Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 16:34

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2016/02/21/monk-trouble/

 

Récemment, les moines thaïlandais ont grognés et luttés. L'incident le plus récent concerne des centaines de moines et leurs partisans résistant à l'armée afin de se recueillir au Puttamonton pour protester contre les actions du moine fasciste Putta-Isara.

Je ne peux pas m’empêcher de me sentir heureux à la vue de moines basculant un véhicule militaire et se bagarrant avec des soldats envoyés par la junte afin d’interdire le rassemblement. Mais qu’est ce qui se cache vraiment derrière ce problème avec les moines?

Selon Somparn Promta de l'Université Chulalongkorn, même les moines ne sont pas à l'abri du conflit rouge-jaune de la société thaïlandaise.

Du côté rouge on trouve les moines qui se sont réunis au Puttamonton. Ils soutiennent la candidature de Pramaha Rachamungkalajarn au poste de patriarche suprême. C’est l'abbé du temple de Pak Nam et le patriarche par intérim. En ce moment, cette faction détient la haute main sur le comité ecclésiastique officiel. Toujours du côté rouge se trouve les moines de la secte Dammakeye (Dhammakaya).

Du côté jaune il y a le moine fasciste Putta-Isara qui a contribué à saboter les élections de février 2014 aux côtés des emeutiers de Sutep. Les partisans de Putta-Isara ont utilisés des armes à feu pour intimider ceux qui souhaitent voter. C’est le moine préférée du Généralissime Prayut et on lui laisse les mains libres pour manifester dans les rues tandis que d'autres manifestations sont interdites. Il est violemment opposé à la candidature de l'abbé du temple de Pak Nam pour devenir patriarche suprême, peut-être parce qu’il convoite le poste pour lui-même. Il a également accusé la secte Dammakeye de vouloir "renverser la monarchie", une accusation habituelle contre l’un des adversaires en Thaïlande.

Du côté jaune se trouve aussi la faction Santi-Asoke proche de Chamlong Simuang qui était un dirigeant phare de la mal nommée Alliance du peuple pour la démocratie (PAD). Aussi bien Putta-Isara que Chamlong ont appuyés le renversement par les militaires du gouvernement élu de Taksin.

Mais ceux du côté rouge ne sont guère des anges non-plus. L'abbé de Pak Nam vient d'être condamné par le Département des enquêtes spéciales pour falsification de documents sur l'importation de vieilles voitures classiques. Cela afin d’éviter de payer des impôts. Il a également salué la junte militaire de Prayut en juillet 2014 dans l'espoir de devenir patriarche suprême. Ce qui est également préoccupant, c’est que les moines qui protestaient au Puttamonton ont également réclamés que le bouddhisme soit consacré comme la religion nationale dans la nouvelle constitution, ce qui amènerait à priver de leurs droits les autres religions, notamment l'Islam. Non seulement c’est totalement réactionnaire, mais cela augmenterait la répression des musulmans malais à Patani.

En même temps, un certain nombre de groupes bouddhistes réactionnaires dans le nord, dirigé par la Société pour la protection du bouddhisme de Chiang Mai, se sont prononcés contre la construction d'un centre de production halal. Cela pue le genre d'islamophobie exprimée par les moines birmans fascistes. Le nord de la Thaïlande a une population musulmane distincte d'origine chinoise qui s’est installée là-bas en suivant d'anciennes routes commerciales.

Quant à Dammakeye, il s’agit d’une secte riche en scandales et souvent accusée d'accumuler des richesses incalculables. Ses adeptes venus des classes moyennes urbaines croient que plus vous donnez, plus vous acquérez de mérite. Ils croient aussi que les gens sont pauvres parce qu'ils ont péché dans leur vie passée. Des gens riches et puissants ont soutenu cette secte pendant des décennies.

Il existait une croyance erronée comme quoi les moines bouddhistes thaïlandais n’étaient pas impliqués dans la politique et ne devaient pas s’y impliquer. La réalité a toujours été différente et ce mythe était simplement une tentative faite par les dirigeants militaires dans les années 1950 afin de contrôler les moines à travers une autorité centralisée.

Il n'y a aucune raison de chercher à déterminer quelle faction représente le "vrai bouddhisme" parce que, comme Karl Marx l’a écrit, ce qui est important dans la religion c’est comment les gens la pratiquent et non ce qui est écrit dans les textes sacrés. Les moines peuvent en découdre entre eux pour tout ce dont je me fous, tant qu'ils ne menacent pas la liberté et la démocratie. En tant qu’athée Je pense que la religion ou toute autre philosophie devraient être une question personnelle et ne devraient rien à voir avec l'état.

Troubles avec les bonzes

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires

maillot de foot pas cher 28/03/2016 05:13

Je suis d'accord avec le point de vue de l'article.
Il est important que la religion soit la façon dont les gens pratiquent, Tant que cela ne menace pas la liberté et la démocratie.

liberez-somyot 30/03/2016 12:28

Tout à fait