Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 07:16

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2015/03/31/dont-be-fooled-by-the-thai-juntas-smoke-and-mirrors/

 

Alors que les organisations internationales des droits humains et les gouvernements occidentaux ont, à juste titre, appelé à la fin de la loi martiale et à des élections rapides, il est important de regarder les détails de toute levée de la loi martiale ou de la tenue d'élections à l'avenir.

La junte et ses serviteurs universitaires ont encensé le remplacement de la loi martiale, qui a été mise en place lors du coup d'Etat militaire du 22 mai 2014, par l'article 44 de la constitution temporaire de l'armée. Cet article peut être adopté dans le cas où la junte militaire juge nécessaire de l'utiliser pour des fins de ce qu'on appelle la "réforme", pour faire respecter l'unité ou pour empêcher des actions jugées comme étant une menace envers la sécurité nationale, la monarchie, la bureaucratie, ou l'économie. L'article peut être invoqué si la menace vient de l'intérieur ou de l'extérieur du pays. L'article 44 donne un pouvoir total à la junte pour ordonner ou agir à titre juridique, exécutif ou judiciaire, de quelque manière qu'elle le juge nécessaire.

La mention d'une prétendue menace pour l'économie donne à la junte un chèque en blanc pour réprimer les grèves ouvrières.

Tout aussi important sont les petits détails à propos de toutes les futures élections. La junte et ses agents anti-réforme sont occupés à concevoir un système politique similaire aux "démocraties guidées" comme celles qui existent en Birmanie ou à Singapour. L'espace démocratique sera gravement compromis du fait que les politiciens élus devront faire certifier leurs programmes politiques et leurs actions par des organismes militaires nommés comme le Sénat, le comité anti-corruption ou le comité d'organisation des élections. Le Parlement sera délibérément affaibli et des mesures seront mises en place pour discriminer le parti politique de Taksin ou toute autre parti politique qui gagnerait le soutien des masses populaires. La junte vivra sous une autre forme et contrôlera la politique thaïlandaise dans l'ombre.

Toute mesure des qualités démocratiques des élections futures en Thaïlande devra inclure des évaluations sérieuses sur le rôle des organismes non élus et sur l'équilibre du pouvoir entre ces derniers et les représentants démocratiquement élus, les partis et les gouvernements. Pour obtenir une véritable démocratie, des mesures doivent être mises en place afin d'arrêter l'influence militaire sur la politique et les gouvernements élus doivent être libres de définir des programmes politiques plutôt que d'être placé dans un carcan politique par les anti-réformistes. Il ne doit pas y avoir de restrictions légales à la liberté des partis politiques et les politiciens du parlement doivent refléter clairement les préférences de vote de l'électorat.

Certains gouvernements occidentaux seront sans doute impatients de sauter sur l'occasion pour offrir à la "démocratie" en Thaïlande un "bilan de santé" lorsque la loi martiale sera levée et que des élections auront lieu. L'attitude de nombreux gouvernements occidentaux vis-à-vis du système politique actuel de Birmanie, dominé par les militaires, est un exemple flagrant. Mais les militants pro-démocratie et les organisations des droits de l'homme ne doivent pas être trompés par la poudre aux yeux jetée par la junte ou par les fausses garanties de santé démocratique accordée au régime thaïlandais par les gouvernements occidentaux.

Même s'il devait y avoir une fin à la loi martiale et une abolition de l'article 44, suivie par des élections libres et équitables, ce qui est hautement improbable dans un avenir proche, il y aura toujours le problème purulent de la draconienne loi de lèse-majesté. Dernièrement, un militant pro-démocratie a été condamné par un tribunal militaire à 50 ans de prison (une peine réduite de moitié parce qu'il a avoué) pour avoir posté des commentaires sur Facebook. Cette loi est utilisée en toute impunité contre les libres penseurs et les militants. La lèse-majesté est l'outil des élites thaïlandaises qui s'en servent d'une manière similaire à celle de l'utilisation d'abstraites accusations de "terrorisme" dans d'autres pays. Mais la Thaïlande utilise les deux à la fois. Le résultat est qu'il n'y a pas de liberté d'expression ou de réunion, et donc pas de véritable démocratie, et cela durera jusqu'à que la lèse-majesté soit abolie.

Manifestantes pour la démocratie à Bangkok

Manifestantes pour la démocratie à Bangkok

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires