Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 07:49

L'universitaire Somsak Jeamteerasakul, le défenseur des droits de l'homme Jaran Dittapichai et l'activiste transsexuelle Aum Neko ont tous les trois un point commun. Ils sont réfugiés politiques en France

Aum Neko est l'un de ces militants qui refusent de tenir compte des ordres militaires. Elle n'avait pas beaucoup de choix. Aum Neko est une étudiante transsexuelle, âgée de 22 ans, qui a organisé une série de manifestations spectaculaires avec un maquillage de zombie, du faux sang, et des gestes obscènes, au cours des dernières années. Lors de la manifestation qui l'a transformée en une sensation des médias, elle a tiré le drapeau thaïlandais qui pendait à l'Université Thammsat et l'a remplacé par un drapeau noir.

Aum Neko a vécu en exil dans un pays d'Asie du Sud-Est durant les trois derniers mois, et l'a tout récemment quitté pour rejoindre Paris et la France afin d'y demander l'asile politique. Un animateur populaire de la télévision thaïlandaise avait auparavant signalé aux autorités qu'elle avait insultée la monarchie lors d'une interview pour son spectacle, provoquant une accusation de lèse-majesté. Aum Neko nie l'accusation, et explique que les militaires n'ont jamais montrés de preuves pour cette dernière. Elle affirme n'avoir aucun regret au sujet de sa décision de fuir après avoir été convoqué en mai dernier. Elle sait qu'elle n'aurait jamais eu un procès équitable, et aurait fait face à un grave danger si elle était restée au pays.

"Ils m'auraient probablement conduite à la prison des hommes, et depuis que je suis transgenre, cela aurait été une situation très dangereuse, car il n'y a pas de protection pour les transgenres", explique Aum Neko. "Il y a beaucoup de violence sexuelle contre les transgenres là-bas."

Aum Neko est excentrique, donne le vertige, et aime faire des bruits de chat (elle est obsédée par les chats, et son surnom "Neko" est en fait le mot japonais pour "chat"). Compte tenu de sa jeunesse, on se demande si elle n'est pas un peu naïve sur les conséquences potentielles à long terme de ses actions, ce qui pourrait l'amener à demeurer en exil pendant de nombreuses années à venir. Si elle est extradée, elle pourrait se retrouver dans une prison thaïlandaise pendant 15 ans en raison de ses critiques publiques sur les médias sociaux du rôle de la monarchie dans le coup d'Etat. Mais, comme ses compagnons d'exil, elle sait que son rôle primordial consiste à soutenir le mouvement anti-coup d'Etat en Thaïlande. De nombreux Thaïlandais ont capitulés par peur et par fatigue, ils acceptent leur sort comme faisant partie d'une culture axée sur les coups d'Etat, affirme-t-elle.

Lorsqu'on lui demande si elle espère retourner en Thaïlande, son ton passe du ludique au sérieux. Sa famille lui manque terriblement, et elle pense qu'elle devra attendre cinq à dix années avant de rentrer chez elle. D'ici là, dit-elle, elle espère que la monarchie aura pris fin et que la Thaïlande sera devenue une république.

Source:

http://www.foreignpolicy.com/articles/2014/11/25/home_away_from_home_thailand_exiles

Aum Neko devant l'Arc de Triomphe à Paris

Aum Neko devant l'Arc de Triomphe à Paris

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires