Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 16:32

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

http://uglytruththailand.wordpress.com/2014/10/23/the-vicious-farce-continues/

 

Sous le bruit des bottes militaires thaïlandaises la farce vicieuse continue. Des militants chemises rouges à Khon Kaen ont été victimes d'accusations douteuses comme quoi ils possédaient des "armes" et se sont vu refuser la liberté sous caution. Un autre leader chemise rouge a été emprisonné pour avoir prononcé un discours vibrant en 2010. Pendant ce temps, les Chemises jaunes, qui ont occupé les aéroports et saboté les dernières élections en utilisant la violence armée, sont autorisés à marcher librement. Le monstre organisateur d'émeutes, Sutep, maintenant déguisé en moine, a refusé de comparaître devant le tribunal pour le massacre des Chemises rouges en 2010 alors qu'il était vice-premier ministre et chef suprême chargé de la sécurité. Pas de prison pour lui.

Ajarn Sulak Sivarak est confrontée à la lèse-majesté pour avoir fait des commentaires sur un ancien roi d'Ayuttaya. Bien sûr Ajarn Sulak est un vétéran de la lèse-majesté, après avoir fait face à de nombreuses accusations similaires dans le passé. Il affirme être un royaliste souhaitant protéger la monarchie par la critique et il a toujours été ambivalent à propos des deux récents coups d'Etat militaires. Les deux généraux idiots qui ont déposé ces récentes accusations de lèse-majesté contre lui sont simplement désireux d'accroître le climat de peur et de protéger leur propre version ultra nationaliste déformée de l'histoire thaïlandaise. Cela met en évidence le fait que tout le monde peut déposer des accusations contre tout citoyen et que la police est obligée de suivre l'affaire avec l'armée derrière elle la surveillant.

Les militaires ont également déclaré que les tribunaux militaires ont le "droit" de juger les affaires de crime de lèse-majesté et de faire des procès secret. En attendant les décisions du tribunal kangourou sur le crime de lèse-majesté, le sort des deux étudiants emprisonnés pour avoir joué dans une pièce de théâtre, est extrêmement préoccupant. On peut aussi beaucoup s'inquiéter sur le sort de personnes comme Somyot et Da Torpedo. Et aujourd'hui, un autre cas de lèse-majesté, qui serait drôle s'il n'était pas si grave, est le cas de l'homme accusé de lèse-majesté pour avoir écrit sur ​​le mur des toilettes dans un centre commercial.

Mais le cas de Sulak conduit à de nouvelles dimensions. Il démontre que toute discussion de l'histoire thaïlandaise peut maintenant être soumise à la répression militaire. Ceci vient en plus de l'interdiction de toute libre discussion politique.

Mais les élèves ne veulent rien de tout cela. Les élèves du secondaire ne veulent pas faire partie d'une "société d'idiots". Ils sortent et critiquent les enseignements obligatoires des "12 principes" du général Prayut dans les écoles. Ils demandent également que l'histoire thaïlandaise ne soit pas être enseignée de manière à reproduire la haine contre les voisins de la Thaïlande. Tel est l'espoir pour la Thaïlande aujourd'hui, mais les militaires tentent de faire taire les étudiants.

À bien des égards, les jeunes progressistes en Thaïlande font face à une classe dirigeante réactionnaire similaire à celle de leurs camarades de Hong Kong. Le dirigeant de Hong Kong estime qu'on ne peut pas donner le droit de vote à tout le monde parce que la majorité des gens sont pauvres et qu'ils demanderaient la redistribution des richesses. Ces idées arriérées sont également celles du ministre des Finances nommé par la junte thaïlandaise quand il critique "le populisme" de Taksin.

Tout le pouvoir aux jeunes !!

Les élèves du secondaire critiquent les enseignements obligatoires des "12 principes" du général Prayut dans les écoles

Les élèves du secondaire critiquent les enseignements obligatoires des "12 principes" du général Prayut dans les écoles

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires