Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 07:54

Un article de Giles Ji Ungpakorn

http://redthaisocialist.com/thailand-news-update-in-english/706-anti-reform-academics-hide-their-intentions-with-lies.html

 

Récemment, les universitaires conservateurs anti-réforme, comme Nakarin Mektrairat et Suchit Bunbongkarn, ont chanté les louanges du système politique allemand comme étant un modèle à suivre pour la Thaïlande. Mais leurs louanges sont basées sur un compte-rendu sélectif du système allemand et une distorsion des faits au sujet de la politique thaïlandaise.

Le système électoral allemand, au scrutin majoritaire pour les députés de circonscription et à la proportionnelle pour la liste des députés de parti, est similaire à celui de la Thaïlande sous la Constitution de 1997, bien que le système allemand ne soit légèrement meilleur pour refléter la proportion des suffrages exprimés vis-à-vis de chaque parti. Ce qui est bon sur le système allemand, par rapport à la Thaïlande, c'est l'élection d'un chef de l'Etat, l'absence de toute loi de lèse-majesté, et le fait que l'Allemagne possède un système fédéral, par opposition à l'état centralisé de la Thaïlande. Un tel système fédéral en Thaïlande pourrait être une étape vers la résolution de la guerre de longue durée à Patani.

Quand elle a été rétablie après la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande a mis en place un comité de sélection afin d'éliminer les généraux qui ne croyaient pas en la démocratie. Nous pourrions faire la même chose en Thaïlande.

Mais, naturellement, aussi bien Nakarin Mektrairat que Suchit Bunbongkarn ne souhaitent pas introduire l'un de ces bons points dans la vie politique thaïlandaise.

Suchit Bunbongkarn est un universitaire de droite anciennement établi, éduqué aux États-Unis, et fait partie de "l'école du fonctionnalisme structurel". Suchit était auparavant un juge constitutionnel. La Cour constitutionnelle non élue a cru qu'elle avait le droit de veto sur les politiques mises en avant par un gouvernement élu. Elle travaille maintenant à l'élaboration d'une constitution anti-réforme pour la junte militaire. Auparavant, dans ses écrits académiques, il a soutenu l'idée que la population thaïlandaise n’avait "aucun intérêt" pour la politique et que les gens étaient pris au piège dans un système "patron-client", qui les liait aux politiciens individuels. Il a plaidé pour le renforcement des partis politiques et une culture démocratique. Maintenant, il a changé son fusil d'épaule sans aucune hésitation. Il affirme actuellement que les partis politiques sont "trop puissants". Cela parce qu'il déteste les politiques pro-pauvres de Taksin. Il veut revenir en arrière à l'époque où l'électorat votait simplement pour des personnes influentes et non pas pour des partis ayant de réels programmes.

Nakarin Mektrairat est également occupé à travailler pour le Comité anti-constitutionnel de réforme de la junte. Récemment, il a soutenu l'interdiction de la junte pour les activités politiques associées aux événements du 6 octobre 1976 à l'Université Thammasart où il travaille également. Il a affirmé que ces activités créaient la "division". En d'autres mots, les gens ne devraient pas être autorisés à avoir des points de vue différents. Il affirme que tout le monde doit aimer le pays. Dans une interview pour l'agence de nouvelles "Isara", il a salué le roi pour avoir "protégé la démocratie" et s'être "assuré que les coups d'Etat militaires ne provoquaient pas de divisions de la société ni ne l'affaiblissaient". Dans un livre publié par l'Université Thammasart, il a affirmé que le roi "n'avait rien à voir avec" le bain de sang du 6 octobre et il cité sélectivement le discours du roi en 1976, en veillant à omettre sa claire approbation de l'événement ainsi que du coup d'Etat qui a eu lieu le même jour. Nakarin prétend être un "historien".

La démocratie ne se développera pas par un coup d'Etat militaire et les réformes ne sortiront pas de toutes les distorsions ni des mensonges des différents universitaires pro-militaires. Les anti-réformes de l'armée ne sont simplement conçues que pour réduire l'espace démocratique, la liberté d'expression et le droit de tout gouvernement démocratiquement élu de mettre en avant un manifeste clair au moment des élections.

Giles Ji Ungpakorn

Giles Ji Ungpakorn

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires