Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 09:27

Lien:

https://www.facebook.com/groups/ACT4DEM/permalink/845681905494126/

 

1er janvier 2015

Cher Mark Zuckerberg,

Nous tenons à vous remercier pour la création de Facebook: un espace qui a grandement permis au peuple thaïlandais de partager des souvenirs, des sentiments et des pensées avec leurs parents et amis bien-aimés dans leur propre patrie ainsi qu'avec les gens partout dans le monde.

Facebook a connu une croissance rapide en Thaïlande au cours des dernières années. Cette rapide croissance est le résultat du climat politique en Thaïlande, où les royalistes et la junte militaire imposent une lourde censure sur toutes les formes de médias et de communication et encouragent activement l'application des lois archaïques et draconiennes de lèse-majesté de ce pays.

Des rapports précis et honnête des événements en Thaïlande ne sont pas possible dans ce pays. Cela rend presque impossible pour les habitants de la Thaïlande de se faire une analyse précise de leur propre situation et des circonstances en Thaïlande.

Pour le plus grand nombre de la population thaïlandaise qui chérissent les principes de la démocratie, le maintien en ligne de l'ouverture du cyberespace est maintenant une question d'une importance cruciale, et Facebook est actuellement le lieu de rencontre le plus important avec une moyenne de 30 millions d'utilisateurs en Thaïlande, environ la moitié de la population - pour suivre les développements politiques, glaner des informations à partir du plus large éventail d'opinions possible et mettre plus ou moins à jour leurs points de vue et opinions qui peuvent ensuite être communiquées et débattues ouvertement.

Les coups d'État que les militaires ont organisés en 2006 et 2014 n'ont pas conduit à la stabilité sociale ou économique ni à la paix et des millions de Thaïlandais commencent à être extrêmement fatigué de lutter pour rester rationnel dans la défense de la démocratie et garder la main sur les potentiels qui peuvent empêcher le rétablissement d'un ordre social hiérarchique et autoritaire.

D'un côté de ce conflit politique se trouve la grande majorité de la population qui exige que le résultat des élections soit respecté. De l'autre la minorité, le pouvoir de l'élite royaliste main dans la main avec la nouvelle élite urbaine, s'accrochent à leurs croyances dans un droit divin de régner.

Nous tenons à mentionner brièvement que des décennies de troubles politiques en Thaïlande se sont considérablement approfondis après la répression militaire de 2010, l'exercice simultané de la Loi sur le décret d'urgence (2005), la Loi sur les crimes informatiques (2007), une large application de la loi martiale, en particulier après le coup d'Etat militaire de 2014, et l'augmentation de l'application de la loi de lèse-majesté. Les six ou sept gouvernements que nous avons eus depuis le coup militaire de 2006 ont tous mis l'accent sur le blocage de la liberté des médias publics et la liberté des personnes individuelles à s'exprimer, en particulier sur les questions relatives à la puissance des institutions sous le patronage de la monarchie.

Tout cela contribue à faire de la plate-forme Facebook le plus important espace de discussion politique, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Thaïlande et un canal par l'intermédiaire duquel les Thaïlandais peuvent exprimer leurs frustrations légitimes. Dans l'arène politique thaïlandaise, la mobilisation "chemise rouge" a eu un impact très significatif sur l'affranchissement de la conscience politique de millions de citoyens thaïlandais, notamment dans le cas de la majorité rurale. En réponse à cela, le camp royaliste et celui des nouvelles élites urbaines se sont mobilisés pour rétablir leurs avantages dans tous les domaines de l'administration, notamment en matière de contrôle de la justice.

L'outil non-militaire le plus efficace de l'arsenal politique royaliste est l'article 112 du Code pénal thaïlandais: l'instrument pour faire taire "les gens qui pensent différemment". Cette loi de lèse-majesté déclare que: "Quiconque diffame, insulte ou menace le roi, la reine, le prince héritier ou le régent, sera puni d'un emprisonnement de trois à quinze ans." La loi elle-même permet d'être utilisée par tout le monde pour accuser n'importe qui.

Les chiffres exacts des cas ne sont pas connus. Toutefois, on estime que, depuis 2006, plus de 1000 personnes ont été inculpées en vertu de l'article 112 et des dizaines parmi ces personnes sont détenues en prison indéfiniment. Beaucoup de ceux qui sont inculpés sont, en effet, des militants pour la démocratie. Beaucoup d'entre eux sont aussi des citoyens ordinaires qui veulent simplement utiliser leur franc-parler, des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, des écrivains d'opinion, des universitaires, des journalistes, des étudiants, des agriculteurs et des travailleurs, et aussi des gens du monde des affaires. Plusieurs ont été contraints de fuir cette vieille terre des sourires et ont cherché l'asile politique ailleurs - c'est le cas pour plus de 200 personnes.

Dans nos trois plus récentes élections générales (2006, 2007 et 2011), les élites royalistes ont perdu avec d'énormes marges.

Il semble, aujourd'hui, que les pages Facebook, même thaïlandaises commencent à être dominées par des éléments fascistes qui travaillent en groupe afin d'intimider tout ceux qu'ils peuvent. Il y a maintenant un réseau Facebook appelé "l'Organisation de Collecte des Poubelles" (Rubbish Collection Organization) dont l'objectif est d'organiser une chasse aux sorcières contre toute personne réputée ne pas faire suffisamment preuve de loyauté envers la monarchie. Les messages et commentaires visent à encourager les sympathisants royalistes à agresser, aussi bien physiquement que mentalement, quiconque pense différemment sur la monarchie. Les utilisateurs Facebook réputés coupables de ne pas démontrer suffisamment d'amour envers le roi pourrait se trouver inculpés en vertu de l'article 112.

Depuis le coup d'Etat militaire de mai 2014, les réseaux royalistes, aussi bien officiels, qu'officieux et d'infiltration, ont de plus en plus espionnés les posts et les articles publiés sur Facebook afin d'y rechercher des preuves pour inculper les gens de lèse-majesté en vertu de l'article 112.

Cette tactique royaliste de former des groupes pour espionner les utilisateurs de Facebook est alarmante. Conformément à l'article 112, des gens rationnels et normaux sont contraints de vivre dans l'ombre de la peur, dans la crainte d'être déclaré coupable de penser différemment, dans la crainte de nombreuses formes de sanction sociale et de menaces mentales, matérielles ainsi que de représailles physiques. Cela signifie que de nombreux utilisateurs de Facebook ne peuvent pas risquer de révéler ou de confirmer leur identité et, de même, ne peuvent pas se lever pour défendre leur position lorsque leur compte Facebook est fermé.

D'autre part, comme s'ils étaient protégés, les comptes Facebook des royalistes apparaissent libres de toutes menaces de fermeture, même quand ils utilisent également des pseudonymes. Peu importe qu'ils soient agressifs, qu'ils se protègent avec des suffixes "Love the King", les cyber-scouts royalistes semblent être en mesure de se concentrer sur l'intimidation d'utilisateurs réguliers de Facebook sans avoir à se soucier d'être fermés.

Nous vous écrivons dans l'espoir que vous et votre équipe Facebook donnerez à ces préoccupations et à cet appel votre attention sérieuse.

Il y a chaque jour des plaintes parmi la population thaïlandaise comme quoi leurs pages Facebook ont été supprimées à la suite de rapports des royalistes à Facebook.

Il semble que ces jours-ci, les voix critiques du régime militaire/royaliste de Thaïlande soient victimes d'intimidation, même à travers Facebook et en sont réduits eux-mêmes à désactiver leur compte Facebook par crainte de représailles, ou se le voient fermer par Facebook lui-même.

Nous pensons que nous devons communiquer avec vous, en personne, afin de vous informer sur les conditions en Thaïlande et les difficultés auxquelles de nombreux utilisateurs thaïlandais de Facebook, qui luttent pour la liberté et la démocratie, font face actuellement.

Nous tenons à confirmer que, dans le cadre de la situation politique qui règne actuellement en Thaïlande, à un moment où la liberté d'expression dans ce pays est de nouveau fortement censurée, Facebook fonctionne comme un canal de communication vital pour des dizaines de millions de thaïlandais.

Lorsque, même dans les universités, la liberté de dialoguer, ne parlons même pas de celles d'analyser et de tirer des conclusions, est interdite, l'importance de Facebook comme espace éducatif où les gens peuvent étudier et partager des informations à propos de ce qui se passe dans leur propre pays, est vraiment importante, surtout pour ceux qui se sont engagés dans la lutte pour une démocratie pleinement représentative.

Nous pensons que l'expérience thaïlandaise actuelle donne à Facebook, encore une fois, l'occasion de reconnaître l'importance et la nécessité de FB qui est devenu essentiel dans notre lutte commune pour un monde libre.

Nous aimerions demander à Facebook, ce qui suit:

- De reconnaître que la fermeture des pages FB de personnes signalées par des royalistes thaïlandais ou des réseaux royalistes ne sert pas les intérêts de notre lutte commune pour défendre les principes de gouvernance démocratique ni les intérêts du monde libre.

À la lumière de cela, nous proposons que Facebook établisse certaines normes d'enquête avant de décider de mettre fin aux pages Facebook de personnes, par exemple, dans le cas de la Thaïlande, en établissant un protocole pour communiquer avec elles, par exemple dans le cas où une personne est signalée à FB par les royalistes thaïlandais (accusée d'affaiblir l'opposition royaliste), et de fournir à l'accusé une possibilité décente pour, non seulement se défendre, mais aussi pour se protéger.

- D'étudier, sur une base égale, les discours haineux du camp royaliste, en particulier les menaces d'agressions physiques ou mentales ou même les appels à commettre des meurtres, des assassinats ou à blesser les gens qui pensent différemment que les royalistes thaïlandais.

- À adhérer au principe de la protection de la vie privée des utilisateurs de Facebook et à ne pas divulguer des informations sur les utilisateurs thaïlandais de Facebook à d'autres organisations, en particulier aux organisations qui travaillent pour la junte militaire en Thaïlande ou y sont affiliés.

Nous souhaitons et espérons que vous allez entendre nos voix et nos préoccupations.

Merci.

Signé par:

Junya Yimprasert

Jom Petchpradab

Doungchampa Spencer-Isenberg

Aum Neko

Somsak Pakdidech

Junya Yimprasert qui est actuellement exilée politique en Finlande

Junya Yimprasert qui est actuellement exilée politique en Finlande

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires

Logiciels centre d'appels 13/01/2015 08:22

Comme dans tous les pays, Facebook a apporté de biens que du mal; Facebook facilite la communication il y a pas mal des gens qui a trouvé son bonheur via Facebook( amour, travail, ami...), Facebook est non seulement un réseau social mais aussi un apport de savoir car sur Facebook on trouve des infos, des conseils pour la santé, pour la mode, pour la vie quotidienne, débats politiques