Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 11:26

Un article de Thai Political Prisoners

Lien:

https://thaipoliticalprisoners.wordpress.com/2015/11/02/unleashing-extremism/

 

Le fait de susciter l'extrémisme a longtemps été une tactique employée par les militaires vis-à-vis de l'opposition politique. Cela a été particulièrement évident pendant la période de 1973 à 1976 quand les extrémistes de droite associés avec le palais et principalement dirigés par des personnalités militaires ont été utilisés pour créer des troubles et anéantir leurs adversaires. Cela a souvent conduit au meurtre et à ce qu'on appelle aujourd'hui les disparitions forcées. Le rôle des "Red Gaur" et des "Village Scouts" lors du 6 octobre 1976 est disponible dans le "Bulletin of Concerned Asian Scholars".

Les Red Gaur étaient dirigés par l'agent de renseignement de l'armée, le major-général Sudsai Hasdin. Pendant quelques temps, sous l'administration du général Prem Tinsulanonda, Sudsai a été nommé ministre dans le Cabinet du Premier ministre. Ses partisans et lui-même ont souvent été utilisés pour mettre la pression sur les adversaires du gouvernement et les menacer de plus de chaos et de violence.

Toujours dans cette période, les moines de droite étaient actifs, y compris le tristement célèbre Kittivudho Bhikkhu, lié au palais, qui affirmait que le fait de tuer des communistes n’était pas un péché. Il voulait dire tous les "gens de gauche" qui étaient considérés comme une menace pour la monarchie. Ce moine était aussi un fraudeur et un véreux.

Plus récemment, l'armée a soutenu le Comité pour une réforme démocratique populaire qui comptait le moine d’extrême droite et royaliste Bouddha Issara parmi ses dirigeants.

En d'autres termes, l'extrémisme de droite n’est pas rare en Thaïlande, et a longtemps été soutenu aussi bien par le palais que par les militaires. Cet extrémisme est promu par les notions agressives de la trilogie "Nation, Religion et Monarchie" qui est largement diffusé dans la société, par la xénophobie ainsi que par l'ultra-royalisme et l’ultra-nationalisme.

Ceci est une longue introduction pour un rapport inquiétant publié par Prachatai. Ce rapport précise que le moine "Aphichat Promjan, le moine en chef chargé des cours à Benjamabophit, un temple de Bangkok sous patronage royal" a "suggéré que le gouvernement devrait brûler une mosquée pour chaque moine bouddhiste tué dans le Sud de la Thaïlande."

Il a également exhorté le gouvernement à "armer la population bouddhiste dans le Sud profond afin de protéger les moines et défendre les bouddhistes de la région qui seraient ciblés par ce qu'il appelle les "bandits Malayu". Cela s’aligne avec un programme qui a été mis en œuvre à partir de 2004 et a conduit à l'armement des bouddhistes du Sud à la demande pressante de la Reine. L'alignement du nationalisme extrême avec l’insistance royale a été dévoilé par un câble de Wikileaks daté de 2005.

Bien que ce moine trouve probablement un peu de son inspiration parmi les moines nationalistes d’extrême droite de Birmanie, avec une dictature militaire dangereuse au pouvoir à Bangkok qui travaille dur pour éliminer toute opposition politique, l'émergence de ces extrémistes de droite était malheureusement prévu. Le soutien qu'ils reçoivent de la part des militaires et du palais les enhardit.

Le moine d’extrême droite Aphichat Promjan appelle à bruler les mosquées

Le moine d’extrême droite Aphichat Promjan appelle à bruler les mosquées

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires