Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 11:54

Une conception personnelle et béhavioriste de la culture et de la façon dont elle a joué en arrière-plan lors de l'agitation politique en Thaïlande, tout ceci venu d'un paria culturel.

Un article de Joe Chasinga

Lien:

https://medium.com/@jochasinga/thai-what-taiwan-48c1c1083a80#.a8wrik7nh

 

La panique était tellement dans l'air que l’on pouvait presque la sentir.

C'était le 25 mai 2014, pendant une chaude et ensoleillée après-midi. Ma femme et moi nous sommes rendus à la station de BTS de Siam Square afin de rencontrer ses collègues pour un pot d’adieu au Central World Plaza avant de partir pour New York en juin. Nous soudain reçu un appel d'une autre collègue nous disant qu'elle avait décidé de rentrer chez elle en voiture dix minutes avant le rendez-vous. Elle n'osait pas continuer; la route ayant été fermée.

Le carrefour de Rajchaprasong, un site habituel pour les manifestations politiques, ironiquement traduit en thaï littéral comme "la royale (raja-) demande (-prasong)", avait été bloqué et évacué par une force militaire de 50 Humvees équipées de mitrailleuse et de nombreux soldats braquant des M-16 étaient postés devant le Central World Plaza et tout le long de la route jusqu’à Siam Square. Les gens se précipitaient hors du centre commercial, et beaucoup marchaient sur l’avenue vide à six voies ayant l’air confus et stressés. Beaucoup prenaient des photos avec leurs téléphones mobiles et partageaient cela sur les réseaux sociaux comme des fous. Quelqu'un a crié, "Le "strabisme" s’empare de Bangkok!" La panique était tellement dans l'air que l’on pouvait presque la sentir. Nous, dans l'une de nos rares occasions d'accords, avons appelé les participants pour annuler la réunion et nous sommes précipités à la maison.

J'ai appris plus tard qu'un petit groupe de manifestants s’étaient rassemblés à proximité pour protester contre le coup d'Etat, et que l'armée, en prenant des mesures pour les chasser et arrêter certains d'entre eux, avait bloqué l’avenue. J’ai appris plus tard que "strabisme" était l’un des surnoms donnés au général de l'armée, Prayuth Chan-ocha, qui avait organisé un autre putsch militaire le 22 mai 2014 en dépit de ses biens connus vœux publics de ne pas intervenir et sa promesse de ne pas faire de coup d'Etat.

Les manifestants du 25 mai contre le coup d’Etat

Les manifestants du 25 mai contre le coup d’Etat

C'était le deuxième coup d'Etat en huit ans depuis celui de 2006 qui avait renversé le magnat des télécommunications devenu Premier ministre Thaksin Shinawatra et le 19ème coup (en comptant les tentatives non-réussites) dans l'histoire démocratique du "Detroit de l'Est."

Comme membre typique de la classe moyenne thaïlandaise d’origine chinoise, j'ai eu la chance d'avoir des parents qui m'ont envoyé étudier dans des écoles internationales depuis que j’étais tout petit. Au-delà de leur attente de voir leur fils parler couramment l'anglais, j'avais involontairement pris le goût de la philosophie occidentale, la musique classique, la littérature anglaise et même l'histoire de l'origine de l'Amérique moderne à travers des études américaines sociales fournies à un âge relativement jeune.

Il s'est avéré que plus tard, l'apprentissage de cette mentalité était un acquis indésirable et craignant que leur fils ne puisse pas prospérer dans la société locale, ils ont décidé de me sortir de l'école secondaire à la fin de ma 10eme année et m’ont fait étudier à la maison pendant un an pour l’examen d'entrée à l’université. J'ai marqué mon chemin dans la plus prestigieuse université de la nation, où je suis vite devenu un outsider parfait.

Nous payons même respect aux arbres sacrés!

Comme je l’ai rapidement appris à l'intérieur de l'université parmi mes collègues étudiants thaïlandais qui avaient subi l'éducation traditionnelle thaïlandaise, nous les Thaïlandais sommes un gâchis hypocrite au niveau pédagogique. Nous avons, par cette façon de penser, appris à révérer tout sauf nos propres droits et le respect de soi-même, et pourtant notre désir naturel d’évoluer et d’être nous-mêmes sont tellement réprimés que nous devons fuir derrière la scène, souvent sous la forme de rumeurs et de coups-bas. Notre culture a également adopté tant de normes religieuses, de croyances et d’influences culturelles, mais au lieu d'embrasser cette diversité et d'accepter ces différences, nous sommes devenus d’esprit petit et monotone; soit vous passez par le chemin "thaï" pour faire les choses ou alors laissez faire la communauté.

Nous avons les dieux et les symboles hindous partout, et même vénérons nos rois comme étant la réincarnation de Rama, et en même temps nous vénérons des images de Bouddha. Nous obéissons à nos instructeurs quand ils imposent leurs doctrines occidentales clonés et obsolètes à leurs élèves. Nous devons faire un Wai (façon thaïlandaise de payer la révérence) pour tout et à tout le monde, à nos parents, aux enseignants, aux statues et même à des arbres supposés sacrés! Lors d'une journée de cérémonie spéciale appelée Waikru, les élèves sont censés ramper au niveau des pieds des enseignants et leur faire un Wai. Voyez ci-dessous comment notre dernière premier ministre évincée, Yingluck Shinawatra, devait se conduire lorsqu’elle rencontrait Son Altesse Royale la Princesse Maha Chakri.

Yingluck Shinawatra et la Princesse Maha Chakri

Yingluck Shinawatra et la Princesse Maha Chakri

C’est presque gravé dans le subconscient des Thaïlandais qu'ils doivent quelque chose à quelqu'un à tout moment, et que leurs vies sont prédestinées plutôt que définissables.

Ne vous méprenez pas, j'ai beaucoup de respect pour les personnes âgées et aussi pour les personnes qui méritent ce respect. Mais moi, avec ma sensation la plus profonde d'être un humain, n'arrive pas à comprendre la logique des gens qui paient révérence à une statue, même quand ils sont dans un bus qui passe devant. C’est presque gravé dans leur subconscient qu'ils doivent quelque chose à quelqu'un à tout moment, et que leurs vies sont prédestinées plutôt que définissables.

A mon avis, cette norme d’extra-respect et d'auto-infériorisation ouvre un immense espace pour la corruption et est principalement responsable de la corruption poignante de mon pays. C’est un fait que nous ne pouvons pas nous tirer de quoi que ce soit en Thaïlande sans payer un seul baht à l'avancement publique (sans parler des taxes). Nous ne pouvons pas nous tenir debout de manière autonome sans nous faire arnaquer par des bureaucrates mafieux (Demandez à quelqu'un qui possède une entreprise en Thaïlande). C'est, à mon avis, la racine de tous les maux cachés et de la crise politique récurrente qui ont empêchés la nation de progresser pendant de nombreuses années. Comment?

La structure sociale thaïlandaise est simple. Elle se compose des royalistes et des élites, des capitalistes, des classes moyennes et des pauvres. Je n’y inclue pas le gouvernement, parce qu’il s’agit juste d’un verni démocratique et d’une plaisanterie. L’armée est considérée comme une force étant la propriété exclusive des royalistes plutôt que celle de la nation. Par conséquent, la violence, comme décrite dans le livre Powershift d’Alvin Toffler, est contrôlée par le rang le plus élevé. Maintenant, du fait de l'âge de l'information, alors que l'Internet a commencé à se développer de façon exponentielle et à s'infiltrer parmi les classes les plus pauvres, le rang le plus bas a commencé à atteindre un nouveau niveau, celui de la connaissance. Il a donc commencé à ouvrir les yeux, à regarder autour et à en apprendre davantage sur les origines de sa pauvreté. La campagne populiste de l’ancien et controversé premier ministre Thaksin Shinawatra n’avait fait qu'alimenter l’incubation du nouveau savoir.

Le gouvernement thaïlandais n’est que "du pain et des jeux" pour le peuple.

Maintenant, les royalistes et les élites, et même les capitalistes qui avaient payés (aux deux sens du terme) suffisamment de "respect" aux premiers, se considèrent comme étant les dirigeants et attendent que les pauvres se prosternent devant eux et suivent leur destin qui est de revenir à la ferme dans les zones rurales, mendier de l'argent dans les villes ou voler des aliments et des médicaments et rentrer à la maison en faisant un Wai à toutes les merdes imaginables. Thaksin Shinawatra était tout simplement un capitaliste à forte tête et qui était perçu comme un danger grandissant par notre "Big Daddy", mais il a fait une erreur stupide en allant rechercher la faveur de la masse des pauvres au lieu du contraire. Parce que, bien que les pauvres soient de plus en plus éduqués, ce n'étaient pas eux qui détenaient les armes et dirigeaient les chars. En tant que magnat des télécommunications, il a sous-estimé la puissance des balles.

Ma femme, traditionnellement éduquée, fait parmi de ceux qui ont la chance d’être éclairé. Elle a pu étudier dans une université de prestige en subissant le minimum de SOTUS (bizutage des seniors) ce qui l’a tenue écartée de Nadaland (un surnom sarcastique de la Thaïlande des aveugles). Nous étions conscients de la fracture, et nous avions tous deux assistés à beaucoup de stupides et peu profonds "je-sais-tout" patriotiques de la part de nos collègues et amis chemises jaunes. Cela ressemblait aux temps révolutionnaires de la Chine ou d'autres endroits semblables, et nous pouvions presque les imaginer portant des uniformes kaki avec une étoile rouge boutonnée sur le béret et les femmes gardant une coupe de cheveux tressée.

L'ignorance, c'est le pouvoir !

Prêtez attention maintenant, alors que je soulève une très importante question: si les rangs les plus élevés de la nation thaïlandaise contrôlent la richesse ainsi que la violence, et que les basses classes acquièrent de plus en plus de connaissances, qu’est ce qui spécifie la classe moyenne? Une réponse simple: l'ignorance.

Lorsque vous avez un esprit assez étroit, une journée de travail mal rémunérée qui vous vous donne une mentalité encore plus étroite, et une campagne gouvernementale qui sonne comme si on vous enlevait un peu de votre pouvoir et même le pouvoir des personnes que vous rêverez de manière si aveuglante pour le donner aux pauvres qui composent la majorité de la population, alors vous dirigez votre haine contre ces derniers. Vous les traitez même de babouins qui ne méritent pas le droit de vote. Une vague de haine et de sanction sociale ont ensuite suivies, surtout en ligne. Maintenant, les élites ont encore acquis plus de puissance grâce à l'ignorance de la classe moyenne. Et le fait que le groupe de gens soi-disant les plus instruits et progressifs, qui sont censés infliger des changements et rester au côté des pauvres ont irrémédiablement pris une position inverse erronée, est ce qui a fait toute la différence dans la lutte […]

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires