Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 09:30

Apres des mois d’émeutes afin de renverser le gouvernement élu du Parti Palang Prachachorn, le 26 novembre 2008, les milices fascistes armées des Chemises jaunes du PAD occupent les aéroports internationaux de Bangkok, Don Muang et Suwarnabhumi, et les ferment. La Thaïlande est isolée et des milliers de touristes sont bloqués dans le pays. Dans la ville meme de Bangkok, les miliciens jaunes font régner la terreur. Des partisans du gouvernement sont blessés par balles, d’autres sont battus. Les Chemises jaunes sont soutenus plus ou moins ouvertement par l’armée, le Parti Démocrate, les juges et certains membres du Palais.

Finalement, utilisant le prétexte du désordre, la Cour constitutionnelle dissout le gouvernement élu. A la suite de ce coup d’Etat judiciaire, les élites mettent en place un gouvernement non-élu dirigé par un des plus haïssables politiciens du pays, Abhisit Vejjajiva qui commettra quelques temps après, un massacre contre des manifestants pacifiques qui soutenaient la démocratie.

A ce jour, aucun de ces criminels n’a été puni.

Voici deux articles publiés a l’époque par l’universitaire pro-démocratie Giles Ji Ungpakorn, le premier daté du 26 novembre 2008, le second du 2 décembre 2008. Ils proviennent des annexes 3 et 4 de la version française de son livre "Un Coup d'Etat Pour Les Riches"

Lien:

http://www.scribd.com/doc/243049902/Un-Coup-d-Etat-Pour-Les-Riches

 

Les deux articles publiés à l’époque:

 

Des voyous fascistes terrorisent les passagers de l'aéroport international de Bangkok

Giles Ji Ungpakorn le 26 novembre 2008

L'aéroport international de Bangkok a maintenant été fermé par les voyous fascistes du mouvement antigouvernemental P.A.D. Le P.A.D. réclame la démission du gouvernement élu. Et ce, malgré le fait que le gouvernement dispose du soutien de la majorité de la population thaïlandaise et même de la majorité des citoyens de Bangkok. Ce soutien a été réaffirmé par des élections répétées. Le P.A.D. veut qu'une dictature remplace la démocratie parce qu'ils jugent que la majorité de l'électorat est trop ignorante pour mériter le droit de vote.

Comment les voyous du P.A.D. se sont-ils débrouillés pour s'emparer de l'aéroport international de Bangkok ? Les aéroports sont supposés être des zones de haute sécurité. Les aéroports thaïlandais sont contrôlés par les militaires thaïlandais. Il est évident que les militaires thaïs, qui ont organisé un coup d'État illégal en 2006, ont discrètement soutenu les actions du P.A.D. Il est aussi évident que les militaires sont réticents à fournir une sécurité de base aux voyageurs et au personnel aérien. Mais ils sont bien contents de ramasser d'énormes salaires grâce à leur contrôle des Autorités de l'aéroport. Les gouvernements étrangers et les lignes aériennes devraient réexaminer la question du respect des normes internationales de garantie et de sécurité en Thaïlande.

Au début d'octobre dernier, les voyous du P.A.D. ont assiégé le Parlement pour empêcher le Premier Ministre de prononcer un discours de politique générale. Lorsque la police a utilisé du gaz lacrymogène pour essayer de disperser le P.A.D., elle a été unanimement condamnée par les médias thaïlandais et par la plupart des intellectuels de la classe moyenne. Les militants du P.A.D., ce n'est pas secret, sont armés de pistolets, de bombes, d'armes blanches et de bâtons. Ils violent continuellement la loi en toute impunité. Plutôt dans la journée, les voyous du P.A.D. ont été filmés par PBS Thaï TV, en train de tirer sur des chauffeurs de taxi qui essayaient de défendre leur station de radio communautaire pro-démocratie. Les voyous du P.A.D. portaient des images du Roi. Hier, les militants du P.A.D. ont frappé et donné des coups de pied à un officier supérieur de police. La police n'a pas le pouvoir d'agir.

Le P.A.D. est un mouvement royaliste et fasciste qui a de puissants soutiens. En plus de l'armée, ils sont soutenus par la Reine, le soi-disant Parti Démocrate, la Cour de justice, les principaux courants médiatiques, et la plupart des académiciens. Ce qu'ont en commun ces gens est leur complet mépris pour les électeurs thaïlandais qui sont pauvres. Ils sont furieux que le peuple thaï ait voté pour un gouvernement qui a créé un système universel de santé pour les pauvres et leur a offert d‘autres avantages. Ils veulent revenir à une dictature qu'ils appellent "l'Ordre Nouveau". Ils espèrent que la Cour va dissoudre le parti au pouvoir et qu'un "Gouvernement National" autoritaire sera installé. Il est clair que le P.A.D., les militaires, le Parti Démocrate et les classes dirigeantes conservatrices préféreraient voir un chaos complet s‘instaurer en Thaïlande plutôt que d'autoriser la démocratie à fonctionner. Et ceci malgré le fait que nous faisons face à une sérieuse crise économique. Curieusement, les groupes antigouvernementaux sont des néo-libéraux extrêmes qui ne savent guère comment gérer la crise économique ou comment stimuler l'économie. Mis à part le fait de s'opposer aux mesures sociales, ils se sont attaqués à la politique keynésienne de l'ancien gouvernement Taksin.

Et le Roi dans tout ça ? Durant les trois ans de la crise politique, le Roi n'a jamais évoqué le problème. Beaucoup de Thaïlandais pensent qu'il soutient le P.A.D., mais il est plus probable que le Monarque a toujours été trop faible pour intervenir dans n'importe quelle crise.

Ceux qui soutiennent la démocratie et la justice sociale en Thaïlande doivent condamner le P.A.D. et tous les partisans de la dictature. Nous devons être avec les Chemises rouges pro-démocratie bien que nous refusions de soutenir l'ancien Premier Ministre Taksin qui a à son actif des violations des droits de l'Homme. J'espère que tous les amis de la Thaïlande soutiendront nos efforts pour défendre la démocratie thaïlandaise et défendre ceux d'entre nous qui risquent d‘être arrêtés dans l'avenir.

 

La Thaïlande et le coup d’État pour les riches

Giles Ji Ungpakorn le 2 décembre 2008

La Cour constitutionnelle dissout, comme il était à prévoir, un parti élu démocratiquement.

La Cour constitutionnelle de Thaïlande a dissous le parti gouvernemental élu démocratiquement pour la deuxième fois ce mardi 2 décembre, forçant le gouvernement à démissionner. Cela fait suite au refus de l'armée et de la police d‘obéir aux instructions gouvernementales de faire évacuer les deux aéroports occupés par les fascistes armés de l'Alliance du Peuple pour la Démocratie.

L'alliance royaliste contre le gouvernement se compose des fascistes du P.A.D., des militaires, de la police, de la justice, des principaux médias, du Parti Démocrate, de la plupart des intellectuels de la classe moyenne et de la Reine. Ils sont tous derrière ce coup d'État judiciaire. Un des principaux députés du Parti Démocrate est aussi l'un des dirigeants du blocus illégal des deux aéroports de Bangkok. Les Chemises jaunes du P.A.D. ont des gardes armés qui ont plusieurs fois tiré sur leurs opposants. Ils utilisent continuellement la violence et demandent maintenant des "patrouilles communes" avec la police. Le P.A.D. a constamment violé la loi et pourtant il est intouchable. Lors d'une des rares occasions où les dirigeants du P.A.D. furent traduits devant un tribunal, la justice les libéra sous caution et ils commirent à nouveau les mêmes crimes, encore et encore.

La majorité de la population thaïlandaise, qui est pauvre, fait face à un double drame. Premièrement, l'élite royaliste fait tout son possible pour lui retirer ses droits démocratiques de base. Deuxièmement, il y a une perte d'emplois énorme parmi les travailleurs de l'industrie touristique suite au blocage de l'aéroport. Des emplois dans l'agriculture et dans l'électronique sont aussi touchés et, bien sûr, nous devons faire face à la grave crise économique mondiale. Les élites se moquent complètement du fait que l'économie thaïlandaise s'écroule et que la Thaïlande redevienne une nation pauvre du Tiers-Monde. Dans ce genre de pays, les élites continuent de vivre avec le même niveau de vie que les riches des pays développés. Les protestataires du P.A.D. sont des extrémistes de la classe moyenne qui n'ont pas à aller travailler, d‘où la durée de leurs manifestations de protestation.

Les conservateurs nous affirment constamment que les pauvres sont trop stupides pour avoir le droit de vote. L'armée a fait un coup d'État en 2006 et réécrit la constitution dans le but de réduire l'espace démocratique et aussi de s'absoudre eux-mêmes de leurs crimes. L'électorat a voté répétitivement et avec un nombre en constante augmentation pour le parti gouvernemental, que ce soit le Thaï Rak Thaï qui conduisit l'ancien Premier Ministre Taksin Shinawat au pouvoir, ou pour son successeur, le Parti du Pouvoir du Peuple (P.P.P.). Maintenant, les politiciens du Pouvoir du Peuple forment un nouveau parti, le Parti Pua Thaï. Une élection honnête sera-t-elle organisée ? Les élites vont-elles organiser le truquage pour faire gagner leurs candidats ?

Quel est la racine profonde de cette crise?

La racine profonde de cette crise n'est pas la corruption du gouvernement Taksin dans le passé. Ce n'est pas non plus l'achat des votes, ni le désir de mettre en place un meilleur gouvernement, d‘obtenir le respect des droits civils et de la loi. Les politiciens de tous les partis, démocrates inclus, sont connus pour acheter les votes. Les élites, qu'elles soient politiciennes, fonctionnaires ou militaires ont toutes une histoire de grosse corruption. Et même lorsqu‘elles ne violent pas la loi, elles se sont enrichies sur le dos des travailleurs et des petits paysans thaïlandais. Le Parti Démocrate est farci de millionnaires de ce type.

Paradoxalement, le parti Thaï Rak Thaï a contribué à réduire l'importance de l'achat des votes parce qu'il a été le premier parti depuis des décades à avoir une politique qui soit réellement bénéfique pour les pauvres. Il a mis en place un système de santé universel et des fonds keynésiens d'aide aux villages. Le peuple a voté sur la base d'une telle politique. Le Parti Démocrate et les élites conservatrices haïssent l'alliance entre le parti des affaires de Taksin et les pauvres. Ils ne peuvent supporter l'idée qu'un gouvernement utilise les fonds publics pour améliorer la vie des pauvres. C'est pourquoi l'alliance anti-gouvernementale est contre la démocratie. Le P.A.D. propose donc de réduire le nombre de députés élus et d‘en finir avec le principe "un homme, une voix". Le mépris des élites conservatrices pour les pauvres et pour la démocratie est la cause profonde du problème. Ils sont prêts à violer la loi quand ça les arrange.

Quelle est la solution? Les chefs d‘entreprises et les élites royalistes réclament un gouvernement national non élu. Les dirigeants du Parti Démocrate se sont portés "volontaires" pour fournir le Premier Ministre. Un tel gouvernement national compléterait le coup d'État judiciaire en faveur des riches. Ce serait une victoire pour le P.A.D. et une défaite pour l'électorat.

Les Chemises rouges, qui ont été organisés par des politiciens du gouvernement, sont actuellement le seul espoir de la démocratie thaïlandaise. Ils sont maintenant devenus un authentique mouvement de masse des pauvres pour la démocratie. C'est eux qui représentent la société civile et non pas les fascistes du P.A.D. Les intellectuels thaïlandais n'ont pas réussis à comprendre ce fait de base. Il faut cependant préciser que, parmi les Chemises rouges, beaucoup conservent leurs illusions sur l'ancien Premier Ministre Taksin. Ils oublient les violations des droits de l'Homme dans le Sud et la guerre contre la drogue au cours de laquelle des centaines de gens furent exécutés sommairement comme trafiquants de drogue sans preuves ni procès. Mais ces questions de droits de l'Homme ne préoccupent pas plus le P.A.D et ses amis.

Tout au long de cette crise de trois ans, la majorité des ONG (en particulier l'ONG Coordinating Committee) ont échoué à soutenir la démocratie. Beaucoup d'entre elles ont soutenu le coup d'État et la constitution militaire. Maintenant, soit elles restent silencieuses, soit elles font écho aux demandes du chef de l'armée qui a déclaré, une semaine avant la dissolution du gouvernement, que celui-ci devait démissionner. Ils n'ont essayé à aucun moment de construire un mouvement social pour soutenir la démocratie. Beaucoup, parmi les membres des ONG, pensent que les pauvres ne sont "pas assez éduqués et manquent d'information pour voter". On peut cependant citer quelques ONG honnêtes : la Midnight University de Chiang-Mai, quelques sections du mouvement des travailleurs, des groupes de la nouvelle génération des ONG activistes et du mouvement Turn Left.

La crise économique.

Des millions d'emplois sont sur le point de disparaître à cause de la crise économique et des troubles de la société thaïlandaise. Les gens vont être ramenés vers la pauvreté. A l'heure actuelle, le Parti Démocrate, l'armée, les élites conservatrices et la plupart des ONG n'ont pas la moindre idée ou se moquent complètement de la défense nécessaire du niveau de vie des pauvres. Ils chantent les louanges de "l'Économie Suffisante" du Roi et de la discipline fiscale. En d'autres mots, les pauvres devront faire attention à leurs dépenses et apprendre à supporter leur pauvreté tandis que les riches pourront continuer à vivre dans le luxe.

Nous avons désespérément besoin que le gouvernement engage des dépenses massives dans des infrastructures pour la protection de l'emploi et pour une sérieuse politique d'aide sociale. La TVA doit être réduite ou abolie, et un impôt sur la fortune suffisamment élevé doit être payé par tous les riches. Le gigantesque budget de l'armée doit être largement réduit. Les salaires des travailleurs doivent être augmentés. Les paysans pauvres doivent être protégés. Cela ne peut se faire que dans une véritable démocratie. C'est pourquoi nous devons nous opposer à ce "second coup d'État pour les riches".

Ci-dessous, quelques photos des évènements de novembre/décembre 2008 à Bangkok:

Il y a 7 ans, le PAD occupait les aéroports de Bangkok
Il y a 7 ans, le PAD occupait les aéroports de Bangkok
Il y a 7 ans, le PAD occupait les aéroports de Bangkok
Il y a 7 ans, le PAD occupait les aéroports de Bangkok
Il y a 7 ans, le PAD occupait les aéroports de Bangkok

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires