Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 08:27

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2015/03/29/there-is-no-trade-off-between-prosperity-and-democracy/

 

Récemment, après la mort de l'ancien dictateur Lee Kuan Yew, beaucoup de fadaises ont été écrites sur le soi-disant compromis entre prospérité et démocratie. Il n'y a pas de compromis. L'égalité de prospérité pour tous les citoyens est conditionnelle à la démocratie. Il y a aussi d'autres conditions importantes bien sûr, mais il n'existe pas de "dictature bienveillante" qui prévoit l'égalité de la prospérité à tous les citoyens. Le terme "dictature bienveillante" n'est utilisé que par les apologistes de régimes autoritaires.

Prenons l'exemple de Singapour. Si vous citez sélectivement le PIB par habitant de Singapour, on pourrait croire que tout le monde est prospère. Mais quand vous regardez le revenu et la distribution de la richesse à Singapour, vous verrez immédiatement que la ville-état a des niveaux d'inégalité qui sont plus élevés qu'au Japon ou qu'en Europe occidentale. A Singapour, il y a des gens fabuleusement riche et le Premier ministre lui-même gagne un salaire plus élevé que celui du président américain. Les citoyens ordinaires de la classe ouvrière à Singapour ont souvent des fins de mois difficiles. Mais ce n'est pas seulement les citoyens de la classe ouvrière qui ont construit la richesse de l'île-état. Des milliers de travailleurs migrants mal payés et maltraités ont également joué un rôle important. Mais ils ne sont même pas considérés comme des citoyens et ne bénéficient d'aucun des avantages sociaux qui sont offerts aux citoyens de l'île.

A Singapour, il n'existe pas de syndicats indépendants ou libres qui pourraient négocier de meilleurs niveaux de vie ou un État providence global. En pratique, il est plus ou moins illégal de faire la grève. Les manifestations sont interdites et aussi bien les socialistes que les autres partis d'opposition ne peuvent pas participer à des élections libres et équitables ni proposer de politiques alternatives pour augmenter la répartition des revenus.

La dictature de Singapour a donc empêché l'égalité économique entre les citoyens et a exclu la possibilité pour de nombreux travailleurs d'être considérés comme des citoyens. En d'autres termes, la dictature de Singapour est un obstacle à la prospérité de la grande majorité des personnes qui y vivent ou y travaillent. En fait, cette dictature n'est que ce genre de système politique qui attire les investissements des sociétés multinationales de financement, et cet investissement a permis à Singapour de s'enrichir d'une manière très inégale. Il s'agit de regarder lesquelles des classes sociales en sont les bénéficiaires.

Les mêmes critiques pourraient être portées contre l'Arabie Saoudite ou l'un des régimes despotiques riches en pétrole.

Il y a aussi de nombreux exemples de gouvernements autoritaires qui règnent sur les pays pauvres comme la Birmanie ou la Corée du Nord.

Cependant, si nous observons les pays de l'État providence en Scandinavie, qui ont une très bonne note sur la qualité des indices de vie, nous pouvons voir que cette qualité de vie, la prospérité et l'égalité vont de pair avec la liberté et la démocratie. Non seulement ce n'est pas une utopie mais c'est la liberté d'organiser des syndicats et des partis politiques qui ont contribué à créer une telle qualité de vie.

Si on ne peut pas avoir une qualité de vie élevée pour tous les citoyens sans droits démocratiques, alors il est tout aussi exact de dire que l'on ne peut pas avoir une véritable démocratie sans égalité. Les sociétés très inégalitaires comme les États-Unis ont de faibles taux de participation politiques. La politique est dominée par les riches élites. Un système démocratique est conditionnel à des élections libres et équitables, mais il s'agit seulement d'une condition de base. Pour être complète, une démocratie dépend de la participation de la masse et d'un contrôle par le peuple de la distribution et de la production de richesse. Elle dépend aussi du droit à une "bonne vie" pour tous.

En Thaïlande, l'inégalité a traditionnellement été élevée en raison de longues périodes de régime militaire, entrecoupées de démocratie politique dominée par les élites. Les revenus de tous les citoyens ont augmenté avec la croissance économique, mais les riches en ont le plus bénéficié. Durant le gouvernement démocratiquement élu de Taksin, les politiques pro-pauvres ont gagné le cœur et l'esprit du peuple et il y a eu une légère diminution de l'inégalité. Mais parce que son gouvernement était un gouvernement des grosses entreprises, l'impact sur l'inégalité a été limité. Après les coups d'Etat militaires, la destruction à long terme de la démocratie et des gouvernements soutenant l'extrême libre-marché, l'inégalité va sans doute de nouveau augmenter.

La prospérité et la démocratie ne peuvent jamais être séparées l'une de l'autre. Il n'y a pas de compromis entre la démocratie et la prospérité.

Il n'y a pas de compromis entre la prospérité et la démocratie

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires