Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 06:47

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2015/09/13/the-reform-junket/

 

L’"Assemblée nationale anti-réforme" nommée par la junte vient de clôturer son "travail" avec une croisière de célébration à grands frais des contribuables le long de la rivière Chao Praya. L'organisation "iLaw" a révélé que 700 millions de bahts avaient été dépensés par cette assemblée au cours des derniers mois. Le produit du travail de l'Assemblée a été résumé par iLaw comme étant "une liste de souhaits nébuleuse et pleine d’illusions" de 505 propositions, dont aucune ne pourrait être mise en pratique. En plus de cela, il n'y a rien eu de nouveau proposé et au moins une centaine de nouvelles lois ont été prévues pour être rédigées au cours des 17 prochaines années! La base idéologique de tout ce fatras était la foi totalement naïve que des "bonnes personnes" pourraient réaliser ce que les autres ne pouvaient pas. Il aurait été plus rapide et moins coûteux de sous-traiter le travail à un groupe d'enfants de la maternelle. Quel beau bric-à-brac pour les amis de la junte!!

Une autre somme de 85 millions de baht a été dépensée par le Comité de rédaction constitutionnelle nommé par la junte, qui a chié le défunt projet de charte qui a ensuite été annulé par le comité anti-réforme. Qu'est-ce que c’est cher pour du papier-cul!!

Bien sûr, contrairement aux cas du projet de liaison ferroviaire à grande vitesse du gouvernement de Yingluck ou de la politique de garantie des prix du riz, il n'y aura pas de Cour constitutionnelle kangourou ou de Comité anti-corruption pour destituer le généralissime Prayut sur les motifs de corruption et de gaspillage des fonds publics.

Le résultat des actions de l'armée et de leurs alliés de l'élite, c’est que l'état de la politique thaïlandaise et de la justice sont allés aux chiens. Il n’est presque pas la peine de mettre en évidence le dernier cas de double standard ou d’abus de pouvoir. Il n’est presque pas la peine non plus de se prononcer sur les différentes propositions anti-démocratiques émanant des entrailles de la dictature; tout cela au nom de la "réforme".

Alors quelle position devons-nous prendre sur la question des réformes politiques et la rédaction d'une constitution?

Presque tout le monde, y compris les plus purs et durs des antidémocrates, diront que ce qui est nécessaire, c’est "la participation du peuple". Donc, nous devons être prudents dans notre définition sur ce à quoi cela devrait vraiment ressembler. Ce devrait être l'inverse du système, favorisés par les militaires et autres antidémocrates, d'auto-sélection parmi les "notables" de diverses professions. Cela ne devrait être rien qui ressemble à "la Grande populeuse", ce qui signifie la nomination des amis du gangster et émeutier de la rue, Sutep Tuaksuban. Ca ne devrait pas être le genre de "participation de la population" favorisé par les ONG. Les dirigeants des ONG aiment à se présenter comme des "représentants de la société civile", alors qu’ils n'ont jamais été élus, et qu’ils ne représentent pas les mouvements de masse. Qui plus est, les gens des ONG faisant partie du comité national anti-réforme ont voté pour accepter la charte défunte et discréditée.

La participation démocratique de masse ne peut pas être mise en place à partir des moyens ci-dessus. Elle ne peut pas être écrite dans une constitution. Elle ne peut pas provenir de commissions. Elle se met en place lorsque des millions de gens ordinaires deviennent actifs dans la lutte et se joignent à des mouvements sociaux qui sont créés à partir de ci-dessous. Un tel mouvement social aura des dimensions de classe parce que nous vivons tous dans une société de classes. Un tel mouvement aura à lutter contre le statu quo de décision. Un tel mouvement doit être un champ de bataille d'idées conflictuelles découlant de la participation des organisations et partis politiques. Ces groupes politiques seraient en concurrence pour l'acceptation et le soutien dans le but de devenir des leaders ou des représentants du peuple.

Une prise de conscience de la société de classe est d'une importance vitale quand les gens s’assoient pour réellement élaborer une constitution ou des lois. Il n'y a rien de bon si les mouvements sociaux ne font que des suggestions et laissent à d'autres le soin de rédiger les règles. Si le pouvoir de rédiger des constitutions est donnée aux "personnes qualifiées"; les élites et les antidémocrates, alors le résultat ne sera que de plus coûteux rouleaux de papier-cul ou, pire encore, des lois oppressives.

La tâche d'élargir l'espace démocratique et de rendre la société plus juste et équitable ne peut être obtenue simplement en écrivant de nouvelles règles pour la société. En fait, toutes les constitutions et les lois de réforme dans le monde n’ont aucun sens sans mouvements de la société pour sauvegarder les objectifs. Il serait préférable d'avoir une constitution minimaliste et un moins grand nombre de lois. Les décisions et les politiques devraient être dévolues aux communautés, si possible, avec la participation active du plus grand nombre de personnes possible.

La conclusion est qu'une véritable réforme ne viendra au monde que si les Thaïlandais démocratiques se mettent à bâtir des mouvements sociaux de masse à partir de la base, en prenant exemple sur le mouvement syndical et d'autres mouvements des classes exploitées.

La réforme bric-à-brac

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires