Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 09:22

Une déclaration de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH)

Lien:

https://www.fidh.org/en/region/asia/thailand/un-body-demands-immediate-release-of-lese-majeste-detainee

 

(Paris, Bangkok) Un organisme de l'ONU a demandé que la Thaïlande libère immédiatement la détenue pour lèse-majesté Pornthip Munkong, surnommée Golf, et lui accorde une indemnité pour la détention arbitraire à laquelle elle a été soumise, selon les informations reçues par la FIDH.

Pornthip Munkong surnommée Golf

Pornthip Munkong surnommée Golf

Dans un avis adopté le 2 décembre 2015, le Groupe de travail des Nations-Unies sur la détention arbitraire (UNWGAD) a déclaré que la détention de Golf était arbitraire car elle contrevenait aux articles 9 et 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH) et les articles 9 (3) et 19 (2) du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (International Covenant on Civil and Political Rights ICCPR). La Thaïlande est un État partie de l’ICCPR. Les dispositions mentionnées garantissent le droit fondamental à la liberté, le droit à un procès équitable et le droit à la liberté d'opinion et d'expression.

"Golf et tous les autres détenus pour lèse-majesté ne devraient pas passer une minute de plus derrière les barreaux. La privation de liberté pour le simple exercice des droits garantis par les instruments juridiques internationaux pertinents est non seulement arbitraire mais aussi odieuse" a déclaré Karim Lahidji, président de la FIDH

Le 23 février 2015, la Cour pénale de Bangkok a condamné Golf à deux ans et demi de prison en vertu de l'article 112 du Code pénal de la Thaïlande. L'article 112 stipule que "quiconque diffame, insulte ou menace le roi, la reine, l'héritier du trône ou le régent sera puni d'un emprisonnement de trois à 15 ans." Golf a été reconnue coupable d'avoir commis le crime de lèse-majesté pour avoir joué dans une pièce de théâtre politique appelé Jao Sao Maa Paa (La fiancée du loup) à l’université Thammasat de Bangkok en octobre 2013. La pièce, qui parlait d’une monarchie de fiction, est réputée avoir insulté le roi Bhumibol Adulyadej.

Actuellement Golf est incarcéré à l'établissement correctionnel pour femmes de Bangkok. Elle a été privée de sa liberté depuis son arrestation le 15 août 2014, à l'aéroport international de Hat Yai, dans la province de Songkhla.

Golf est la troisième détenue pour lèse-majesté en Thaïlande dont la privation de liberté a été déclarée arbitraire par l’UNWGAD.

Le 19 novembre 2014, l’UNWGAD avait déclaré que la détention du militant étudiant Patiwat Saraiyae, surnommé Bank, était arbitraire. Bank a été arrêté le 14 août 2014 sous l’inculpation de de lèse-majesté pour sa participation à la pièce de théâtre Jao Sao Maa Paa. Le 23 février 2015, il a été condamné à deux ans et demi de prison.

Le 30 août 2012, l’UNWGAD avait déterminé que la détention de l'ancien militant syndical Somyot Phrueksakasemsuk était arbitraire. Somyot été arrêté le 30 avril 2011 pour avoir permis, dans le magazine ou il était rédacteur en chef, la publication de deux articles satiriques qui ont été jugés insultants pour la monarchie. Le 23 janvier 2013, Somyot a été condamné à 10 ans de prison pour deux chefs d'accusation de lèse-majesté.

Comme dans le cas de Golf, l’UNWGAD exhorte le gouvernement thaïlandais à libérer immédiatement Bank et Somyot et à leur accorder une indemnisation.

"De nombreux organismes des Nations Unies des droits de l'homme ont censuré la Thaïlande pour l'abus de ses lois de lèse-majesté. Il est temps pour la Thaïlande de tenir compte de la jurisprudence de l'ONU et de se conformer à ses obligations juridiques internationales " a déclaré Jaturong Boonyarattanasoontorn, le président de l’UCL.

Sous le pouvoir actuel de la junte militaire, le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO), le nombre de personnes détenues ou emprisonnées en vertu de l'article 112, a augmenté de façon significative. Depuis le coup d'Etat militaire du 22 mai 2014, au moins 35 personnes ont été condamnées à des peines de prison pour violation de l'article 112 (1). Vingt-trois d'entre elles ont été jugés par des tribunaux militaires. En outre, au moins 22 personnes sont détenues en attente de leur procès pour des accusations de lèse-majesté. Au moment du coup d’Etat du 22 mai 2014, il y avait six personnes derrière les barreaux pour lèse-majesté.

Contacts pour la presse:

FIDH: M. Arthur Manet (français, anglais, espagnol) - Tel: 33672284294 (Paris)

FIDH: Mme Audrey Couprie (français, anglais, espagnol) - Tel: 33648059157 (Paris)

UCL: M. Jaturong Boonyarattanasoontorn (thaï, anglais) - Tel: 66890571755 (Bangkok)

Notes

(1) Ce chiffre ne comprend pas les cas d'arrestation et d'emprisonnement en vertu de l'article 112 de personnes ayant des liens avec le prince héritier de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn.

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires