Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 13:33

Un article du New York Times

Lien:

http://www.nytimes.com/2015/12/14/opinion/thailands-fear-of-free-speech.html?_r=0

 

Depuis qu'elle a pris le pouvoir grâce à un coup d'Etat militaire en 2014, la junte militaire de la Thaïlande, dirigée par le général Prayuth Chan-ocha, est devenue de plus en plus obsédée par le contrôle du débat public. Cela a atteint des proportions absurdes mercredi dernier, lorsque les policiers thaïlandais ont annoncé qu'ils enquêtaient sur l’ambassadeur des États-Unis Glyn Davies pour une éventuelle violation des lois de lèse-majesté du pays qui font de l’insulte envers la royauté un crime.

L'enquête se concentre sur des remarques que M. Davies a fait le mois dernier réitérant la préoccupation des États-Unis au sujet des efforts déployés par la junte pour freiner la liberté d'expression, en particulier les "longues peines de prison et sans précédent" donnés aux civils par des tribunaux militaires thaïlandais pour violation de cette même loi de lèse-majesté. Le gouvernement devrait savoir que sa décision d'enquêter sur M. Davies ne fait que confirmer la vérité de ce qu'il a dit.

De plus, sa critique bien-fondé des efforts draconiens pour limiter la liberté d'expression ne peut en aucune façon être interprétée comme une insulte vis-à-vis du roi Bhumibol Adulyadej. En fait, M. Davies avait fait l'éloge du roi dans ses remarques. Mais le roi est âgé de 88 et malade, et la junte semble avoir l'intention de maintenir une main de fer sur le pays, au moins jusqu'à après la succession royale.

La junte réprime durement les critiques. Les médias ont été perquisitionnés et des journalistes, ainsi que des universitaires et des politiciens, ont été envoyés dans des camps de "changement d'attitude." Certaines des personnes arrêtées ont disparu.

Des gens ont été condamnés à des décennies de prison pour des messages sur Facebook, et l'armée a apparemment des plans pour réduire le trafic internet vers une passerelle unique qu'elle pourra contrôler.

Pendant ce temps, l'économie autrefois robuste de la Thaïlande s’ecroule et la criminalité a fortement augmenté à Bangkok. Les agriculteurs – la moitié de la population du pays vit dans les zones rurales - souffrent après avoir subis la pire sécheresse depuis des décennies, et l’eau est rationnée dans un tiers du pays.

La junte est également impliquée dans un scandale de corruption impliquant Rajabhakti Park, un site somptueux qui a été bâti pour honorer les rois de Thaïlande. Et, jeudi dernier, l'enquêteur supérieur sur les réseaux de traite des humains en Thaïlande, le major général Paween Pongsirin, a annoncé qu'il avait fui en Australie, où il va demander l'asile. Il a expliqué qu'il craignait pour sa sécurité après avoir exposé la collusion entre les syndicats du crime et les autorités thaïlandaises.

La meilleure façon pour le général Prayuth de calmer la frustration croissante du public et de répondre aux préoccupations légitimes des États-Unis et des autres alliés, est de lutter pour rattraper le retard économique de la Thaïlande, s’attaquer à la corruption dans les rangs de l'armée et faire des progrès vers la rédaction d'une constitution et dans la tenue d'élections pour une transition vers un régime civil, ce que la junte a promis. Un débat public ouvert est essentiel pour ce processus.

Manifestantes thaïlandaises anti-coup d’Etat

Manifestantes thaïlandaises anti-coup d’Etat

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires