Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 06:20

Noam Chomsky avait déjà tout compris sur la Thaïlande et sur le reste du monde en 1971.

Voici un extrait de l'essai de Noam Chomsky "Pour la défense du mouvement étudiant" écrit en 1971 (comme quoi, l'histoire se répète ou se confirme):

"Les dangers de la guerre nucléaire et ses conséquences sont évidemment immense et ne nécessitent aucun commentaire. Mais le problème de la répression, de l'institution de formes dictatoriales, est celui qui peut certainement faire le plus parler de lui, et est très grave. Par exemple, l'année dernière, il y a eu beaucoup de rapports dans les journaux sur les développements politiques en Thaïlande. Mais il y a un certain nombre de choses qui n'ont pas été mentionnées dans ces rapports. En particulier, un long article a été publié dans le New York Times à propos de la réapparition soudaine à Pékin d'un homme nommé Pridi Banomyong, qui était tout simplement identifié comme un leader communiste thaïlandais et qui était devenu tout à coup d'une certaine importance pour la Chine. Cependant, il y a des faits historiques intéressants, qui ne sont pas signalé dans l'article, notamment sur les causes de sa loyauté vis-à-vis de Pékin.

Si on se penche sur l'histoire de ces évolutions, on trouve des choses importantes. En 1932, Pridi Banomyong était le leader du mouvement de réforme libérale qui a essayé d'introduire des institutions parlementaires en Thaïlande et a renversé la monarchie absolue. Il fut lui-même renversé peu après, puis, pendant la Seconde Guerre mondiale, a combattu aux côtés de l'OSS américaine dans le mouvement de guérilla "Free Thai" contre les Japonais tandis que la Thaïlande était sous la domination d'un dictateur fasciste qui avait formé une alliance avec le Japon. En 1946-47, Pridi a mené un mouvement libéral pour la réforme parlementaire et a remporté les seules élections libres de l'histoire de la Thaïlande. Mais il n'a pratiquement pas reçu de soutien de la part des États-Unis et a été rapidement renversé par un coup d'Etat. En 1948, le dictateur fasciste qui avait collaboré avec les Japonais était de retour au pouvoir. Il a été immédiatement reconnu par les États-Unis et, compte tenu de leur aide économique et militaire très importante, a pu développer la Thaïlande comme l'un des prétendus bastions de la liberté en Asie du Sud-Est.

En fait, la Thaïlande est devenue l'une des dictatures les plus répressives, sanglantes et vicieuses du monde. Ses crimes énormes sont rapportés dans les documents historiques d'un livre écrit par un libéral pro-Kennedy nommé Frank Darling, qui explique, avec beaucoup de détail, le rôle des Etats-Unis dans cette répression de l'après-guerre, après le coup d'Etat. Et il souligne quelque chose que le New York Times n'a pas pris la peine de mentionner; à savoir, qu'après que Pridi ait été renversé par un coup d'Etat qui a été reconnu immédiatement par les États-Unis, ce dernier est resté en Thaïlande pendant quelques années avant de s'enfuir en Chine, de sorte qu'en 1954, le réformateur libéral qui avait combattu contre les Japonais, main dans la main avec les Américains, avait dû se réfugier en Chine communiste, et le dictateur fasciste, qui s'était allié avec les Japonais et nous avait déclaré la guerre, avait repris le pouvoir en Thaïlande, tout en maintenant une dictature militaire autoritaire avec un soutien militaire américain important.

Ce qui selon M. Darling était "ironique"! Il conclut alors et résume la situation comme suit:

"Le vaste soutien matériel et diplomatique des États-Unis pour les chefs militaires thaïlandais a contribué à empêcher l'émergence d'un groupe de concurrents qui auraient pu contester cette tendance à la domination politique absolue et conduire le pays à une forme de gouvernement plus moderne."

La dernière partie de la phrase est intéressante: "conduire le pays à une forme de gouvernement plus moderne." Elle est tout à fait appropriée parce que les Thaïlandais avaient déjà eu une forme de gouvernement plus moderne en 1946-47 sous la direction d'un réformateur libéral qui est maintenant réfugié en Chine communiste; et c'est l'aide militaire américaine qui a très largement créé cette situation dans laquelle on espère maintenant qu'ils pourraient revenir à cette forme de gouvernement plus moderne.

Ceci est un exemple assez typique de l'impact américain sur les pays les moins développés. Dans le cas où nous échapperions à la guerre nucléaire, les perspectives de paix sont vraiment des perspectives de paix en prison ou de paix au cimetière si les tendances actuelles se poursuivent. Il est intéressant de noter que Darling, s'il déplore les conséquences de nos actions en Thaïlande, exhorte néanmoins à ce que nous continuions à peu près comme avant. Il exprime ainsi la voix prédominante dans la société américaine: "Les conséquences de nos actions sont déplorables, mais ce n'est pas notre faute, nous n'avons pas le choix, nous devons continuer." Cependant, bien sûr, ce n'est pas tout à fait la voix prépondérante parce que Frank Darling est avant tout un libéral, un analyste de la CIA et fondamentalement un libéral pro-Kennedy."

 

Lien de l'essai "Pour la défense du mouvement étudiant" en anglais:

http://www.chomsky.info/articles/1971----03.htm

 

Si vous désirez en savoir plus sur Pridi Banomyong, lisez donc "Mon adolescence révolutionnaire" en cliquant sur le lien suivant:

http://liberez-somyot.over-blog.com/article-mon-adolescence-revolutionnaire-par-pridi-banomyong-109171714.html

Noam Chomsky

Noam Chomsky

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires