Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 13:32

Témoignage: Un journaliste australien dans le temple Wat Patum à Bangkok

Traduit du journal "The Australian"

Lien:

http://www.theaustralian.com.au/news/world/australian-reporter-hides-out-in-bangkok-temple/story-e6frg6so-1225868915779

 

Le journaliste australien Steve Tickner a été se réfugier dans un temple à moins de 100 mètres du cœur de la contestation mortelle entre les Chemises rouges et l'armée thaïlandaise dans le centre commercial de Bangkok.

Alors que Tickner témoignait par téléphone pour The Australian, hier soir (19 mai 2010), les sons des tirs et des explosions continuait lourdement non loin.

Il a expliqué, "qu'un flot de morts et de blessés" se trouvaient dans le temple ainsi que plus de 2000 supporters chemises rouges et trois journalistes britanniques (d'après certaines mauvaises langues, l'ensemble des correspondants français travaillants pour l'AFP, le Monde, Libération, le Figaro, RFI entre autres, s'étaient courageusement refugiés dans les bars à putes de Pat Pong à l'abri d'un possible coup dur).

Tickner a expliqué que la plupart des réfugiés étaient des femmes.

Il a dit que l'un des journalistes, qui n'a pas souhaité être nommé, avait été blessé par des éclats dans les fesses.

"La plupart des Chemises rouges qui sont ici ne sont pas de la tendance dure, a-t-il affirmé.

Tickner, qui est originaire de Newcastle en Australie, a dit qu'il avait pris l'avion pour Bangkok de Timor, dimanche, pour couvrir les manifestations.

Il a dit que, plus tôt dans l'après-midi, il avait vu un civil thaïlandais être abattu par l'armée à quelques mètres du temple.

"J'ai vu la balle sortir tout droit de l'autre côté de sa poitrine et il est tombé à terre, affirme-t-il.

Un moine est sorti avec moi pour aider l'homme, Tickner a dit qu'ils leur ont également tiré dessus.

"Ils savaient que j'étais un journaliste étranger - ils ont vu mes appareils photos, a-t-il expliqué."

"Nous craignions que l'homme allait saigner à mort sur le trottoir - nous ne pouvions pas le laisser là."

Tickner et le moine ont emmené l'homme à l'intérieur pour sa sécurité, mais il est mort dans le temple.

Il a expliqué qu'il y avait "au moins six morts" parmi ceux entassés dans le temple.

"Beaucoup de gens ici sont blessés", a-t-il dit.

"Des gens sont encore en train de se faire tuer et nous entendons des explosions au loin."

Tickner a expliqué que l'ambiance était sombre dans le temple et que presque tout le monde était "paniqué, effrayé et nerveux".

Il a dit qu'il craignait "être abattu au bout de quelques minutes" s'il quittait le temple.

"Il y a des snipers là-bas, il y a des blindés, il n'y a que le chaos et le carnage."

L'armée de Thaïlande a déclaré hier soir (19 mai 2010), que la situation à Bangkok était "sous contrôle" et qu'une opération militaire contre la base des manifestations anti-gouvernementales était en cour.

Mais Tickner a dit qu’il n’était pas sûr que la fusillade prenne fin aujourd'hui (19 mai 2010).

Il a dit que si la situation ne se calmait par à ce stade, le groupe se retrouverait à court de nourriture et d'eau.

De nombreux morts ont été retrouvés dans le Wat Patum

De nombreux morts ont été retrouvés dans le Wat Patum

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires