Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 13:30

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

http://redthaisocialist.com/thailand-news-update-in-english/740-chaturon-slams-juntas-anti-reforms.html

 

Chaturon Chaisang, ancien ministre de l'Éducation et ancien député du Parti Pua Thai, a critiqué le projet d'anti-réformes de la Constitution de la junte. S'exprimant récemment au cours d'une table ronde au Club des correspondants étrangers de Thaïlande, Chaturon a noté que de nombreux gouvernements occidentaux avaient demandé à la junte quand les élections auront lieu. Mais la question principale n'est pas "quand" les élections auront lieu, mais "le type" d'élections qu'il y aura.

Chaturon Chaisang a été l'un des rares politiciens du Parti Pua Thai à refuser de se soumettre à la junte du Prayut. À son crédit, il ne s'est pas signalé à l'armée lorsqu’il a été invité à le faire et a ensuite été arrêté après avoir donné une conférence de presse à des journalistes étrangers.

Chaturon note que le nouveau projet de constitution anti-réforme permettra la possibilité d'avoir un premier ministre non élu à la tête de l'Etat, qui ne sera pas un député et n'aura pas été élu par le peuple. La principale excuse pour cela est qu'une crise politique pourrait se déclencher à nouveau dans l'avenir. Il a conclu à juste titre qu'il y aurait un manque de pouvoir populaire dans le choix d'un premier ministre.

En plus de cela, Chaturon a expliqué que le rôle des partis politiques ainsi que leurs programmes seraient sévèrement réduits en raison des soi-disant "politiques de réformes", prévues par la junte, qui seront appliquées à tous les gouvernements futurs dans les années à venir. L'électorat n'aurait donc plus aucun mot à dire sur l'avenir de la société thaïlandaise. Plus de pouvoirs seront donnés à des organismes non élus qui contrôlent les représentants élus.

Chaturon a également expliqué que les anti-réformistes tentent actuellement de concevoir une équation anti-démocratique de répartition du nombre de députés au parlement. Le nombre des députés élus par circonscription et ceux par la proportionnelle sera déterminé par une équation bizarre conçue pour empêcher un parti populaire d'atteindre une majorité et donner plus de députés élus par Liste du Parti aux partis politiques qui ne parviennent pas à gagner beaucoup de députés de circonscription. Bien qu'il ne l'ait pas précisé, cette formule donnerait plus de députés au "Parti démocrate" pro-militaire au détriment d'un parti comme le Pua Thai, qui a remporté la majorité absolue du fait que ses politiques avaient gagné les cœurs et les esprits du peuple.

Chaturon note qu'il n'y a pas de réformes judiciaires proposées. Étant donné le scandale des doubles standards judiciaires en Thaïlande, il s'agit d'une affaire sérieuse.

Nous pouvons aller plus loin et constater que les laquais de la junte sont occupés à essayer d'attaquer de nombreux anciens députés du Parti Pua Thai, y compris Yingluck, dans le but de les interdire de politique. L'argument scandaleux utilisé pour la mise en accusation de ces députés est le fait qu'ils ont essayé de changer la Constitution de la junte précédente afin d'augmenter l'espace démocratique.

Sous la nouvelle constitution proposée par les militaires, un vote des deux tiers des députés et des sénateurs nommés, siégeant ensemble, sera nécessaire pour modifier la Constitution. La Cour constitutionnelle, nommée par l'armée, devra alors considérer si c'est légal ou non. Cela devra ensuite être approuvé par référendum. Tous les 5 ans, un comité nommé d'antidémocrates réactionnaires se réunira pour examiner la constitution et décider si de nouveaux amendements devraient être déposés.

Toute tentative des partis politiques afin de proposer des programmes politiques sera examinée par des organismes non élus qui auront le pouvoir de veto et le Sénat nommé par l'armée pourra faire une enquête sur tous les futurs ministres du gouvernement avant qu'ils ne soient autorisés à entrer en fonction.

Il a également été suggéré que la Commission nationale des droits de l'homme fusionne avec le bureau du médiateur national et que la Commission électorale soit mise au rebut et remplacée par un "comité d'organisation de l'élection", dont les membres seront choisis par des secrétaires permanents nommés par les militaires dans un certain nombre de ministères, notamment le Ministre de la Défense et le chef de la police nationale.

Rien de tout cela n'est particulièrement surprenant. Le projet de constitution est conçu pour permettre un contrôle militaire et conservateur sur un pseudo système électoral dans le futur. La poigne de fer contre les programmes politiques est conçue pour geler le statu quo et enlever tout choix électoral; le tout dans l'intérêt des élites conservatrices.

Pour parvenir à la démocratie, cette constitution pourrie et toutes les personnes impliquées dans les dictatures passées, devront être balayées.

Chaturon Chaisang

Chaturon Chaisang

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires