Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 11:54

En 1992, l'armée thaïlandaise avait déjà massacré des manifestants qui réclamaient la démocratie.

Contexte

En février 1991, un coup d’État militaire a renversé le gouvernement civil dirigé par Chatichai Choonhavan, élu démocratiquement, et un Conseil national de maintien de la paix (CNMP) a été créé.

À la suite des élections générales truquées de mars 1992, le général Suchinda Kraprayoon, un des principaux artisans de ce coup d’État, a été nommé Premier ministre.

En mai 1992, des milliers de personnes ont manifesté pour protester contre cette nomination. Au cours des manifestations, les forces de sécurité ont ouvert le feu à hauteur de tête sur des manifestants non armés et ont frappé à coups de matraque et de pied des civils qui ne constituaient pas une menace pour leur sécurité.

Selon les statistiques officielles, 52 personnes ont été tuées, des centaines d’autres ont été blessées et 34 ont "disparu" sans laisser de trace mais cette répression a sans doute fait des centaines de victimes (plus d’un millier si l’on en croit les rumeurs de l’epoque).

Contrairement au massacre d’octobre 1976 de l’Université Thammasat, le roi est intervenu pour éviter un bain de sang qui avait déjà eu lieu mais qui aurait pu être pire sans son intervention.

Ci-dessous 4 articles du journal français L'Humanité et 2 articles du journal belge Le Soir parus durant ces événements:

 

BANGKOK COLERE

Article du journal L'Humanité paru le 21 mai 1992

Lien:

http://www.humanite.fr/node/273409

Le mouvement de protestation s'amplifie malgré la répression. Divisions dans l'armée. Plus de cent morts, des centaines de blessés, des milliers d'arrestations.

LE gouvernement thaïlandais a décrété mercredi soir le couvre-feu à Bangkok, de 21 heures à 4 heures. Cette décision, annoncée à la télévision, fait suite à une journée marquée par de nouvelles manifestations de rue et des bruits insistants sur des combats opposant, au nord de Bangkok, des troupes loyales et hostiles au gouvernement du général Suchinda Kraprayoon.

La troupe a de nouveau ouvert le feu mercredi après-midi sur des milliers de manifestants répandus dans le centre de Bangkok. Selon la police, les manifestants ont commencé leur mouvement de protestation en brisant des vitrines et en pillant des magasins. Ils ont ensuite entrepris de mettre le feu à des édifices.

Le premier ministre, le général Suchinda Kraprayoon, qui devait donner une conférence de presse télévisée depuis le siège du gouvernement, a brusquement quitté les lieux pour une destination inconnue.

L'opposition pose comme condition préalable à une solution politique de la crise la démission du général Suchinda. Pour des millions de Thaïlandais, il est le principal responsable des émeutes sanglantes qui se poursuivent depuis trois jours. Elle demande qu'il soit remplacé par une personnalité dûment élue au Parlement, ce qui suppose une réforme constitutionnelle.

Selon des sources thaïlandaises et des diplomates étrangers, les chefs modérés de l'armée se seraient mis d'accord pour tenter d'obtenir le départ, volontaire ou forcé, du général Suchinda, désigné premier ministre le 7 avril, et de son beau-frère, le commandant en chef de l'armée Issrapong Noonpackdee. Un nom est avancé avec insistance pour lui succéder à titre transitoire, celui du général à la retraite Prem Tunsilanond, soixante-douze ans.

Des troupes fidèles à la hiérarchie modérée de l'armée thaïlandaise feraient mouvement depuis le nord du pays vers Bangkok, croit-on savoir de sources thaïlandaises et étrangères. Des diplomates confient par ailleurs avoir été saisis de rapports signalant des combats entre soldats au nord de la capitale. De source policière, on se borne à confirmer le mouvement de troupes, sans toutefois préciser leur position actuelle ni leur importance.

Des indications sur une scission au sein de l'armée ont commencé à filtrer mardi, 48 heures après le début des émeutes. Mercredi matin, ces mêmes sources donnaient à entendre que les responsables militaires modérés s'étaient mis d'accord pour tenter d'obtenir le départ volontaire ou forcé du premier ministre.

Les émeutes qui se poursuivent depuis dimanche à Bangkok auraient fait au moins cent morts. Des centaines de personnes ont été blessées, et l'on compte quelque 3.000 arrestations.

 

THAILANDE LE ROI INTERVIENT POUR RESOUDRE LA CRISE

Article du journal L'Humanité paru le 21 mai 1992

Lien:

http://www.humanite.fr/node/273336

Le premier ministre thaïlandais, Suchinda Kraprayoon a annoncé, mercredi soir, à la télévision la libération immédiate des personnes arrêtées lors des incidents de ces derniers jours et une amnistie pour ceux qui ont pris part aux manifestations. Parmi les personnes libérées figure le chef de l’opposition, Chamlong Srimuang qui est également apparu pour appeler la population au calme. Le premier ministre a aussi annoncé que le parlement allait entamer, dès lundi, une révision de la constitution, ce qui constituait l’une des principales revendications de l’opposition et des manifestants. Ces déclarations ont eu lieu après une rencontre entre Suchinda Kraprayoon, le roi Bhumibol Adulyadej, l’ancien premier ministre Prem Tinsulanond et Chamlong Srimuang. Ce dernier a indiqué que l’intervention du roi était à l’origine de ces mesures d’apaisement. La télévision a d’ailleurs montré le souverain s’entretenant avec le premier ministre soutenu par les militaires, M. Chamlong, et M. Prem Tinsulanond, un ancien premier ministre, qui a gardé beaucoup de prestige et jouit de la confiance du roi. Le débat constitutionnel devrait commencer lundi. L’opposition réclame qu’y soit incluse l’obligation pour le premier ministre d’être un élu du Parlement. Ce n’est pas le cas de M. Suchinda qui ne s’était pas présenté aux élections générales du 22 mars dernier et qui, avant de devenir premier ministre le 7 avril, était commandant en chef des forces armées. "Le gouvernement va essayer de résoudre le problème, a dit M. Chamlong. Nous allons travailler avec toutes les parties concernées pour garantir un retour à la normale. S’il vous plaît, restez calmes et ne prenez plus part à des désordres. Je demande votre coopération."

 

ROYALE INTERVENTION A BANGKOK

Article du journal L'Humanité paru le 22 mai 1992

Lien:

http://www.humanite.fr/node/273239

Bhumibol Adulyadej a convoqué le général-premier ministre et son opposant de la veille le général Chamlong Les discussions pour une réforme constitutionnelle doivent reprendre lundi au Parlement APRES l’intervention du roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej, les premiers signes de détente sont apparus hier à Bangkok, où l’on annonçait coup sur coup la libération des quelque 3.000 détenus arrêtés depuis dimanche et la levée du couvre-feu. Le souverain thaïlandais, bien que sans pouvoirs constitutionnels réels, est une personnalité respectée par une grande majorité de l’opinion publique, d’autant plus qu’il n’intervient publiquement que très rarement - et seulement en période de crise grave - dans les affaires du pays. Dans la nuit de mercredi à jeudi, il a reçu le général-premier ministre Sichunda Kraprayoon, responsable de la répression, et l’ex-général Chamlong Srimuang, leader de l’opposition parlementaire. Ce dernier a été libéré de la prison où les hommes de Sichunda l’avaient enfermé mardi soir. Les deux hommes se sont engagés à reprendre les discussions en vue de l’élaboration d’un amendement de la Constitution destiné à interdire les fonctions de premier ministre à toute personne ne faisant pas partie du Parlement. Le roi a demandé aux deux adversaires de la veille d’«éviter de se battre dans (leur) propre maison» et de «se rencontrer en tête à tête plutôt que de s’affronter, pour essayer de régler le problème». Dès lundi, les deux chambres thaïlandaises - une Assemblée nationale dominée par les partis promilitaires et un Sénat dont tous les membres sont désignés par les généraux - devront débattre de ce processus. Selon l’AFP, le souverain aurait chargé l’un de ses conseillers privés, le général Prem Tinsulanond, ancien premier ministre de 1980 à 1988, de « superviser » l’opération. Jeudi matin, l’armée a levé le couvre-feu décrété la veille et les barrages dans la capitale. A l’exception des écoles qui restaient fermées, les administrations et les commerces ont rouvert leurs portes. Les transports publics circulaient normalement. En un quart d’heure, la Bourse a pris 56 points jeudi matin, mais cette soudaine euphorie des spéculateurs locaux n’était pas encore partagée par les firmes étrangères. Les investisseurs étrangers craignent toujours la reprise des manifestations. Sans attendre les déclarations royales, à Washington, le département d’Etat a indiqué que, contrairement à certaines déclarations, aucun programme de ventes d’armes à la Thaïlande n’avait été annulé. A Bruxelles, la CEE a demandé à toutes les parties «d’agir avec la plus grande retenue», tout en demandant aux militaires de «s’abstenir de recourir à nouveau à la violence». Jeudi soir, quelques milliers de personnes étaient à nouveau rassemblées sur la place de la Démocratie à Bangkok pour se recueillir en mémoire des victimes de la répression. Une centaine de personnes ont été tuées par les militaires et plus d’un millier blessées depuis dimanche soir.

 

AMERE VICTOIRE

Article du journal L'Humanité paru le 25 mai 1992

Lien:

http://www.humanite.fr/node/273106

Les manifestants de Bangkok ont obtenu le départ du premier ministre, mais l’amnistie accordée par le roi aux responsables du bain de sang est lourde de menaces pour l’avenir LE premier ministre de Thaïlande, le général Suchinda Kraprayoon, a annoncé sa démission dimanche à la télévision, au cours d’une allocution apparemment enregistrée à l’avance. «Pour endosser mes responsabilité des erreurs et faciliter le débat parlementaire sur la nouvelle constitution, j’ai présenté ma démission au roi, a-t-il dit. J’espère qu’à partir de cet instant, toutes les parties s’efforceront d’aplanir les conflits et les divergences dans l’intérêt de l’unité, de la réconciliation et de la coopération». Il a exprimé ses regrets pour les morts et les dégâts causés dans la capitale lors des manifestations de la semaine dernière, estimant qu’il faudrait «des années pour en effacer les traces dans le cœur des gens et dans l’économie nationale». Rappelons que la répression des manifestations de la semaine dernière à Bangkok a fait cent morts selon les chiffres officiels, plusieurs centaines selon d’autres sources. Agé de cinquante-huit ans, le général Suchinda était devenu premier ministre le 7 avril dernier. L’opposition s’était aussitôt insurgée contre l’accession à la tête du gouvernement d’un officier qui, un an plus tôt, avait dirigé un coup d’Etat militaire pour renverser le gouvernement de Chatichai Choonhavan. Les rumeurs qui circulaient samedi affirmant que le général était en fuite et avait pris l’avion pour Copenhague ou Stockholm ont été démenties. Il se trouvait toujours dans la capitale thaïlandaise et s’est rendu dimanche matin au temple de Bovornivet pour demander la bénédiction du patriarche bouddhiste. Cette démarche donne à penser que le général s’apprête effectivement à partir en exil. D’autant que l’amnistie générale décrétée dimanche par le roi Bhumibol pour toutes les personnes ayant été mêlées aux événements des derniers jours lui laisse le champ libre. Elle semble le résultat de longues tractations entre le roi et l’armée. Elle aura pour effet de mettre le général Suchinda et les responsables militaires des fusillades à l’abri de poursuites. Une décision qui risque d’être fort mal accueillie par la population. L’opposition a en effet réclamé que soient traduits en justice le général Suchinda et d’autres chefs militaires, notamment le commandant en chef Kaset Rojananil et le commandant de l’armée de terre Issarapong Noonpakdi. Ce dernier n’est autre que le beau-frère du général Suchinda. Dimanche matin, 50.000 personnes au moins ont assisté à un office célébré devant le monument à la démocratie, à la mémoire des nombreuses victimes tombées au cours des manifestations, qui s’étaient déroulées pour la plupart devant le monument. Beaucoup portaient des vêtements noir et blanc, en signe de deuil. Des guirlandes de fleurs ont été déposées au pied du monument et de la nourriture a été offerte à quelque 300 moines bouddhistes, suivant la tradition. Les gens manifestaient à la fois leur peine et leur colère, estimant que «ceux qui ont donné l’ordre de tirer sur le peuple doivent être punis».

 

L'ARMEE THAILANDAISE MENACE DE SEVIR

Article du journal Le Soir paru le 30 mai 1992

Lien:

http://archives.lesoir.be/l-armee-thailandaise-menace-de-sevir_t-19920530-Z05E1G.html

La crise reste entière face à des généraux incontournables

L'armée thaïlandaise menace de sévir

Nous ne tolérerons plus que l'armée soit humiliée davantage et nous entendons garantir la protection de son honneur et de nos supérieurs jusqu'au sacrifice de notre vie. C'est la déclaration qui a été publiée vendredi par des hauts officiers réunis autour de leur commandant de l'armée de terre, le général Issarapong Noonpakdee, le beau-frère du général Suchinda Kraprayoong qui a été acculé à démissionner dimanche de son poste de Premier ministre après avoir réprimé dans le sang le mouvement des protestations contre la dictature des militaires. Aussi, le général Issarapong, s'adressant à l'opposition qui a exigé (malgré l'amnistie générale) qu'il soit traduit en justice ainsi que le général Suchinda et le maréchal Kaset Rojananil, commandant en chef de l'armée de l'air, a averti l'opposition: ne m'obligez pas à me transformer en bête traquée.

Certains observateurs, par ailleurs, n'écartent pas un coup de force militaire surtout si la Cour constitutionnelle décide de lever cette amnistie. Décrétée par le général Suchinda avant d'annoncer sa démission, elle met à l'abri des poursuites tous ceux qui ont été impliqués dans les émeutes de la semaine dernière, à commencer par lui-même ainsi que ses deux officiers de l'armée de terre et de l'armée de l'air. Mais les partis d'opposition, estimant qu'elle devait couvrir seulement les manifestants, ont contesté auprès de la Cour constitutionnelle sa validité. Le verdict de la Cour ne sera pas annoncé avant le 10 juin.

Donc un temps mort qui pourrait être mis à profit par le roi Bhumibol pour faire entendre raison aux deux camps. Une date qui correspond d'ailleurs à la session conjointe du Parlement (réunissant la Chambre des représentants issue des élections de mars dernier et le Sénat dont les membres ont été désignés par la junte du général Suchinda, auteur du coup d'État de février 1991) qui sera consacrée à l'adoption, en troisième et dernière lecture, des amendements de la Constitution promulguée l'an dernier par la junte. Selon ces révisions, les sénateurs ne participeront plus aux votes de censure du gouvernement, le Parlement sera présidé par le président de la Chambre et non par celui du Sénat et le Premier ministre devra désormais être un membre de la Chambre des représentants. La révolte populaire a éclaté justement pour protester contre la nomination, le 5 avril, du général Suchinda, un sénateur non élu, à la tête du gouvernement par les cinq partis majoritaires à la Chambre.

Mais la crise reste entière tant que les généraux demeurent incontournables: les cinq partis majoritaires ont déjà proposé à la succesion de Suchinda, le maréchal de l'air Somboon Rahong qui dirige le parti Chart. Les quatre partis d'opposition, ont, de leur côté, avancé à la même sucession, l'ex-général Chaowalit Yongchaiyudh du parti de la Nouvelle Aspiration.

ABED ATTAR

 

LE ROI NOMME UN PREMIER MINISTRE INTERIMAIRE DES ELECTIONS ANTICIPEES EN THAILANDE

Article du journal Le Soir paru le 11 juin 1992

Lien:

http://archives.lesoir.be/le-roi-nomme-un-premier-ministre-interimaire-des-electi_t-19920611-Z05FK4.html

Le Roi nomme un Premier ministre intérimaire

Des élections anticipées en Thaïlande

Coup de théâtre à Bangkok: le roi Bhumibol a nommé mercredi M. Anand Panyarachun, Premier ministre. C'est une personnalité neutre et respectée qui succède au général Suchinda démissionnaire à la suite des manifestations violentes contre le pouvoir de l'armée qui ont été réprimées, le mois dernier, dans un bain de sang. M. Anand, 59 ans, est un ancien diplomate de carrière avant de devenir un homme d'affaires qui avait été choisi par le général Suchinda après son coup d'Etat de février 1991, pour diriger un cabinet provisoire chargé de préparer des élections générales qui eurent lieu en mars dernier. Peu après sa nomination, M. Anand a annoncé la formation d'un gouvernement d'intérim et des nouvelles élections dans quatre mois. Toute société qui a subi un tel traumatisme a besoin de retrouver son équilibre, a-il-déclaré en faisant référence à la crise, la plus grave depuis la chute de la dictature des maréchaux en 1973.

Tout en cherchant à désamorcer la crise politique par ce choix, le roi a du même coup mis fin aux manoeuvres des partis politiques pro-militaires, majoritaires à la Chambre des représentants, qui avaient proposé, à la succession de Suchinda, le maréchal de l'air à la retraite Somboon Rahong, qui est un député membre du parti Thai Chat (Nation thaïe) connu pour être un homme dévoué au commandant en chef des Forces armées et chef de l'armée de l'air le général Kaset Rojananil. La candidature de Somboon avait, d'ailleurs été rejeté immédiatement par les partis de l'opposition et les groupes pro-démocratiques, le fer de lance du mouvement des protestations populaires contre Suchinda, en menaçant de descendre à nouveau dans la rue.

Mais, avant de proposer au Roi la candidature de Somboo, le président de la Chambre des représentants Arthit Urairat, du parti Tahi Chat, avait préféré attendre l'amendement de la Constitution (promulguée sous la junte de Suchinda l'an dernier), en troisième et dernière lecture. Cette révision, décidée mercredi, comporte notamment une disposition réduisant sensiblement les pouvoir du Sénat dont les 270 membres ont été désignés par la junte. Aussi et surtout, la révision rend obligatoire l'appartenance du Premier ministre à la Chambre des représentants dont les 360 membres sont élus directement. C'est la nomination à la tête du gouvernement du général Suchinda, qui ne se présentait pas aux élections de mars dernier, qui a déclenché, on le sait, la colère populaire.

Immédiatement après cette révision, le Roi a pris l'initiative de désigner M. Anand à la tête d'un gouvernement intérimaire avec la mission de dissoudre la Chambre des représentants et l'organisation des élections anticipées. La dissolution de la Chambre et le retour des Thaïlandais aux urnes avaient, en fait, été réclamé, dans un communiqué rendu public le 2 juin, par les milieux d'affaires les plus influents de la capitale. Ils ont recommandé l'installation d'une équipe gouvernementale «neutre» pour expédier les affaires courantes entre l'intervalle séparant la dissolution de la Chambre et la formation d'un gouvernement issu de nouvelles élections.

ABED ATTAR

 

Le journal thaïlandais "The Nation" daté du 20 mai 1992

Le journal thaïlandais "The Nation" daté du 20 mai 1992

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires