Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 14:01

Actuellement, 26 corps de réfugiés rohingyas ont été exhumés d'une fosse commune découverte en pleine jungle, dans le sud de la Thaïlande. Il s'agit vraisemblablement de réfugiés clandestins venus de Birmanie victimes des trafiquants d'esclaves. Seuls deux survivants, émaciés, ont pu être sauvés.

Dans la région, tout le monde sait que rien ne se fait sans l'accord de l'armée thaïlandaise, la principale organisation mafieuse du pays. Ces trafiquants d'esclaves ont sans doute obéi aux ordres de l'armée.

Il semble que beaucoup d'autres corps de pauvres immigrants emprisonnés que l'on a sciemment laissé mourir de faim, vont être retrouvés ces prochains jours.

Et la plupart d'entre eux ne seront sans doute jamais retrouvés. Le trafic d'esclave organisé par l'armée thaïlandaise, avec la complicité de grands groupes capitalistes comme CP Food, concerne des dizaines de milliers de personnes originaires de Birmanie, du Cambodge, du Laos et d'autres pays de la région.

Source:

https://fr.news.yahoo.com/tha%C3%AFlande-fosse-commune-clandestins-d%C3%A9couverte-pleine-jungle-052808905.html

Une des victimes de l'esclavage en Thaïlande

Une des victimes de l'esclavage en Thaïlande

Le 2 juin 2013, Libérez Somyot avait démontré dans un article l’implication de l’armée et de la police dans la vente de réfugiés originaires de Birmanie comme esclaves:

http://liberez-somyot.over-blog.com/article-en-thailande-nous-vendons-des-refugies-rohingyas-118225321.html

Notre article de l’époque:

Les réfugiés birmans qui se rendent en Thaïlande afin de fuir les persécutions qu’ils subissent en Birmanie, sont confrontés à des épreuves toutes aussi redoutables. Après avoir surmonté le mauvais traitement des autorités birmanes, ils doivent désormais faire face à ceux des autorités thaïlandaises. En effet, une fois interceptés, les réfugiés rohingyas sont vendus par des policiers et militaires thaïlandais à des trafiquants d’être humains. Ce trafic humain a été révélé par

la BBC, et montre comment des autorités profitent sans gêne de l’impuissance de ces réfugiés démunis.

Ahmed a été vendu pour 1 300 dollars

Les Rohingyas traversent un véritable calvaire pour atteindre des lieux où ils espèrent vivre en sécurité. C’est le cas par exemple d’Ahmed, qui a fui la Birmanie, au bord d’un bateau de fortune, avec 60 personnes à son bord. Après avoir navigué durant 13 jours, leur bateau a été intercepté et arrêté par la marine thaïlandaise. Les réfugiés ont été transférés dans un fourgon de police, puis ils ont été séparés entre plusieurs véhicules, entassés à l’arrière.

Ce n’est que par la suite qu’ils ont découvert qu’ils ont été l’objet d’une vente de la police à des trafiquants humains malaisiens. Ils ont été ensuite transportés dans une ville transfrontalière avec la Malaisie. Ahmed raconte leurs conditions de vie catastrophiques : "Ils ont creusé un trou pour nos toilettes. Nous avons mangé, dormi, et fait nos besoins dans le même endroit". Il évoque aussi les maltraitances dont ils ont été victimes, et comment ils sont battus.

Le prix que les trafiquants ont versé pour acquérir Ahmed s’élève à 1 300 dollars. Pour que le Rohingyas retrouve de nouveau sa liberté, il doit verser ce montant. Alertée, la femme d’Ahmed a vendu leur vache mais la somme n’était pas suffisante. Un Rohingya a finalement pu verser le reste du montant aux trafiquants afin de libérer Ahmed.

Le trafic humain, une solution "naturelle"

Selon les responsables thaïlandais, la vente des réfugiés musulmans birmans est une solution "naturelle" pour régler le problème de ces nouveaux arrivants. En effet, ils estiment que cela va de soi dans la mesure où ils sont vendus à des Malaisiens qui sont tout comme eux des musulmans. Ce serait aussi une manière de se débarrasser d’eux sans passer par les étapes d’expulsion du territoire.

Après la dénonciation de ce vaste trafic humain, le Gouvernement thaïlandais a projeté de lancer prochainement une enquête sur cette traite humaine.

Des bateaux de réfugiés Rohingyas, comprenant des hommes, des femmes et des enfants, accostent presque tous les jours sur le territoire thaïlandais. Les réfugiés affluent, et rencontrent d’énormes difficultés pour se faire accepter dans les pays limitrophes, et sont parfois rejetés comme au Bangladesh par exemple. La Thaïlande est allée plus loin en développant un trafic humain.

 

Le 30 juin 2013, Libérez Somyot avait expliqué dans un article pourquoi les Rohingyas fuyaient leur pays.

Lien:

http://liberez-somyot.over-blog.com/article-des-moines-bouddhistes-defilent-en-scandant-des-discours-neonazis-118811209.html

Notre article de l’époque:

Birmanie: Invitation au voyage... de l'horreur

Un article de "Siné Mensuel" (Juin 2013)

En Birmanie, les moines bouddhistes massacrent à la machette la minorité musulmane dans l'indifférence générale.

Appelée "Diamant de l'Asie", la Birmanie vous étonnera, vous y découvrirez une atmosphère particulière, des odeurs de génocide bien frais et une histoire riche en émotions.

Pour découvrir le charme le plus brillant du joyau birman, il faudra vous rendre aux frontières où les minorités ethniques non bouddhistes vivent: chrétiens du Nord et musulmans du Sud ont la joie de jouir de l'épuration ethnique qu'ils méritent.

Ils luttent comme ils le peuvent contre la répression et les meurtres en masse à la sauvage.

Le plus étonnant réside dans le fait que tout cela se passe avec la participation des citoyens.

Quand aux ONG, elles sont interdites d'accès aux zones affectées. La censure, dont les autorités avaient annoncé la suppression, est rétablie à propos de toute information sur les émeutes interethniques.

Malgré la libération du Prix Nobel de la Paix, Aung San Suu Kyi, les droits de l'homme sont farouchement bafoués.

Vous remarquerez, au fil de vos balades, les casques du IIIème Reich sur la tète des motocyclistes et vous vous amuserez des moines qui défilent en scandant des discours néonazis. Vous pourrez aussi profiter d'activités plus ludiques telles que pogroms, actions pyromanes ciblées sur lieux de prière et habitations non bouddhistes.

Des ethnies, dont des femmes et des enfants, sont tués à la machette rouillée sous le regard de l'armée et avec la complicité des médias qui attisent le sentiment nationaliste bouddhiste.

Vous ne vous ennuierez pas en Birmanie! Un savant mélange d'oppression, de terrorisme d'Etat et de fascisme auquel vous ne saurez résister.

C'est dans ce pays que vous pourrez rencontrer la minorité la plus persécutée au monde selon l'ONU, celle des musulmans Rohingyas de la région de l'Arakan.

Ah non, quel dommage! Ils sont tous morts ou en fuite par centaines de milliers au Bengladesh et en Thaïlande. Etats connivents puisqu'à leur tour, ils incarcèrent ou vendent sur le marché humain cette ethnie exterminable à souhait.

Les festivités ont commencé en juin 2012, lorsqu'une femme bouddhiste est violée puis tuée. Très vite, des rumeurs se propagent qui désignent des Rohingyas comme les auteurs du meurtre. En réponse, des villageois attaquent un bus et lynchent à mort dix musulmans.

S'engage alors un cycle de représailles sans précédent. Depuis, la haine contre les ethnies non bouddhistes gagne tout le pays. La communauté internationale ne réagit guère et la "Dame de Rangoun" est occupée à fomenter sa stratégie pour la présidentielle de 2015. Il semblerait, selon certains experts, que ces conflits soient instrumentalisés à des fins politiques en vue des élections.

Dépêchez-vous d'aller voir ces vestiges de la démocratie car l'Etat tente de reconstruire et cacher le comble de l'horreur pour bâtir un pays bien bouddhiste! Le "New York Times" l'a écrit en janvier 2012: "Le pays est empreint d'une hospitalité véritable", plaçant la Birmanie à la troisième place des quarante-cinq destinations incontournables.

Alors n'hésitez plus, avec le code GENOCIDE, vous aurez 20 pour cent de réduction sur vos billets.

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires