Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 15:36

Un article d'Asia Sentinel

Lien:

http://www.asiasentinel.com/politics/thailand-shuts-strong-opposition-voice/

 

Financée par l'État, l'Organisation de Collecte des Poubelles (Rubbish Collection Organization) dénonce les dissidents

Les autorités thaïlandaises, agissant sur la plainte de "l'Organisation de Collecte des Poubelles", une organisation parrainée par l'Etat et qui cherche à discréditer les opposants de la junte, ont persuadé Facebook de fermer l'accès aux thaïlandais de "Thai Voice Media", fondé par le journaliste thaïlandais respecté Jom Petchpradub, ancien rédacteur en chef adjoint de la station de télévision TITV.

La fermeture du site de Jom est une indication de la volonté des autorités thaïlandaises à agir contre les dissidents réfugiés à l'étranger. Le journaliste s'est échappé du pays et a demandé l'asile politique aux États-Unis après avoir refusé de faire son rapport à l'armée à la suite du coup d'Etat du 22 mai dernier qui a amené l'ancien chef de l'armée, Prayuth Chan-Ocha, au pouvoir. Il avait auparavant utilisé sa page Facebook pour diffuser ses vues à travers ses entretiens avec des militants de la démocratie à l'étranger ou vivant en Thaïlande via Skype.

L'Organisation de Collecte des Poubelles (Rubbish Collection Organization) a vu le jour en avril 2014, surfant sur le chaos politique organisé par les adversaires du gouvernement démocratiquement élu du parti Pua Thai et a été conçu pour étouffer la dissidence. L'ordre de la créer provient du lieutenant-général Surayud Chulanont, qui a dirigé le gouvernement militaire à la suite du coup d'Etat de 2006 qui a renversé l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, et qui siège maintenant au Conseil privé qui conseille le roi malade Bhumibol Adulyadej.

Malgré les blocages de sites web, les Thaïlandais ont continué à être en mesure d'obtenir des informations du monde extérieur, ce qui a causé des maux de tête à la monarchie et à son réseau composé de royalistes et d'élites. Lors du stade précoce de l'Internet en Thaïlande il y a 10 ans environ, les personnes au pouvoir n'avaient pas été préparées à l'impact de la libre circulation de l'information. Les royalistes ont sous-estimé l'impact et l'influence du réseau internet.

À un moment donné, le gouvernement a ordonné la fermeture complète de YouTube pendant 90 jours même si une telle action violait le protocole de l'Internet selon l'organisme international régissant le monde du web. L'arrêt a provoqué un tollé parmi les communautés étrangères diplomatiques et d'affaires, et a forcé le gouvernement thaïlandais à repenser sa position de ligne dure. YouTube a été autorisé de nouveau.

Avec le pays qui attend la mort du vieux roi de 87 ans et le passage du trône à son fils Vajiralongkorn agé de 62 ans, qui est détesté par beaucoup de membres du conseil privé qui ne savent pas quoi faire de lui, le gouvernement thaïlandais a créé l'un des filets les plus serrés et restrictifs du monde sur l'Internet, rivalisant en cela avec la Corée du Nord. Un nombre inconnu mais important de blogueurs ont été arrêtés pour avoir violé la loi de lèse-majesté et celle de juin 2007 sur les crimes informatiques, une loi faite pour rendre plus facile l'inculpation des personnes accusées de cyber-crimes.

En outre, grâce à l'aide d'hommes d'affaires basés aussi bien en Thaïlande qu'aux États-Unis, les autorités auraient ordonné le blocage élaborée ainsi que le contrôle de l'équipement de surveillance des sociétés américaines, ce qui est peut-être illégal en vertu des lois américaines qui spécifient que l'équipement ne devra pas être mis entre les mains de pays cherchant à en faire usage afin d'empêcher la liberté de parole et d'expression.

Il semble que le gouvernement thaïlandais ait aussi violé un accord de bonne foi avec l'Agence américaine antidrogue (DEA) sur les dispositifs de surveillance d'internet sophistiqués censé être remis à la police thaïlandaise par la DEA afin de lutter contre le flux de drogues et le trafic de stupéfiants. Au lieu de cela, l'équipement semble avoir été utilisé plus tard dans la détection des adresses IP de ceux qui postait des commentaires hostiles ou peu flatteur au sujet de la famille royale. Des milliers de sites Web, blogs et pages Facebook ont été bloqués par les autorités.

De même qu'il y a un an, Surayud a demandé à son associé, un médecin et major-général à la retraite, le Dr Rientong Nan-nan, de former l'Organisation de Collecte des Poubelles , qui a obtenu son financement des royalistes et de l'armée afin de traquer les gens qui violaient peut être la loi de lèse-majesté dans le cyber-monde et pour extirper ceux qui critiquent les membres de la famille royale. Cela comprenait de créer un compte Facebook pour recruter des pro-royalistes comme "chasseurs de sorcières" afin d'extirper les  dissidents "sorcières" qui critiquent la monarchie et la junte.

Dans un effort pour intimider l'opposition et le mouvement démocratique, certains adeptes de l'Organisation de Collecte des Poubelles ont posté d'horribles photos du massacre et de la violence contre les étudiants non armés qui ont été mutilés et tués le 6 octobre 1976 à l'Université Thammasat. Ils ont également posté des photos nues ou offensantes dans les commentaires des pages Facebook, puis ont immédiatement informé les autorités afin d'inculper les pages violant les règles du gouvernement, et arrêter les contrevenants. Surayud et Rientong ont offert des récompenses pour toute "Mah-Mod แม่มด" ou sorcière dénoncée.

Les Chemises jaunes royalistes, qui ont adoptés le jaune comme leur couleur fétiche, ont recueillis des preuves sur les messages postés sur Twitter, Instagram et Facebook, pour savoir où les "sorcières" vivent et travaillent, Ils ont ensuite fait circuler l'information entre leurs réseaux et rapporté les "délinquants" à la police.

Les médias thaïlandais traditionnels considèrent l'Organisation de Collecte des Poubelles comme une faction politique inoffensive. Yingluck Shinawatra, l'ancienne première ministre, n'a rien fait pour mettre fin à ses activités. Chatwadee Rose Amornpat, une blogueuse basée à Londres et opposante virulente à la monarchie, a dit à Asia Sentinel que ses propres parents l'avaient signalé à la police et avait déposé des accusations de lèse-majesté contre elle.

Parmi les autres personnes dénoncées par le président du "Réseau pour protéger la Nation, la Religion et la Monarchie" se trouve Aum Neko qui chercherait soi-disant à "détruire la religion bouddhiste." Aum Neko, une transsexuelle militante pro-démocratie et ancienne étudiante à l'université Thammasat, qui plus tard s'est exilée en France pour y demander l'asile politique. Ironiquement, il n'y a pas eu de telles accusations contre Bhudda Issara, le moine étroitement liée à Suthep Thaugsuban, dont les émeutiers ont fait tomber le gouvernement de Yingluck, et qui appelle à la violence contre les défenseurs de la démocratie.

L'activiste chemise rouge et militante anti-lèse-majesté La doctoresse Suda Rangukan, a été victime de l'Université Chulalongkorn, qui a refusé de renouveler son contrat. Elle est au Cambodge et a elle-aussi demandé l'asile politique.

En attendant, le doyen et vice-chancelier de cette université a soutenu activement les émeutiers de Suthep et la destruction du mouvement pro-démocratie. Personne n'osait le critiquer. Une telle organisation est illégales et anti droit de l'homme pour toutes les personnes civilisées sauf les royalistes thaïlandais.

L'Armée et la Marine royale thaïlandaise se sont également impliquées afin de montrer leur loyauté. Un bataillon des cyber escadrons des deux branches des forces armées a mis en place des dénonciations en ligne grâce à de coûteux matériaux informatiques et des ordinateurs portables dont la seule fonction est de collecter des données, de bloquer les messages hostiles et surveiller les activités de divers sites internet populaires tels que Facebook, Twitter, Instagram, et 24/7 sur la Thaïlande. Ils savent comment bloquer des comptes Facebook et l'ont prouvé à plusieurs reprises. Chatwadee a expliqué que son compte Facebook a été bombardé par l'Organisation de Collecte des Poubelles plus de 10 fois cette année. Parmi les Thaïlandais, le mot "bombarder" est un euphémisme pour la fermeture d'un compte internet par des autorités thaïlandaises parrainées par l'État.

Chatwadee a dit qu'elle avait écrit à Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, pour lui demander de l'aide et l'a informé de ces actes parrainés par l'État, mais en vain. Elle a aussi affirmé, "nous sommes découragés et dans un état de désespoir du fait que nous menons une lutte désespérée, mais nous n'avons pas d'autre choix que de continuer à raconter au monde la vérité sur la Thaïlande - que le peuple thaïlandais est pris en otage par la junte militaire ainsi que par la monarchie et son réseau."

Dessin de Supachai

Dessin de Supachai

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires