la mort de plus de 80 manifestants était un regrettable "accident".

 

Tous ceux qui, en occident, regardent l'incident de Takbai auront en mémoire les méthodes nazies de transport des juifs vers les camps de concentration. Tous ceux qui connaissent l'histoire de la Thaïlande se rappelleront le massacre des étudiants à l'université Thammasart. En 1976, après avoir attaqués avec des armes automatiques un rassemblement pacifique d'étudiants, la police obligea ceux-ci à se mettre torse nu et à ramper sur le sol sous une grêle de coups de pieds et de poings. Certains étudiants furent traînés en dehors du campus et pendus à des arbres, d'autres furent brûlés vifs dans d'immenses feux de joies allumés par des voyous d'Extrême Droite dont certains étaient membres du mouvement d'Ultra Droite Les Scouts de Village.

 

La classe dirigeante thaïlandaise haïe les pauvres et les radicaux de Gauche, mais elle déteste encore plus les gens de différentes ethnies et religions. Aussi bien après Takbai 2004 que le 6 Octobre 1976, les portes paroles du gouvernement racontèrent des mensonges délibérés. L'une de ces fables fut que les forces de sécurité ont été "obligées d'agir car la situation devenait hors de contrôle". En fait ce ne fut jamais le cas. Dans le cas de Takbai, le Sénateur Chermsak Pintong rapporta que les forces de sécurité admirent à une équipe d'investigation du Sénat qu'ils brisèrent la manifestation dans le but d'arrêter 100 meneurs dont les noms et les photographies étaient sur une liste noire du gouvernement. Selon la Constitution de 1997, les citoyens thaïlandais étaient supposés avoir le droit de protester pacifiquement. Toujours selon la Constitution de 1997, les citoyens étaient supposés être innocents avant un procès. Les agissements de la police et de l'armée à Takbai démontrent qu'ils ne considéraient pas les villageois comme des citoyens. La manifestation était plus ou moins pacifique avant qu'elle ne soit réprimée par les forces de sécurité. Dans l'esprit des troupes et de ceux qui les commandaient, les détenus de Takbai furent capturés comme prisonniers de guerre, "mauvais étrangers" ou "ennemis de l’Etat" qui devaient être punis. Comme le furent les étudiants à Thammasart en 1976...

 

Après le 6 Octobre 1976 et Takbai 2004, les portes paroles du gouvernement prétendirent aussi que les fauteurs de trouble étaient des étrangers et ne parlaient pas le Thaï. En 1976, ils étaient supposés être Vietnamiens. En 2004, l’Etat affirma qu'ils étaient Arabes ou Malais. Tous les prisonniers tués en 1976 et à Takbai en 2004 étaient des citoyens thaïlandais parlant le Thaï. Les portes paroles du gouvernement mentirent aussi en racontant que les étudiants en 1976 et les manifestants à Takbai en 2004 étaient bien armés et représentaient une menace pour les forces de sécurité. Il n'y a aucune preuve pour soutenir cela. Aucune arme de destruction massive ne fut trouvée sur chacun des deux sites. A Takbai, un fusil rustique, qui avait traîné dans la rivière pendant des années, fut montré comme "preuve". Après le coup d'état militaire du 19 Septembre 2006, le Premier Ministre de la junte se rendit dans le Sud pour s'excuser de ce que le gouvernement Taksin avait fait. Il annonça que les charges contre certains manifestants seraient levées. Mais ni son gouvernement ni le précédent gouvernement de Taksin n'ont lancé de poursuites judiciaires contre un seul membre des forces de sécurité pour l'incident de Takbai. La junte a continué à mettre l'accent sur une "solution" militaire dans le Sud. En Janvier 2007 la junte renouvela le décret d'urgence du gouvernement Taksin, qui donnait un large pouvoir aux forces de sécurité et une immunité de celles-ci contre toute poursuite.

 

Alors quelles sont les causes de la violence dans les provinces du Sud de la Thaïlande? Avant 2004 il y avait bien eu quelques incidents, des tirs et des attentats, et des incendiaires mettaient régulièrement le feu dans des écoles publiques. Un académicien expliqua à l'auteur de ces lignes que les locaux surnommaient cette situation une "salade mixte de riz" (Kao-yum). En d'autres mots il apparaît qu'il y a beaucoup de causes confuses. Par exemple, se pourrait-il que des officiers de l'armée mécontents aient parrainé cette violence pour prouver qu'on avait toujours besoin des militaires, par peur de perdre le lucratif marché noir transfrontalier? Après tout, le gouvernement Taksin avait essayé de réduire le rôle de l'armée dans le Sud au profit de la police. Il y a quelques signes pour soutenir cette théorie.

 

Est-ce le mécontentement de longue date dans la région qui dure depuis que Bangkok et Londres capturèrent et divisèrent le Sultanat de Pattani entre le Siam et la Malaisie Britannique qui est la cause du conflit? Oui, les gens parlent de cette histoire, mais des évènements vieux de 200 ans mettent seulement le feu à la passion quand il y a une oppression systématique qui prend place aujourd'hui.

 

Est-ce uniquement le travail de "fanatiques Islamiste étrangers", qui se seraient débrouillés pour faire un lavage de cerveau à certains jeunes locaux dans le but de leur faire soutenir un mouvement séparatiste? C'est ce que le gouvernement thaïlandais affirme. Les encouragements de George Bush et de Tony Blair à l'Islamophobie pour soutenir leurs invasions de l'Afghanistan et de Irak incitèrent de telles vues et autorisèrent les abus des droits de l'homme contre les Musulmans dans le monde. Mais pourquoi les jeunes locaux accepteraient un tel lavage de cerveau s'il n'y avait pas une cause juste derrière?

 

Des rumeurs plus tirées par les cheveux circulèrent parmi certaines personnes. Principalement chez ceux qui avaient besoin d'une excuse pour dire que Taksin "n'était pas si mauvais que ça"... C'était d'anciens partisans du Parti Communiste Thaïlandais (P.C.T.) soutenant dorénavant le gouvernement Thai Rak Thai de Taksin. Des affirmations furent faites comme quoi la violence du Sud avait été planifiée par la C.I.A. dans le but d'augmenter l'engagement américain dans la région. Ces théoristes de la conspiration croyaient aussi que la C.I.A. avait planifié l'attaque du 11 Septembre à New York.

 

Se pourrait-il que cela soit une dispute entre le Palais, avec le soutien de l'armée d'un côté et le "trop puissant" gouvernement Taksin de l'autre? Duncan McCargo suggère que la Violence du Sud pourrait être un conflit entre le "Réseau de la Monarchie" et le "Réseau Taksin". La tentative d'augmenter le rôle de la police ne serait pas une procédure de "normalisation" selon ce point de vue. On croyait que la police était alignée sur Taksin. Ainsi l'oppression de l’Etat thaïlandais est complètement ignorée dans cette théorie. Comme pour la plupart des autres "théories de l'élite" l'histoire et les conflits sont confinés dans des sections de la classe dirigeante tandis que la population se compose de spectateurs passifs. D'après cette théorie, même les séparatistes ou les insurgés sont simplement des gangsters payés par les militaires pour discréditer le gouvernement Taksin.

 

Lorsque nous considérons la violence dans le Sud, nous devons écouter ce que les locaux disent. Les musulmans locaux ne détestent généralement pas leurs voisins bouddhistes. Ce n'est par une "Violence Communautaire". C'est toujours le cas aujourd'hui malgré le fait que certains moines bouddhistes aient été tués et que l’Etat thaïlandais ait essayé d'en faire un conflit de religion. Des commerçants locaux, des ouvriers de la filière caoutchouc, des enseignants religieux, des villageois ordinaires, des professeurs d'école et des fonctionnaires ont été victime de la violence. La plupart de ces tués sont peut-être mort dans les mains des forces de sécurité. A la fin des années 1990, la plupart des locaux ne réclamaient pas vraiment un Etat séparé, malgré le fait que la violence gouvernementale thaïlandaise ait peut être poussée plus de gens à soutenir la séparation. Les provinces frontalières du Sud ont été négligées économiquement et quand il y a eu développement, ce n'est pas la majorité des musulmans malais locaux qui en ont bénéficié. Il y a un haut niveau de chômage dans cette zone.

 

Ce que les locaux disent plus que tout, c'est qu'ils ne se sentent pas respectés. Leur religion, leur langue et leur culture ne sont pas respectées par l’Etat thaïlandais. Le système d'éducation public met l'accent sur l'histoire et la culture thaïlandaise de Bangkok. C'est pourquoi les écoles sont systématiquement brûlées. Durant les 60 dernières années, les gouvernements thaïlandais successifs ont arrêtés les dirigeants religieux, bannis l'enseignement du Yawi (le dialecte malais local parlé dans la région), fermés les écoles religieuses, forcés les étudiants à apprendre la langue thaïe, les a aussi obligés à dire les prières Bouddhistes à l'école, les a encore forcés à s'habiller en vêtements de style thaï, encouragés les gens à échanger leurs noms contre des noms thaïs et remplacés de force les noms des districts locaux en noms à consonance thaïe. Tout cela a été mis à exécution par les gouvernements de Bangkok qui maintiennent une armée d'occupation dans les provinces frontalières du Sud. En plus de cela, il n'y a pas de justice. Adil a catalogué une liste de 19 cas de justice majeurs concernant des crimes politiques depuis 1990 où il y eu de sérieuses erreurs judiciaires. Pas de Justice, pas de paix! L'armée d'occupation et la police sont craintes et haïes.

 

Les opposants de Thaksin aiment prétendre que les locaux détestent la police et aiment l'armée. Ce n'est tout simplement pas vrai. Le peuple local sait que leurs fils, leurs frères et leurs pères ont été embarqués dans la nuit puis torturés par l'armée et la police thaïlandaise, souvent en civil. En 2004, l'avocat Somchai Nilapaichit, qui était un activiste clé des droits de l'homme sur le problème de la torture, fut kidnappé à Bangkok et tué par des policiers de différentes unités. Il essayait de révéler les tactiques de torture des suspects par la police pour obtenir des confessions sur le vol d'armes dans un camp de l'armée début 2004. L'implication de forces de police de différentes unités indiquait un feu vert venu d'en haut, du Premier Ministre Taksin. Au moment où j'écris, personne n'a été inculpé pour le meurtre de Somchai et son corps n'a pas été retrouvé.

 

Il n'est pas difficile de voir qu'il y a eu un feu vert venu d'en haut pour la violence de l’Etat thaïlandais. Personne n'a été puni pour le bain de sang de 1976 à Thammasart, ni pour le massacre de Mai 1992 ou pour la tuerie de Takbai en 2004. Le gouvernement Taksin a aussi sanctionné les exécutions extra-judiciaires de 3000 "suspects d'affaires de drogue" lors de la guerre contre la drogue. Beaucoup furent tués dans le sud, d'autres parmi les minorités ethniques du Nord. La fille de Somchai, Pratapchit Nilapaichit, a dit que la société thaïlandaise a pour tradition de ne jamais faire passer les criminels d'Etat en justice. De plus, elle maintient la Loi Martiale ou les Décrets d'Urgence uniquement dans le but de faciliter les crimes des forces de sécurité. Les lois ne sont pas mise en place pour protéger les populations locales.

 

Il y avait des soldats mécontents dans le Sud, c'est vrai. Il y avait aussi des disputes parmi la classe dirigeante thaïlandaise. Le coup d'état du 19 Septembre l'a montré. Et il y avait de petits groupes de jeunes qui ne croyaient pas au séparatisme. Mais, jusqu'à récemment, aucune organisation séparatiste ne revendiqua la responsabilité de tous ces actes.

 

En Avril 2004, une centaine de jeunes environ, portant des bandeaux de têtes islamiques "magiques", attaquèrent un poste de police. Mais ils n'étaient armés que de machettes et de couteaux rustiques. Ils furent tous abattus. Le mécontentement fut certainement exprimé au travers de la religion. Mais ce n'était pas l'action d'une résistance bien organisée. L'académicien progressiste Niti Eawsriwong expliqua que c'était une vieille forme de révolte de type “Millénariste”, où les gens attaquent les symboles de l'autorité sans stratégie bien préparée. Les jeunes, lors de l'incident d'Avril, furent tués par la police et l'armée. Dans un des pires incidents, l'armée attaqua l'ancienne mosquée de Krue-Sa avec de l'armement lourd après que les jeunes s'enfuirent à l'intérieur du bâtiment. Le Sénateur Kraisak Choonhavan maintient que, outre l'excessive force montrée par l’Etat, les prisonniers de cet évènement furent attachés et exécutés de sang-froid. Un autre groupe de jeunes d'une équipe de football locale fut aussi abattu à bout portant à Saba Yoi. L'officier de l'armée chargé du bain de sang de Krue-Sa était le Général Punlop Pinmanee. En 2002, il a déclaré à un journal local qu'à une époque ancienne, l'armée avait l'habitude d'abattre les dissidents ruraux et les Communistes. Maintenant, ils envoyaient simplement des gens autour pour intimider leurs femmes. Avant le coup d'état du 19 Septembre, les partisans de Taksin accusèrent Punlop d'être derrière le complot visant à assassiner le Premier Ministre avec une bombe. Tel est la nature morale des forces de sécurité thaïlandaise.

 

Quand on aborde la question de l'insurrection du Sud, une question difficile est: pourquoi les organisations séparatistes ne s'identifient pas elle-même en revendiquant leurs actions? Durant les années 1970, un mouvement séparatiste clair existait, coopérant avec les Partis Communistes de Thaïlande et de Malaisie contre l’Etat thaïlandais. Le Barisan Revolusi Nasiona (B.R.N.) fut créé en 1963 et le Front Uni de Libération de Pattani (sigle Anglais P.U.L.O.) fut fondé en 1968. Le P.U.L.O. n'est pas en position de contrôler beaucoup de ce qui se passe sur le terrain aujourd'hui. Un activiste du P.U.L.O. a admit à la B.B.C. que "En ce moment il y a un groupe qui a beaucoup de sang jeune. Ils sont vifs et rapides et ils ne se préoccupent pas de ce qui va arriver après avoir fait quelque chose. Ils s'en fichent car ils veulent que le gouvernement ait une grosse réaction, ce qui causera plus de problèmes".

 

En 1984, le B.R.N. s'est scindé en trois. Une des organisations originaire du B.R.N. est le Barisan Revolusi Nasional-Koordinasi (B.R.N.-C). En 2005 le Runda Kumpulan Kecil (R.K.K. ou Unité de la Restauration de l’Etat de Pattani) est devenu plus proéminent dans l'insurrection. On pense qu'il est constitué de gens du B.R.N.-C qui se seraient entraînés en Indonésie. Il semble y avoir beaucoup d'organisations qui opèrent aujourd'hui avec une certaine coordination entre elles. Une explication de leur absence de revendication durant ces dernières années est qu'ils sont peut être organisés de façon trop simple et approximative. Mais alternativement, certains experts pensent qu'ils ne font aucunes revendications délibérément car cela rend extrêmement difficiles pour les services secrets thaïlandais de comprendre qui est qui et laquelle de ces organisations variées prend part à telle ou telle action.

 

La résistance ne consiste pas uniquement à poser des bombes ou à tirer sur les fonctionnaires de l'Etat. Les communautés agissent de façon unie pour se protéger elles-mêmes des forces de sécurité qui enlèvent et tuent les gens. Les femmes et les enfants bloquent les routes et empêchent les soldats de pénétrer dans les villages. Le 4 Septembre 2004 ils bloquèrent l'entrée de Ban Lahan à Naratiwat et dirent au Gouverneur Provincial que ses soldats et lui n'étaient pas bienvenus dans leur village. Deux semaines plus tard les villageois bloquèrent la route pour Tanyong Limo. Auparavant deux marines avaient été capturés par des villageois et tués ensuite par des militants inconnus. Les villageois suspectaient que ces marines étaient membres d'un escadron de la mort envoyés pour tuer les locaux. Des villageois portaient des affiches destinées aux autorités, disant "Vous êtes les vrais terroristes". En Novembre 2006, six semaines après le coup d'état, d'autres villageois protestèrent dans une école à Yala, demandant que les troupes quittent la région. Une de leurs affiches disait: "Vous tous méchants soldats... Allez-vous en de nos villages. Vous venez ici et détruisez nos villages en tuant des gens innocents. Partez!". La même tactique, impliquant des mobilisations de masse de femmes, est utilisée par la résistance palestinienne.

 

Ce qui se profile à travers le fouillis de l'explication de la "salade mixte de riz", c'est la brutalité de l'Etat thaïlandais et le fait que celui-ci a occupé les 3 provinces frontalières du Sud pendant 200 ans comme une colonie. Durant les années 1960, la dictature militaire a installée des Bouddhistes du Nord Est dans la région pour "renforcer" l'occupation. Cela rappelle un des moyens des Anglais en Irlande du Nord ou en Palestine. Des temples bouddhistes furent construits dans des endroits peuplés principalement de Musulmans. Durant cette période, il y eu des moments ou les Musulmans devaient s'incliner devant des représentations du Bouddha. Encore maintenant ils doivent s'incliner devant des photos du Roi, ce qui est une offense à leur religion. Il y a des maisons qui sont perquisitionnées par des troupes utilisant des chiens. C'est encore une insulte vis à vis des Musulmans. Aujourd'hui, des soldats sont recrutés pour devenir moines dans ces temples et ceux-ci ont des gardiens de l'armée. Les écoles publiques enseignent l'histoire en insistant sur la supériorité bouddhiste thaïe. Elles ne donnent pas de cours sur les valeurs islamiques ou l'histoire de Pattani. Elles n'enseignent pas les classes en langue locale Yawi. L'extrême Sud est le seul endroit où les troupes sont installées à long terme dans un tel mode d'occupation. Les postes de police sont entourés de sacs de sable et de barbelés. Donc le lien entre les activités illégales des soldats, les disputes entre les factions des forces occupantes et la sensation des locaux d'être maltraités et pas respectés est l'occupation du Sud par l'Etat thaïlandais, sa violence et son oppression. 

 

L'écrivain anti guerre Arundhati Roy déclara que toute condamnation gouvernementale du "terrorisme" n'est justifiée uniquement que si le gouvernement peut prouver qu'il est en désaccord de façon non violente. Le gouvernement thaïlandais a ignoré les sentiments des populations locales du Sud pendant des décennies. Il fut sourd à leurs demandes de respect. Il a ri au visage de ceux qui défendaient les droits de l'homme quand les gens sont torturés. Sous l'état d'urgence, personne dans le Sud ne dispose de l'espace démocratique pour tenir des discussions politiques. Quel autre choix ont les gens que de se tourner vers la résistance violente? Dans un autre article, Roy expliqua que nous, du Mouvement Populaire, ne pouvons pas condamner le terrorisme si nous même ne faisons rien pour lutter contre la terreur d'Etat. Les mouvements sociaux thaïlandais ont depuis beaucoup trop longtemps été absorbés dans des campagnes à but unique. L'esprit des gens est rendu plus étroit par le nationalisme thaï. Ils ne perçoivent pas les Musulmans comme des citoyens thaïlandais. Ils pensent que tous les Musulmans viennent du Sud, alors qu'en fait il y a une ancienne communauté musulmane chinoise dans le Nord et des gens qui descendent des Perses dans la région Centrale. Cette étroitesse de vue est encouragée par une frénétique agitation autour du drapeau et un nationalisme de tous les gouvernements. Elle est aussi stimulée par des gens au sommet de l'Etat. Récemment, la Reine a exprimé son inquiétude pour les Bouddhistes thaïlandais dans le sud. Aucune mention ne fut faite de nos frères et sœurs musulmans ni de Takbai et, encore pire, la Reine a appelé le mouvement des Scouts de Village à se mobiliser pour sauver le pays. Heureusement, la plupart des Scouts de Village sont d'âge mûr et il y a peu de chance pour qu'ils puissent encore commettre des actions violentes.

 

Le Mouvement Populaire thaïlandais n'a pas prêté assez d'attention à l'oppression du Sud. Certains dans le mouvement se sentent concernés et en ont parlé, mais d'habitude ils le font séparément, en tant qu'individus, académiciens ou Sénateurs, mais il ne s'agit pas d'une campagne puissante et unifiée. Quelques bons exemples de ces organisations qui ont pris le problème sérieusement sont la Midnight University, l'Assemblé des pauvres, le journal en ligne Prachatai, de nouveaux groupes étudiants et le Parti de la Coalition du Peuple.

 

Au début de Décembre 2004, le gouvernement Taksin organisa une campagne pour que des millions de Thaïlandais plient des papiers en "colombes de la paix". Beaucoup de Thaïs y prirent part car ils veulent sincèrement la paix. C'est un facteur encourageant. Mais, pour le gouvernement, ce fut un exercice de relations publiques de très mauvais goût. A l'origine, les colombes de la paix furent pliées au Japon par les victimes de violence pour pardonner à ceux qui les avaient oppressés ou fait du tort. Donc la campagne gouvernementale envoyait le message que les Musulmans du Sud étaient les violents faiseurs de tort et que "nous leur pardonnions". Les forces aériennes larguèrent des tonnes de papiers colombes sur les villes et les villages du Sud. Et au cas où les locaux seraient tentés de mettre le feu à cette insulte, le gouvernement annonça que ces papiers colombes pouvaient être ramassés et échangés aux bureaux gouvernementaux contre des cadeaux gratuits. Au même moment, le gouvernement déclara qu'il allait renforcer les forces de sécurité et prendre des mesures énergiques contre les "militants".

 

Lors de l'élection de 2005, le Thai Rak Thai perdit presque tous ses sièges dans le Sud à cause de sa politique. Mais il gagna une énorme majorité absolue au niveau national. Le gouvernement créa la Commission de Réconciliation Nationale sous l'autorité de l'ancien Premier Ministre Anand Panyarachun. Ce dernier avait servi comme Premier Ministre civil sous une junte militaire en 1991. La plupart des gens du Sud doutaient que cette commission puisse régler leurs problèmes. Anand fut cité dans la presse disant que l'autonomie était "hors de question" et que les gens devaient oublier le massacre de Takbai.

 

Malgré les remarques d'Anand, le rapport de la Commission de Réconciliation Nationale fut publié avec quelques déclarations et suggestions progressistes. Premièrement, il signalait que les problèmes dans le Sud provenaient du fait qu'il y avait un manque de justice ainsi que de respect et que le gouvernement ne recherchait pas une solution pacifique. Il décrivait ensuite comment le gouvernement avait systématiquement abusé des droits de l'homme et était engagé dans des exécutions extra-judiciaires. La commission suggérait que les communautés locales du Sud soient autorisées à contrôler leurs propres ressources naturelles, que la société civile joue un rôle central pour amener la justice et que la langue locale Yawi soit utilisée comme langue de travail, à côté du thaï, dans tous les services gouvernementaux. La dernière suggestion sur la langue est vitale si les populations locales ne doivent plus être discriminées, spécialement par les organismes gouvernementaux. Mais elle fut rapidement rejetée aussi bien par Taksin que par le président du conseil privé, le Général Prem Tinsulanon.

 

La seule solution à long terme pour la violence dans le sud de la Thaïlande est de s'adresser aux vraies inquiétudes des populations locales et de mettre en place des structures ou ces dernières puissent déterminer leur propre avenir. Les gens doivent avoir le droit à l'auto-détermination de n'importe quelle forme qu'ils choisissent. Ils ont le droit d'établir un Etat séparé ce c'est ce qu'ils veulent. Une solution peut uniquement être trouvée par des discussions démocratiques ouvertes. Mais rien ne peut être achevé du tout tant qu'il y aura des lois répressives de sécurité, une occupation armée de la région par la police et les militaires et une atmosphère continuelle de violence d'Etat.

 

Le coup d'état militaire de Septembre 2006 n'eut pour seul résultat que de rendre les choses pires. Nous ne pouvons pas construire la paix quand il y a une absence de punitions pour les politiciens, les militaires et les policiers de haut rang coupables de crimes d'Etat. Beaucoup de questions importantes doivent être posées sur la culture et le nationalisme. Tenter de détruire des identités et croyances locales à cause d'un nationalisme à l'esprit étroit est un obstacle à la paix. Le nationalisme doit être sapé.

 

Les principaux partis politiques n'offrent pas de choix. Partout dans le monde, la cause de la paix doit être reprise par les mouvements sociaux et par les organisations politiques de la Gauche. C'est vrai aussi en Thaïlande, nous avons un long chemin à faire pour construire un puissant mouvement uni.

 

La violence du Sud doit être réglée par:

1: L'abandon immédiat des lois de sécurité répressive suivit d'un retour à la démocratie.

2: Le retrait des troupes et de la police de la zone.

3: La mise en place de forums politiques où les populations locales pourront discuter de la forme de gouvernement qu'elles désirent. Il ne doit y avoir aucune pré-condition ici, comme celle de dire que les frontières actuelles de la Thaïlande ne peuvent être discutées.

4: L'Etat thaïlandais devrait reconnaître l'islam comme une religion avec les mêmes statuts que les autres croyances, y compris le Bouddhisme. Les festivals musulmans majeurs devraient être fériés et le Yawi devrait être reconnu comme une langue importante à enseigner à l'école et utilisée dans les institutions officielles côte à côte avec les autres langues minoritaires.

5: Il devrait y avoir une reconnaissance publique de tous les crimes d'Etat et une investigation indépendante de la violence d'Etat.

Vidéo du massacre de Takbai

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires