Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 11:15

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2015/04/26/thailand-and-the-american-war-in-vietnam/

 

L'année "1968" évoque des images de radicalisme, en particulier l'opposition à la guerre américaine au Vietnam. Lorsque l'on considère la Thaïlande, il est important de comprendre que le mouvement des "Seventies" en Thaïlande était lié aux luttes des "Sixties" à l'échelle internationale. Ce lien entre les années soixante et soixante-dix se produit de deux façons. Premièrement, la vague de révoltes étudiantes et l'activisme parmi les jeunes gens en Europe de l'Ouest et aux États-Unis, le "mouvement de 1968", furent l'inspiration qui alluma les luttes de l'aile gauche en Thaïlande au début des années 1970. Les idées de gauche libertaires des mouvements occidentaux pénétrèrent dans la société thaïlandaise par le moyen de reportages d'information, d'articles, de livres, de la musique et du retour des étudiants thaïlandais d'Occident, en premier lieu, spécialement des étudiants en art. Deuxièmement, la victoire des partis communistes en Indochine après que les États-Unis aient commencé à perdre la guerre au Vietnam eut un impact massif dans l'initialisation des luttes pour une nouvelle société en Thaïlande. Ces victoires communistes asiatiques furent directement liées aux mouvements des "années 1960" en Occident d'une manière dialectique. Les radicaux occidentaux furent inspirés par les luttes locales contre l'impérialisme et l'injustice en Asie du Sud-Est et en dans d'autres parties du Monde. Le mouvement contre la guerre du Vietnam, qui occupa une part importante de la fin des "années 1960” en Occident, contribua à détruire la capacité des États-Unis à continuer de faire la guerre.

Le mouvement des "Seventies" en Thaïlande

Le mouvement des "Seventies" en Thaïlande

À quoi ressemblaient les "années 1970" thaïlandaises? La première image qui vient à l'esprit devrait être le demi-million de gens, principalement des jeunes lycéens et des étudiants, mais aussi des travailleurs ordinaires, manifestant autour du Monument de la Démocratie le 14 octobre 1973. Cela conduisit au renversement de la dictature militaire. Ce fut la première révolte populaire de masse de l'histoire thaïlandaise moderne. Le 14 octobre et les luttes qui suivirent, victorieuses et défaites, qui composèrent les "années 1970” thaïlandaises ont continué à façonner la nature de la politique et de la société jusqu'à nos jours.

La domination de la politique thaïlandaise par l'armée commença peu après la révolution de 1932. Mais la consolidation de son pouvoir est venue avec le coup d'État militaire de Sarit en 1957. Le développement économique durant les années de dictature militaire des années 1950 et 1960 prit place dans le contexte de boom économique mondial et aussi local créé par les guerres de Corée et du Vietnam. Cette croissance économique eut un impact profond sur la société thaïlandaise. Naturellement la taille de la classe ouvrière progressa tandis que des usines et des affaires furent développées. Cependant, sous la dictature, les droits syndicaux furent supprimés et les salaires, ainsi que les conditions d'emploi, étaient bien contrôlés. Au début de 1973, le salaire minimum journalier, fixé autour de 10 baths, demeurait inchangé depuis le début des années 1950 alors que le prix des marchandises avait augmenté de 50%. Des grèves illégales s'étaient déjà produites durant la période de dictature, mais celles-ci se multiplièrent rapidement à cause du mécontentement dû à la situation économique générale. Les neuf premiers mois de 1973, précédant le 14 octobre, virent un total de quarante grèves, et l'une d'entre elles, à la Thaï Steel Company, qui dura un mois, aboutit à une victoire grâce au niveau élevé de solidarité des autres travailleurs.

La révolte du 14 octobre 1973

La révolte du 14 octobre 1973

Une des conséquences du développement économique fut aussi l'augmentation massive du nombre d'étudiants, en particulier d'étudiants venus de la classe ouvrière. La construction en 1969 de l'université ouverte Ramkamhaeng en fut un facteur significatif. Le nombre d'étudiants de hautes études passa de 15,000 en 1961 à 50,000 en 1972. La génération d'étudiants du début des années 1970 fut influencée par les révoltes et les révolutions qui se produisaient à travers le monde durant cette période, Mai 1968 à Paris en étant l'un des principaux exemples. Avant cela, en 1966 le journal radical Social Science Review fut fondé par des intellectuels progressifs. Les étudiants commencèrent à partir pour des camps de développement rural dans le but d'étudier les problèmes de la pauvreté des campagnes. En 1971, 3500 étudiants étaient allés dans un total de 64 camps. En 1972, un mouvement de boycott des produits japonais fut organisé dans le cadre de la lutte contre la domination étrangère de l'économie. Les étudiants se mobilisèrent aussi contre l'augmentation des tarifs de bus à Bangkok.

En juin 1973, le recteur de l'université Ramkamhaeng fut obligé de démissionner après avoir tenté d'expulser un étudiant pour avoir écrit un pamphlet critiquant la dictature militaire. Quatre mois plus tard, l'arrestation de onze académiciens et étudiants pour avoir distribué des tracts réclamant une constitution démocratique, eut pour résultat de faire descendre dans les rues de Bangkok des centaines de milliers d'étudiants et de travailleurs. Lorsque des soldats avec des tanks ouvrirent le feu sur des manifestants désarmés, la population de Bangkok commença à répliquer. Des passagers d'autobus descendirent spontanément de leurs véhicules pour rejoindre les manifestants. Des bâtiments gouvernementaux furent incendiés. Les Tigres jaunes, un groupe d'étudiants militants, mirent le feu au poste de police du pont Parn-Fa en y envoyant de l'essence prélevée sur un moteur dont ils avaient pris possession. Plus tôt dans la journée, la police leur avait tiré dessus.

La révolte massive couronnée de succès du 14 octobre 1973 choqua la classe dirigeante thaïlandaise jusque dans ses fondements. Durant les quelques jours suivants, il y eut une étrangement nouvelle atmosphère à Bangkok. Les officiers de l'État en uniforme disparurent des rues et des gens ordinaires s'organisèrent eux-mêmes pour nettoyer la ville. Des scouts dirigeaient la circulation.

Le renversement réussi de la dictature militaire accrut énormément la confiance. Les travailleurs, les paysans et les étudiants commencèrent à se battre pour un peu plus qu'une simple démocratie parlementaire. Durant les deux mois suivant la révolte, le nouveau gouvernement de Sanya Tammasak nommé par le Roi fit face à un total de 300 grèves de travailleurs. Une fédération centrale des syndicats fut formée. De nouveaux organismes d'étudiants radicaux surgirent. Le 1er mai 1975, 250,000 personnes manifestèrent à Bangkok et, un an plus tard, 500,000 travailleurs prirent part à une grève générale contre l'augmentation des prix. A la campagne, des petits fermiers commencèrent à bâtir des organisations et ils allèrent à Bangkok pour faire entendre leurs voix. Les ouvriers et les paysans voulaient la justice sociale et la fin des privilèges. Une Triple Alliance entre les étudiants, les ouvriers et les petits fermiers fut créé. Certains activistes désiraient la fin de l'exploitation et du capitalisme lui-même. L'influence du Parti Communiste de Thaïlande (P.C.T) grandit rapidement, spécialement parmi les activistes des zones urbaines.

Manifestation contre les bases américaines en Thaïlande

Manifestation contre les bases américaines en Thaïlande

Un important domaine d'activité pour les étudiants fut la lutte contre l'impérialisme américain et pour une soi-disant "indépendance thaïlandaise". La dictature militaire avait été une proche alliée des États-Unis durant la Guerre Froide, envoyant un nombre symbolique de troupes thaïlandaises pour aider les Américains aussi bien en Corée qu'au Vietnam. En 1973, il y avait 12 bases militaires américaines dans le pays, avec 550 avions de combat et des milliers de soldats stationnés sur le sol thaïlandais dans le but de soutenir l'effort de guerre des États-Unis en Indochine.

En 1968, on m'avait emmené, lors d'un voyage scolaire à visiter la base aérienne d'U Tapao près de Sattahip et Pattaya. Ce fut l'une des bases de l'USAF clés utilisées pour les raids de bombardement des B52 au Vietnam. Sur les côtés de ces monstres assassins géants avaient été peints un certain nombre de bombes rouges, une pour chaque bombardement qui avait été effectué. Autour de la base, il y avait des cabanes en bois, où les femmes des villages pauvres vivaient. C'étaient des travailleuses du sexe servant les soldats américains.

Le gouvernement thaïlandais fut également impliqué dans des opérations clandestines sponsorisées par la CIA au Laos et au Cambodge. Le père de ma petite amie de l'école était un soldat qui avait été tué au Laos. Elle portait une jupe noire à la place de l'habituelle couleur bleue requise pour l'uniforme scolaire.

La présence d'un si grand nombre de troupes des États-Unis, ainsi que ce qui était vu comme la dominance de l'économie locale par des compagnies américaines, semblait confirmer l'analyse maoïste du Parti Communiste de Thaïlande que ce pays était devenu une "semi-colonie" des États-Unis. Après 1973, il y eut donc une campagne grandissante pour flanquer dehors les bases américaines.

Affiche des étudiants thaïlandais contre l'impérialisme américain

Affiche des étudiants thaïlandais contre l'impérialisme américain

Cette campagne, qui fut stimulée par la défaite des États-Unis au Vietnam et les nouvelles conséquences géopolitique qui en résultèrent, conduisit le Premier Ministre Kukrit à réclamer le retrait des Américains en mars 1975. Ce fut renforcé par une manifestation massive contre les bases américaines le 21 mars 1976. Peu après cela, les États-Unis retirèrent finalement leurs troupes de Thaïlande

La crainte de l'élite thaïlandaise vis-à-vis d'un mouvement de gauche en pleine expansion a finalement conduit au bain de sang du 6 octobre 1976 à l'Université Thammasart et au retour d'un régime militaire d'extrême droite.

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires