Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 13:51

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2016/03/27/military-uses-human-shield-policy-in-patani/

 

Au milieu du mois de mars, des séparatistes armés ont attaqué un bunker de l'armée à côté de l'Hôpital Jaw-eye-rong à Naratiwat. Au cours de la fusillade qui a suivi, les séparatistes se sont retranchés dans l'hôpital où ils ont tiré sur l'armée à partir des fenêtres. Ils se sont ensuite échappés par l'arrière de l'hôpital dans les collines. On pense que l'hôpital était la seule échappatoire disponible qui leur était ouvert. Aucun patient, visiteur dans le bâtiment ou employé de l'hôpital n'a été blessé.

En réponse à cet événement, Suhaimee Dulasa, un ancien étudiant de Patani et leader des jeunes leaders, a écrit un article disant que "les deux côtés étaient fous".

Malgré le fait que personne à l'intérieur de l'hôpital n'ait été blessé, de telles tactiques de la part des séparatistes sont indéfendables et risquent de détruire la légitimité de la lutte pour l'autodétermination. Tel est le cas même lorsque toutes les voies d'évacuation pourraient avoir été bloquées par l'armée.

Naturellement, le généralissime Prayut a ordonné aux forces de sécurité d'éliminer tous les groupes armés séparatistes dès que possible. En réalité, il n'y a aucune possibilité de solution militaire pour cette guerre.

La Commission nationale des droits de l'homme thaïlandaise n'a pas tardé à condamner les hommes armés qui ont attaqué le poste militaire. Cette même commission n'a jamais condamné les militaires pour leurs coups d'Etats et leur continuelle destruction des droits humains ni la loi de lèse-majesté.

Cependant, contrairement aux diverses fausses "organisations de défense des droits humains" qui condamnent seulement les séparatistes, ou ceux qui condamnent simplement les deux côtés, nous devons critiquer l'armée thaïlandaise pour avoir bâti un bunker à côté d'un hôpital. En plus de cela, nous ne devons jamais oublier que la violence des opprimés ne doit jamais être assimilée à la violence des oppresseurs. Les combattants de Patani ont le droit de se battre pour l'autodétermination. Cependant leur stratégie armée ne peut jamais conduire à la liberté parce qu'elle exclut la majorité des gens et rejette la nécessité d'établir des mouvements sociaux.

Suhaimee Dulasa souligne que l'armée thaïlandaise a une longue tradition de mettre délibérément en place des bunkers militaires juste à côté des hôpitaux. Les soldats établissent également des bunkers dans les marchés ainsi qu'à l'intérieur des écoles et des temples bouddhistes. Ceci en dépit du fait qu'ils savent que les points de contrôle militaires et les bunkers sont les principales cibles des attaques séparatistes dans cette guerre entre les combattants de Patani et l'Etat thaïlandais.

En dehors de la nécessité de créer une illusion comme quoi les militaires seraient là afin de "protéger" les gens des "bandits séparatistes", on ne peut que soupçonner le fait qu'ils essaient de se défendre en utilisant des civils ordinaires dans les hôpitaux, les écoles et les marchés comme boucliers humains.

Sans surprise, le commandement de la sécurité intérieure affirme que les camps militaires à côté des hôpitaux sont là pour empêcher les séparatistes d'attaquer des "cibles faciles". Ceci est un mensonge. Les séparatistes n'ont aucun intérêt à attaquer les hôpitaux ou les marchés. Leur but est d'attaquer l'armée et la police et les personnes qui collaborent avec les forces de sécurité. Dans le passé, des écoles ont été brûlées et des enseignants ont été attaqués, mais c'est parce que l'éducation scolaire est utilisé comme une arme idéologique par l'Etat thaïlandais afin de détruire la culture et l'histoire de Patani. La modification de cette politique permettrait de protéger les écoles. Les bunkers militaires ne pourront jamais les protéger.

Des temples bouddhistes ont été attaqués pour des raisons similaires que les écoles et parce que les militaires ont parrainé des attaques sur certaines mosquées, mais aussi parce que des membres du personnel de l'armée ont été recrutés pour devenir moines. Ce n'est pas une guerre entre les musulmans et les bouddhistes, mais une guerre entre ceux qui veulent l'indépendance de Patani et le répressif Etat thaïlandais. Cependant, un certain nombre de moines bouddhistes d'extrême droite tentent d'attiser la haine contre les musulmans. Récemment, le moine birman raciste Wiratu, célèbre pour l'organisation de pogromes contre les Rohingyas, a visité la Thaïlande pour prendre part à une réunion bouddhiste.

L'essentiel est que, dans le court terme, les bunkers militaires devraient être déplacés loin des hôpitaux, des écoles, des marchés et des temples et, à plus long terme, l'armée devrait être complètement retirée de Patani.

L'Hôpital Jaw-eye-rong à Naratiwat lors de l’attaque

L'Hôpital Jaw-eye-rong à Naratiwat lors de l’attaque

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires