Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 16:53

Un article de Kevin Hewison

Lien:

http://kyotoreview.org/issue-17/inequality-and-politics-in-thailand-2/

 

Écrivant sur la démocratie en Amérique, Alexis de Tocqueville est resté célèbre pour avoir déclaré "l'égalité générale des conditions de la Fondation de la démocratie américaine". Pour la Thaïlande, c'est différent, car c'est l'inégalité générale qui la définie comme condition de base. En modifiant les mots de Tocqueville, nous pouvons dire que l'inégalité de la Thaïlande a une influence prodigieuse qui s'exerce sur tout le cours de la société en donnant une certaine direction à l'idéologie de l'État et un ténor particulier aux lois en offrant des maximes au pouvoir régissant et des habitudes aux gouvernés. L'influence de l'inégalité s'étend au-delà de la politique et du droit: elle crée des opinions, engendre des sentiments, suggère les pratiques ordinaires de la vie, et modifie tout ce qu'elle ne produit pas. L'inégalité des conditions en Thaïlande est le fait fondamental dont tous les autres découlent.

- LA PAUVRETÉ, LES REVENUS ET LES INÉGALITÉS

Les inégalités économiques et politiques en Thaïlande se renforcent mutuellement selon des conditions qui ont résulté de la façon dont les gains de la rapide croissance économique ont été capturés par les élites. La préservation de ces privilèges produit une structure politique qui est basée sur l'exclusion et est dominée par une élite autoritaire. Pendant une bonne partie de sa période de croissance économique rapide depuis les années 1950, les régimes autoritaires ont dominé en promouvant le capitalisme et l'incubation des classes capitalistes et moyennes, tout en limitant les droits politiques. La croissance a réduit la pauvreté mais l'inégalité est restée élevée. Ainsi, tandis que la croissance a été bénéfique pour la plupart, c'est la classe capitaliste et ses alliés qui ont bénéficiés de la plupart des gains.

La pauvreté n'a pas réduit les inégalités parce que les augmentations de revenu ont été concentrées avec le bien-être. De 0,45 à 0,53, l'indice de Gini est demeuré élevé depuis les années 1980 et s'est reproduit pour d'autres mesures de la richesse. Les données de 2007 montrent que 10% des familles contrôlent plus de 51% de la richesse tandis que les 50% les plus pauvres n'en contrôlent que 8,5%. Pour les terrains, les maisons et les autres actifs, seul 10% de la population détient environ 90% des terres privées. D'autres données démontrent une redistribution des revenus du travail vers le capital, avec une augmentation de la productivité par le travail ayant largement bénéficiés au capital du fait de l'augmentation des profits. Jusqu'à la fin de 2011, la stagnation des salaires réels étaient une partie de cette tendance.

- EXPLIQUER LES INÉGALITÉS

Ce modèle d'exploitation et d'inégalité existe depuis longtemps. En fait, les chercheurs ont rapporté des données similaires à celles citées ci-dessus au cours de plusieurs décennies. Dans les années 1960, Bell a identifié d'importants transferts excédentaires de la région pauvre du Nord-Est, "région sous-développée ou les producteurs étaient exploités par de bas salaires et des rendements agricoles pauvres."

1 - Trois décennies plus tard, Teerana a conclu que la réduction de la pauvreté n'avait pas réduit l'écart des revenus et a montré que l'inégalité en Thaïlande était très élevée par rapport à celle d'autres économies asiatiques.

2 - Quelles sont les raisons de la persistance de l'inégalité? Les meilleures réponses se trouvent dans la politique de l'Etat et le pouvoir structurel du capital.

L'État et la politique

Les études de la politique de l'Etat indiquent une fracture rurale-urbaine de longue date. L'industrialisation promue par l'Etat a abouti à une plus grande classe ouvrière, mais avec une forte intensité capitalistique, le secteur ne pouvait pas absorber tous les migrants ruraux qui s'étaient déplacés vers les zones urbaines pour trouver du travail. Le résultat a été un vaste secteur informel où les travailleurs sont restés en dehors du système de protection sociale limitée de l'État. Cela a contribué à l'inégalité alors que les transferts de l'Etat ont été dirigés vers le secteur formel.

De même, l'investissement de l'État dans l'éducation a été concentré dans les zones urbaines. Lorsque l'économie s'est développée rapidement, les dépenses de l'Etat pour l'éducation sont restées faibles pendant une longue période. Dans les années 1960, alors que les agriculteurs et les travailleurs constituaient 85% de la population, seul 15,5% des étudiants universitaires étaient originaires de ces groupes. Vers le milieu des années 1980, ce taux a chuté à seulement 8,8%. Ainsi, les classes inférieures ont été exclues d'une avenue importante pour se retrouver dans des travaux peu rémunérés et peu qualifiés.

Les politiques fiscales ont également fait preuve de discrimination envers les pauvres. Les taux élevés de protection des industries ont discriminé l'agriculture et, pendant des décennies, une taxe régressive sur le riz a transféré les richesses des campagnes vers les villes. Dans les années 1990, de nombreuses taxes régressives ont permis aux riches d'être gagnants dans le système fiscal. En 2012, les politiques et les dépenses budgétaires de l'Etat sont restés en faveur des riches. L'impact de ces politiques a été une redistribution économique allant dans le sens des pauvres vers les riches.

Ces programmes ont été complétées par une politique de haut rendement à faible salaire qui a été maintenue par le gouvernement et les entreprises et a transféré la richesse au capital.

Classe et pouvoir

Le pouvoir politique nécessaire pour maintenir la stratégie de bas salaires/hauts profits est un ensemble de stratégies de l'Etat et du monde des affaires impliquant le droit, la politique, l'idéologie et la coercition. Lors de la plupart de la période de la rapide croissance économique, les politiques subalternes ont été limitées, souvent fortement réprimées. Ces stratégies fondées sur les classes sociales cherchent à maintenir des régimes autoritaires en limitant la politique électorale.

Le clientélisme ou la "politique de l'argent" marginalise l'attention de la politique à l'inégalité en obtenant un soutien politique particulariste, et a été la politique dominante, au moins jusqu'en 2001. Lorsque des élections avaient lieu, elles impliquaient un tel éventail de partis politiques que les gouvernements de coalition restaient toujours faibles et que les partis concernées ne développaient jamais leurs programmes au-delà des politiques locales. Cette politique excluait la majorité et conservait des institutions représentatives faibles, permettant à l'armée et à la monarchie de dominer. Le résultat a été que l'inégalité n'était pas abordée par les élites politiques et les groupes exclus ont dû accepter des marchandages politiques particularistes plutôt que des attentions programmatiques aux questions de redistribution, au moins jusqu'à ce que Thaksin Shinawatra soit élu en 2001.

- RÉPONDRE AUX INÉGALITÉS

L'inégalité et les structures qui la maintiennent ont été contestées. Plus récemment, les longues manifestations des Chemises rouges de 2009 et 2010 ont été l'un de ces défis. Lors du rejet du coup d'Etat de 2006, un débat sur la liaison entre l'inégalité et la démocratisation a émergé. Cette liaison résulte d'une série de crises politiques et économiques qui ont commencées avec le coup d'Etat militaire de 1991, le soulèvement civil subséquent de mai 1992, et la fin de la longue période d'expansion en 1997. La Constitution de 1997 a suivi et cela a changé les règles politiques.

Les seuls gouvernements élus en vertu de la Constitution de 1997 ont été ceux de Thaksin en 2001 et 2005. Formé en 1998, le Thai Rak Thai de Thaksin (TRT) est devenu électoralement un Parti populaire en raison de prometteurs changements politiques pour les pauvres, dont un moratoire de la dette pour les agriculteurs, des prêts bonifiés au niveau communautaire et, plus définissant, des soins de santé universels. Pour la première fois, un parti politique promettait, et mettait en place une fois élu, des programmes universels relatifs à la pauvreté et au bien-être. Le ralentissement économique, qui a débuté en 1997, avait affaibli l'élite, et sa crainte d'un conflit social a été suffisante pour qu'elle accepte l'accord politique de Thaksin avec les masses.

Non seulement le TRT est devenu extraordinairement populaire, mais les électeurs ont découvert qu'un gouvernement plus sensible à leurs problèmes était possible. Ces conséquences ont déstabilisé l'élite. Les royalistes craignaient que les politiciens élus et populairement considérés comme Thaksin ne soient dangereux pour eux car ce dernier semblait établir une popularité qui entrait en compétition avec celle de la monarchie. Après l'écrasante réélection de M. Thaksin en 2005, les hommes du palais comme le président du Conseil privé Prem Tinsulanonda ont perçu cette diminution de la centralité politique autour de la monarchie comme une menace, et cette perception a déclenché une lutte politique, encore inachevée de nos jours, afin de limiter la politique électorale.

Les conservateurs ont vu les élections comme posant des menaces envers leur point de vue comme quoi la politique devrait fonctionner avec la monarchie en tant qu'institution primordiale. Ils ont pensé que la politique électorale sapait le rôle fondamental de la monarchie vis-à-vis de l'ordre social et politique. Thaksin avait également contesté le statu quo en secouant la bureaucratie, ce qui la rendait plus sensible aux élus et au public. En restructurant la bureaucratie et les ministères de restructuration, Thaksin a promu ses favoris, et les hauts fonctionnaires qui contrôlaient la population depuis des décennies se sont sentis en danger. De même, Thaksin a contesté la classe capitaliste en exigeant que les entreprises nationales soient plus compétitives. Les opposants ont pensé que les entreprises Shinawatra cherchaient à gagner un avantage concurrentiel et ont perçu ce réarrangement du pouvoir économique comme une menace.

Thaksin n'était pas pleinement conscient de la menace qu'il posait pour la coalition politique de l'élite du palais, des militaires et du milieu des affaires, et son non-respect des hiérarchies traditionnelles a fait qu'il a été identifié comme dangereux. L'attention de Thaksin pour les classes inférieures a été la raison pour laquelle une coalition des forces conservatrices, hiérarchiques et autoritaires en sont venu à s'opposer à son gouvernement. Le résultat a été le coup d'Etat de 2006. Le coup d'Etat n'a pas mis fin à cette contestation des élites traditionnelles et les Chemises rouges ainsi que d'autres partisans de Thaksin se sont opposés au palais et à l'armée. En exigeant de nouvelles élections en 2010, les Chemises rouges se sont engagés dans une protestation prolongée, concentrant leur rhétorique politique sur les inégalités.

Les manifestants ont adopté un célèbre ancien mot pour définir les roturiers en Thaïlande, "phrai", afin de désigner leur position vis-à-vis de l'ammat ou des "aristocrates au pouvoir". Ils ont souligné les doubles standards de la loi, la monopolisation du pouvoir politique par "l'ammat", et ont exprimé un ressentiment profondément ressenti de l'inégalité. Malgré les affirmations comme quoi les Chemises rouges étaient des radicaux, leurs demandes étaient réformistes: "Nous voulons un Etat capitaliste libre dans lequel l'écart entre les riches et les pauvres soit réduit. Nous voulons créer plus d'opportunités pour les pauvres".

Cet appel au statut des classes a irrité l'élite, d'autant que les protestations avaient développées une solidarité considérable de la part des plus pauvres.

Cette solidarité s'est développée à travers la mobilisation politique, les habitudes de vote et les données économiques. Les habitudes de vote étaient alignées avec les régions les plus pauvres du Nord et du Nord-est, plusieurs provinces de la région centrale et les zones de la classe ouvrière autour de Bangkok votant systématiquement pour les partis pro-Thaksin. En 2007, la moyenne du produit provincial brut par habitant dans les provinces qui ont voté pour le Parti Démocrate soutenu par l'élite était près de 2,4 fois plus élevée que dans les provinces qui soutenaient le parti pro-Thaksin.

- LA POLITIQUE DES INÉGALITÉS

Des revenus relativement faibles, la propriété biaisée et le détournement des revenus vers les riches indiquent une tendance de longue date de l'exploitation. S'il y a eu des révoltes contre cette exploitation, celles-ci n'ont pas modifié cette tendance. L'élite répond habituellement à ces "rébellions" par la répression. Lorsque les contestations aboutissaient à la politique électorale, que les manifestants ont exigé en 1973, 1992, 2009 et 2010, le résultat a été le clientélisme politique qui permettait de dénigrer les politiciens civils comme étant mauvais et corrompus. Ce dénigrement a ouvert la voie à des interventions militaires et royales afin de ré-établir la répression, l'autoritarisme et la domination des élites. Lorsque l'élite impose ses règles, elle légitimise son droit à gouverner, en s'appuyant sur ses conceptions de l'ordre, de l'autorité et de la morale. Au cœur de ce système se trouve une revendication comme quoi la monarchie serait indispensable et que les règles de l'élite seraient en phase avec l'autorité morale du roi.

Ceux qui contestent cette idéologie ont demandé à plusieurs reprises une représentation et des politiques qui remettraient en question cette exploitation. Plus précisément, il y a eu un support inébranlable pour la politique électorale. Depuis le coup d'Etat de 2006, lorsque des élections ont été autorisées, les électeurs ont élu à plusieurs reprises des gouvernements pro-Thaksin. Il ne s'agit pas d'un pro-Thaksinisme de la part de l'électorat mais cela équivaut à un soutien pour la politique électorale et aux partis perçus comme représentant les intérêts des plus pauvres. L'électorat venu des classes rurales et du travail semble rejeter le clientélisme politique et désire peut-être une société mieux organisée, moins hiérarchique et avec moins d'exploitation.

Pour beaucoup de Chemises rouges, la démocratie signifie une politique électorale plutôt que des coups d'Etat. Ils identifient l'inégalité comme étant un "double standard" notamment dans le cas de la soumission des tribunaux vis-à-vis du pouvoir extra-politique. Les Chemises rouges exigeaient un état où "le pouvoir politique appartiendrait vraiment au peuple thaïlandais". Ils voulaient un "État juste et équitable", où "les gens soient libérés de l'oligarchie aristocratique (ammat) et soient fiers de la liberté et de l'égalité".

Ces exigences de liberté, de justice et d'égalité ont aboutie à une lutte acharnée pour le contrôle du système politique. La réponse de l'élite à ces demandes a été l'utilisation de la magistrature, des canons de l'armée ainsi que des manifestations royalistes répétées. Le 22 mai 2014, le coup d'État militaire a été l'aboutissement de l'effort déterminé afin de neutraliser les politiciens en dehors de l'élite royaliste et de faire reculer la politique électorale.

- CONCLUSION

S'il se rendait aujourd'hui en Thaïlande, Tocqueville ne trouverait pas "l'égalité générale des conditions" qui caractérisaient les débuts de la démocratie américaine. Il constaterait plutôt l'influence prodigieuse et pernicieuse d'un système social, politique et économique structuré pour maintenir l'inégalité.

Kevin Hewison

Kevin Hewison

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires