Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 07:33

Un article du journal "The Diplomat"

Lien:

http://thediplomat.com/2015/05/thailands-self-absorbed-dictatorship/

 

Un fou est au pouvoir dans le pays du sourire. Un an après sa prise du pouvoir par un coup d'Etat, il est devenu clair que le général Prayuth Chan-ocha est un dictateur malade mental qui ne propose aucune solution aux problèmes auxquels la Thaïlande est confrontée. Au lieu de cela, il fait des menaces de mort contre les journalistes, traîne devant des cours martiales ceux qui osent s'exprimer, reporte la possibilité d'élections démocratiques, repousse ces possibles d'élections a jamais et rédige une constitution qui pourra légalement prolonger son poste de premier ministre, ou au moins permettre son retour quand (et si) des élections auront finalement lieu. Ses commentaires agressifs envers les médias sont aussi légendaires qu'ils sont dangereux car ils révèlent son caractère, son manque de rationalité, et son absence de toute impartialité. Le monde devrait avoir perdu depuis longtemps toute patience vis-à-vis de cet homme qui a traîné la Thaïlande dans une terre inconnue politiquement et économiquement.

Près de douze mois se sont écoulés depuis que Prayuth a organisé son coup d'Etat le 22 mai 2014 dernier contre le gouvernement intérimaire dirigé par le Parti Pua Thai à cette époque. Ce putsch est une tentative d'éliminer une fois pour toute l'influence de l'ancien premier ministre Thaksin, déjà renversé par un coup d'Etat en 2006, et de sa sœur Yingluck, qui avait été élue première ministre en 2011. Le putsch de Prayuth a été suivi par l'adoption d'une constitution provisoire et la formation d'un Parlement croupion, qui lui a consciencieusement remis le poste de premier ministre. Depuis lors, il a supervisé une économie anémique. La confiance des consommateurs a atteint son plus bas en mars dernier et les prévisions de croissance à 2,8 pour cent sont surévaluées selon certaines estimations. Ces chiffres économiques sont étroitement liées aux perspectives politiques sombre de la Thaïlande, car aucune des actions de Prayuth n'a restauré l'investissement ni la confiance des consommateurs.

La communauté internationale observe un pays, qui était autrefois - il semble maintenant qu'il y a bien longtemps - considéré comme une lueur d'espoir pour la démocratie en Asie du Sud-Est, glisser davantage dans l'abîme. Mais l'opposition est devenue plus vocale ces derniers mois. Lors de sa visite dans le pays en janvier dernier, le Secrétaire d'Etat adjoint américain pour l'Asie et le Pacifique, Daniel Russel, a exprimé les préoccupations de l'administration Obama sur "les contraintes significatives envers les libertés depuis le coup d'Etat," dans un processus politique "qui ne semble pas représenter tous les éléments de la société thaïlandaise," et, à propos du traitement de Yingluck Shinawatra, qui a été démise de ses fonctions peu de temps avant le coup d'Etat de l'an dernier, mise en accusation, puis ciblée par des accusations criminelles, Russel considère cela comme étant dicté par "des motifs politiques." Comme il fallait s'y attendre, ses commentaires n'ont pas du tout été appréciés par la junte de la Thaïlande. Cette dernière a répondu en convoquant le chargé d'affaire des Etats-Unis; Prayuth prétend être un "soldat avec un cœur démocratique."

Le dictateur malade mental Prayuth Chan-ocha

Le dictateur malade mental Prayuth Chan-ocha

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires