Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 11:28

Un article de Chatwadee Rose Amornpat

Lien:

http://asiapacific.anu.edu.au/newmandala/2015/07/07/thailands-thieves-in-uniform/

 

Les liens entre l'armée et la monarchie volent le pays de sa liberté et de la démocratie.

Avec toute l'agitation en Thaïlande aujourd'hui, il est intéressant d'observer que l'institution dite "vénéré", la monarchie, n'est jamais intervenue pour arrêter le chaos.

Les royalistes thaïlandais et la maison royale informent souvent subrepticement les médias locaux et étrangers que le Roi n'a pas de pouvoir politique. Mais un rapide coup d'œil à la constitution actuelle révèle que c'est le contraire qui est vrai.

Le chef de la junte, le général Prayuth Chan-ocha, a déclaré en mai dernier, après avoir pris le pouvoir en renversant un gouvernement démocratiquement élu, que la Constitution était abrogée; à l'exception de tous les articles relatifs au monarque et la loi de lèse-majesté.

Cela revient à dire que les lois concernant la puissance du roi, son bien-être et sa protection ont été laissées intactes et exécutoires. Elles sont de grande envergure.

Par exemple la section trois de la Constitution stipule que:

Le pouvoir souverain appartient au peuple thaïlandais. Le Roi, comme chef de l'Etat, doit exercer ce pouvoir à l'Assemblée nationale, au Conseil des ministres et aux tribunaux en conformité avec les dispositions de la présente Constitution.

Mais cela revient à dire que la voiture appartient au peuple, mais que seul le Roi peut la conduire. Ou que le peuple possède l'arme mais que seul le Roi peut tirer sur la gâchette. Dans les deux cas, le peuple doit effectuer la maintenance et l'entretien de la voiture et du pistolet.

La section huit de la Constitution stipule que:

Le Roi est intronisé dans une position de culte vénéré et ne doit pas être profané. Personne n'a le droit de l'exposer à toute sorte d'accusation ou d'action.

Cette section signifie que le Roi thaïlandais est équivalent à Dieu et personne ne peut parler contre le roi, même s'il commet un vol qualifié, des mensonges flagrants, des mutilations ou des assassinats.

La section 10 spécifie que le Roi est aussi le commandant suprême des forces armées thaïlandaises, tandis que l'article 11 donne au Roi le droit de créer des titres et de décerner des décorations.

Tout cela explique d'une certaine façon pourquoi aujourd'hui en Thaïlande nous n'avons pas qu'un seul dictateur, mais deux.

Il existe une relation symbiotique entre la monarchie et l'armée, qui est en cours depuis les six dernières décennies. Chaque fois qu'il y a un coup d'Etat, tandis que les généraux pouvaient changer, la monarchie est toujours restée intacte. Pour cette raison nous ne pouvons blâmer, pour les troubles actuels en cours en Thaïlande, que le sommet; la monarchie. C'est la caractéristique principale de la société thaïlandaise et de la politique qui ne change jamais.

Le vendredi 19 juin, la police thaïlandaise a arrêté 14 étudiants qui avaient protesté contre la junte au pouvoir au mépris d'une interdiction des rassemblements publics. Ce sont de jeunes universitaires qui sont courageux et plein d'esprit démocratique. Ils ne veulent rien sauf le droit de s'exprimer librement sur les questions qui affectent leur vie et leur avenir. Ils sont maintenant confinés dans une prison sale et encombrée de Bangkok.

Les étudiants ont participé à des rassemblements pacifiques appelant à la fin du régime militaire du Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO). Le commandant en chef de l'armée, le général Udomdej Seetabutr, a publiquement accusé les 14 militants étudiants d'être soutenu par des groupes anti-gouvernementaux et affirmé que leurs actions pourraient conduire à des troubles et de la violence.

En outre, le général Udomdej Seetabutr, a indiqué que des inculpations de lèse-majesté pourraient être portées contre eux, parce que ces étudiants auraient peut-être reçu le soutien d'éléments anti-monarchie.

Le fait que l'armée thaïlandaise soit conçue pour protéger uniquement la monarchie plutôt que de defendre le pays et le peuple est en opposition avec les normes internationales. Il est maintenant de plus en plus clair que la Thaïlande est régie par deux types de voleurs en uniforme.

Le premier, le Roi, porte son uniforme avec fierté. En tant que chef de l'Etat, il porte souvent des médailles décoratives et des signes extérieurs et aussi parfois enfile des uniformes semblables à ceux des caractères d'un ancien jeu de Ramayana, avec des coiffures de cérémonie pour couronner le tout.

Le premier voleur est seulement préoccupé par sa stabilité et sa grande richesse, sous le contrôle de la secrète branche d'investissement, le Bureau de la propriété de la Couronne. Il a l'intention de prolonger son statu quo ainsi que de conserver ses privilèges et ses droits pour les générations à venir.

Les seconds voleurs en uniforme sont les généraux qui bénéficient de leur collusion avec la monarchie. Chaque haut général a bénéficié du budget et des allocations militaires annuelles pour les achats d'armes. Les huiles empochent des millions et des millions de dollars ou de bahts en termes de commission.

Et aujourd'hui, les généraux sont rejoints par les hommes de troupe. Sous "l'Article 44", qui donne un pouvoir illimité à la junte, les militaires peuvent faire à peu près tout ce qui leur plaît, de la fouille des maisons ou des gens sans mandat, à l'emprisonnement de toute personne sous n'importe quelle accusation mineure.

Beaucoup de soldats de rang inférieur se comportent comme des voyous en extorquant de l'argent à des vendeurs ambulants et des détaillants en plein jour en toute impunité.

Sauf si le peuple thaïlandais s'unie pour exiger la réorganisation de ces deux institutions à partir de la base jusqu'au sommet, la possibilité de réaliser une véritable démocratie est quasiment nulle. Et si rien ne se produit bientôt, le peuple et la Thaïlande resteront à jamais volés.

Chatwadee Rose Amornpat

MISE À JOUR DE LA REDACTION DE NEW MANDALA: Le tribunal militaire a jugé mardi que les étudiants devaient être libérés de prison. Cependant, ils sont toujours confrontés à un procès et à une peine possible de sept ans pour leur protestation pacifique contre la junte au pouvoir.

Chatwadee Rose Amornpat

Chatwadee Rose Amornpat

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires