Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 08:47

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2015/09/06/the-junta-is-an-obstacle-to-peace-in-patani/

 

Lors d’une récente interview vidéo pour Prachatai (1) Abu Hafez du mouvement Majlis Amanah Rakyat Patani ou coalition "Mara Patani", a expliqué que les récentes réunions entre les militaires thaïlandais et eux avaient été marquées par l'intransigeance du général Prayut sur toutes les propositions de modifications apportées à l'administration politique de la région. Tout en prétendant vouloir tenir des "pourparlers de paix", qu'il a rebaptisé plus tard "pourparlers pour établir le bonheur", Prayut a déclaré que la question de l'administration de la région de Patani n’était pas négociable. Abu Hafez se demande à juste titre quel est l’intérêt de négocier avec la junte dans de telles conditions.

Les militaires semblent être simplement en train d’essayer de demander une reddition inconditionnelle des insurgés sous la forme d’une fin de la lutte armée. Rien n'a été offert en retour. Cela semble indiquer que la junte n’est pas du tout sérieuse quand elle prétend vouloir la fin du conflit.

Le fond du problème est que, pour établir la paix, une solution politique est nécessaire. Telle est l’unique leçon de toutes les insurrections nationalistes ou séparatistes. Une telle solution politique devra commencer par aborder les questions de l'injustice à Patani alors que l'état thaïlandais unitaire actuel ne reconnaît pas l'utilisation de la langue locale yawi et ne respecte pas la culture musulmane malaise ni sa religion. Le système d'éducation devrait être réformé pour tenir compte des préférences locales. L’autodétermination politique devrait être mise en avant et discutée par l'examen de l'indépendance ou de diverses formes d'autonomie. Si les insurgés renoncent à leurs armes, les militaires doivent également retourner dans leurs casernes et arrêter de patrouiller dans la zone. En fait, il doit y avoir une démilitarisation totale de toutes les forces, y compris celle des soi-disant volontaires villageois. En dehors de cela, il doit y avoir une "commission de vérité et de justice" authentique pour enquêter sur les injustices commises dans le passé par l'Etat thaïlandais. Les prisonniers politiques doivent également être libérés.

Rien de tout cela ne peut avoir lieu sous une dictature militaire où les mobilisations politiques et les discussions politiques ouvertes sont interdites, à l'exception de celles organisées par les voyous pro-junte de Sutep. Dans son interview, Abu Hafez regrettait beaucoup que le développement démocratique précédemment prometteur de la Thaïlande ait été étranglé par l'intervention militaire et la crise politique.

Non seulement il ne peut y avoir de progrès pour l'établissement de la paix sous la dictature, mais la longue domination des événements politiques a Patani et dans l'ensemble de la Thaïlande par l'armée, et la monopolisation des soi-disant pourparlers de paix par les militaires, même sous des gouvernements civils démocratiquement élu, signifie que l'État thaïlandais n’est pas sérieux quand il prétend rechercher une solution politique. Tout est dirigé par un agenda militaire pour maintenir l'état thaïlandais unitaire et écraser toute rébellion.

La paix et le bien-être des citoyens de Patani, et de la Thaïlande dans son ensemble, est complètement liée avec la lutte pour la démocratie et la nécessité de réduire et d’anéantir le pouvoir des militaires. Cela signifie que les activistes thaïlandais qui luttent pour la démocratie doivent aussi rejeter le chauvinisme thaïlandais et tous les compromis à long terme avec les militaires.

(1) Lien de l’interview de Prachatai:

https://www.youtube.com/watch?v=INNVOXzjHy0

La junte est un obstacle à la paix à Patani

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires