Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 01:49

Les militants étudiants arrêtés à Khon Kaen pour avoir fait le salut à trois doigts devant le chef de la junte ont rapporté aux fonctionnaires des Nations Unies à Bangkok, les intimidations qu'ils avaient reçus après leur libération. Pour l'occasion, Prachatai les a interviewés et leur a demandé ce qu'ils pensaient de l'accusation d'être des Chemises rouges.

Lien:

http://www.prachatai.com/english/node/4544

 

Deux représentants du groupe Dao Din, un groupe militant étudiant basé à l'université Khon Kaen du Nord-Est de la Thaïlande, ont rencontré le personnel du Bureau du Haut-Commissaire aux droits de l'homme (HCDH) à Bangkok jeudi dernier afin de signaler les intimidations et les harcèlements dont le groupe a eu à faire face.

Les intimidations ont commencé après la libération des cinq étudiants militants du groupe Dao Din, arrêtés pour avoir fait le salut à trois doigts et porté des t-shirts avec le message "Pas de coup d'Etat" pendant le discours de Prayuth Chan-ocha, le chef de la junte, la semaine dernière.

Selon la page facebook du groupe, l'armée aurait visité les maisons de certains membres du groupe et aurait surveillé les activités et les mouvements du groupe.

Prachatai a eu la chance d'interviewer deux membres du groupe après leur rencontre avec le HCDH.

Prachatai: Comment s'est passé la réunion avec le HCDH?

Les étudiants militants: Les gens du HCDH nous ont dit qu'ils se rendaient compte de la situation des droits de l'homme en Thaïlande et des intimidations dont nous sommes victimes. Ils ont confirmé qu'ils suivront notre situation de près et ont promis qu'ils consulteront le ministère thaïlandais des Affaires étrangères au sujet de notre situation. En outre, ils suggèrent que le groupe Dao Din devrait présenter un rapport sur les intimidations contre les étudiants de Dao Din à l'ONU.

Prachatai: Vous sentez vous mal à l'aise d'avoir été accusé d'être des Chemises rouges?

Les étudiants militants: Ce n'est pas important, nous avons une position ferme et tenons à dire que ceux qui sont contre le coup d'État ne sont pas que des Chemises rouges. Il s'agit de gens des deux côtés qui ne se sentent pas à l'aise avec la situation, mais dans notre cas, nous luttons au nom de la nouvelle génération qui croit en la démocratie et nous voulons que la société pense au-delà du clivage politique des couleurs. Une évidence de cela est que nos activités se préoccupent principalement de résoudre les problèmes des villageois avec nous avons travaillé ce qui est très difficile en raison de la pression de l'autorité et des codes politiques de couleur, qui ne font qu'obstruer les idées de la nouvelle génération.

Prachatai: Quel est la relation entre Dao Din et les Chemises rouges?

Les étudiants militants: Dans certains aspects, tels que les élections, nous sommes d'accord car en faveur des élections et nous avons fait campagne pour cela. Lorsque la Cour constitutionnelle a jugé que la dernière élection était invalide, nous sommes allés à la Cour administrative pour déposer plainte contre ceux qui avaient invalidé l'élection car ils n'avaient pas le droit de le faire. Cependant, notre mouvement est indépendant et nous ne sommes pas sous le contrôle des Chemises rouges. Nous disposons de nos propres moyens.

Prachatai: Maintenant que le Conseil national pour la paix et l'ordre de la junte a proposé des programmes de réforme et a suggéré que les participations de la jeunesse et des étudiants pourraient être sur la table, dans le cas où vous seriez invités à participer à cela, iriez-vous? 

Les étudiants militants: En principe, cela ne va pas ensemble. Ils ont des fusils, mais nous n'avons que nos mains vides. Comment pouvons-nous coopérer pour la réforme. S'ils veulent vraiment la réforme alors qu'ils suppriment d'abord la loi martiale.

Les étudiants de Khon Kaen au bâtiment de l’ONU à Bangkok

Les étudiants de Khon Kaen au bâtiment de l’ONU à Bangkok

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires