Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:19

Un article de Numnual Yapparat et de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

http://redthaisocialist.com/thailand-news-update-in-english/767-motorcycle-youth-get-full-military-treatment.html

 

Récemment, dans les nouvelles, sont apparues des photos montrant des jeunes hommes torse nu forcés, par des soldats et des policiers armés, de se coucher face contre le sol. Ces images ne peuvent manquer de nous rappeler les atrocités brutales menées par les soldats et la police contre des manifestants pro-démocratie non armés le 6 octobre 1976 ainsi qu'en mai 1992 et à Takbai à Patani en 2004. Cette violence d'Etat est célébrée par la classe dirigeante et elle affirme fièrement que c'est la seule façon de résoudre tous les problèmes.

Mais ces jeunes hommes (il y a quelques filles aussi) ne sont pas des manifestants, ce sont des "Garçons Wan et Filles Sgoi"; des jeunes motards. Ce ne sont pas non-plus des criminels. Les Garçons Wan et Filles Sgoi organisent des courses de motos en masse dans les grandes rues de Bangkok en fin de nuit. Ils aiment leurs motos et portent des T-shirts protecteurs et des tongs. Les filles se peignent le visage en blanc et se mettent du rouge à lèvre rouge-vif. La plupart d'entre eux sont des étudiants d'écoles techniques avec des perspectives de vie limitées. Ce ne sont pas des "Hells Angels".

Maintenant, il est vrai de dire que ces courses peuvent se révéler un peu dangereuses pour ceux qui sont impliqués ou pour quelques passants innocents. Elles peuvent provoquer un peu de nuisance en fermant les routes et il peut y avoir des cas de bagarres qui éclatent entre les différents groupes, bien que leur objectif principal ne soit pas de mettre en place des gangs rivaux afin de provoquer des bagarres. Certains groupes sont également dirigés par des fils de policiers locaux qui utilisent leur "influence". Mais cela ne signifie pas que les Garçons Wan et Filles Sgoi soient des voyous.

La répression de masse contre les Garçons Wan et Filles Sgoi montre que les extrêmes conservateurs royalistes qui dirigent la société thaïlandaise sont incapables de dialoguer avec les jeunes et que, dans la conservatrice Thaïlande, il n'y a pas de place pour l'originalité et la différence. Sans un tel espace pour les différences comment la société peut-elle débattre sur les problèmes sociaux et trouver des solutions?

Rangeons-nous dans une certaine perspective et analysons sur qui sont les vrais criminels en Thaïlande.

Presque tous les jours, divers parasites royaux font fermer les routes de Bangkok pendant des heures afin de pouvoir rouler tout seul dans leurs limousines de luxe. Cela se produit pendant la journée quand les honnêtes citoyens tentent de se rendre au travail ou de rentrer chez eux en fin de journée.

Le présent dictateur, ses partisans du Parti Démocrate et divers groupies serviles vis-à-vis des militaires sont tous responsables de l'assassinat de sang-froid des manifestants pro-démocratie en 2010 ainsi que de la destruction de la démocratie et des droits civils. Les élites conservatrices et royalistes ont empoché les richesses de la société qui sont produites par d'autres, créant ainsi une grande inégalité économique.

Pourtant, les Garçons Wan et Filles Sgoi sont dépeints comme des gens qui causent des problèmes sociaux. Les psychologues réactionnaires sont prompts à prétendre que ces jeunes sont devenus "accro" à l'amusement! Ils affirment que tout cela serait un symptôme "d'échec" à l'école et de la nécessité de trouver une reconnaissance. D'autres commentateurs et les fanatiques se pressent de blâmer ces jeunes pour les crimes violents, le jeu, la drogue et le sexe sauvage.

Si quelqu'un est "accro", c'est la classe dirigeante thaïlandaise qui est accro à la répression violente.

Les royalistes enragés de la classe moyenne soutiennent cette répression contre les Garçons Wan et Filles Sgoi. Certains suggèrent qu'ils devraient être "envoyés dans le Sud pour y être tués par les séparatistes".

L'expérience de l'école en Thaïlande signifie la hiérarchie aveugle, l'obéissance forcée, des uniformes et des punitions stupides. En plus, dans cette société, les gens se voient dire qu'ils doivent ramper sur le sol devant la famille royale, un outil pour la puissance de ceux qui sont au pouvoir. Il n'est donc pas étonnant que les jeunes utilisent divers moyens pour échapper à cela.

Le gouvernement militaire a lancé ce qu'il appelle une "thérapie de choc" de 7 jours pour les Garçons Wan et Filles Sgoi détenus par l'armée et la police. Il se compose d'entretiens avec des psychologues réactionnaires, d'un entraînement à la discipline par la marine et d'être forcé à écouter les discussions sans fin de moines bouddhistes. En réalité, les gens qui ont vraiment besoin d'une "thérapie de choc" afin de corriger leurs manières sont les dirigeants militaires meurtriers.

Le phénomène des Garçons Wan et Filles Sgoi et la réponse des élites conservatrices et de la police militaire ne sont juste qu'un autre symptôme de la crise de la société thaïlandaise, qui résulte de changements sociaux et des tentatives désespérées de la classe dirigeante pour maintenir le statu quo.

Les jeunes motards torse nu et forcés par les soldats de se coucher face contre le sol (1)

Les jeunes motards torse nu et forcés par les soldats de se coucher face contre le sol (1)

Les jeunes motards torse nu et forcés par les soldats de se coucher face contre le sol (2)

Les jeunes motards torse nu et forcés par les soldats de se coucher face contre le sol (2)

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires