Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 10:54

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2016/05/15/who-will-end-the-long-tradition-of-impunity/

 

Il y a six ans, 4 criminels d'Etat thaïlandais: le général Prayut Chan-ocha, le général Anupong Paojinda, Abhisit Vejjajiva et Sutep Tuaksuban, ont organisé un bain de sang dans les rues de Bangkok. Ils ont ordonné à des tireurs d'élite d'abattre les manifestants chemises rouges pro-démocratie désarmés. Les rues ont été déclarées "zones de tirs libres". Près d'une centaine de personnes ont été abattus de sang-froid. Les troupes postées sur la ligne du métro aérien ont tirées sur des civils ayant trouvé refuge dans un temple voisin. Parmi les morts se trouvait une infirmière bénévole.

Ces criminels d'Etat n'ont jamais montré le moindre remords pour leurs actions. Des déclarations comme "malheureusement, certaines personnes sont mortes" ou "les manifestants ont simplement couru devant les balles" ont révélé leur mentalité.

Quatre ans plus tard, Prayut Chan-ocha et Sutep Tuaksuban ont agi ensemble pour renverser le gouvernement Yingluk démocratiquement élu. Sutep et ses voyous, y compris "Issara", le moine bouddhiste fasciste préféré de Prayut, ont violemment sabotés les élections et, peu après, Prayut a organisé un coup d'Etat militaire et s'est nommé lui-même Premier ministre. Ces deux voyous travaillent encore ensemble pour appuyer l'épouvantable projet de constitution de l'armée.

Peu après le bain de sang de 2010, l'avocat chemise rouge Robert Amsterdam, d'abord engagé par Taksin Shinawat, a compilé un document détaillé des crimes de l'armée. L'objectif était de l'envoyer à la Cour pénale internationale et de traduire ces criminels en justice. Rien ne vint de cette initiative noble mais plutôt naïve.

Une raison pour laquelle ces quatre meurtriers n'ont jamais été traduits en justice à la Cour pénale internationale est que le gouvernement Pua Thai dirigé par Yingluk Shinawat a refusé de voter pour que la Thaïlande se place sous la juridiction de la cour. Certains ont dit que le gouvernement devait faire preuve de prudence parce que les militaires étaient derrière son dos. Peut-être, mais apaiser l'armée ne l'a mené nulle part. Les soldats ont organisé un coup d'Etat de toute façon. Auparavant, le gouvernement de Yingluk avait remporté une victoire écrasante aux élections en 2011 et avait beaucoup de légitimité et de soutien de masse pour s'opposer à l'armée avec l'aide du mouvement chemise rouge. Il a choisi de ne pas agir.

Sans aucun doute, l'une des raisons pour lesquelles le gouvernement Pua Thai était si réticent à engager des poursuites contre les 4 assassins de l'Etat, que ce soit devant un tribunal international ou un tribunal thaïlandais, était que Taksin est lui-même un criminel d'État. Quand il était premier ministre, de nombreux Malais musulmans ont été entassés dans des camions et délibérément assassinés par l'armée et la police à Patani. Un avocat musulman travaillant pour la cause de la justice dans le sud a également disparu, enlevé par la police.

Il y a une ancienne et honteuse tradition des élites thaïlandaises de régler leurs problèmes par l'assassinat. Cela remonte à 1973 et même à au-delà. Aucun fonctionnaire de l'Etat n'a jamais été traduit en justice pour les massacres de civils de 1973, 1976, 1992 ou au cours de la crise actuelle.

Pourtant, les gens qui osent critiquer verbalement le statu quo sont souvent mis en prison pendant des années du fait de la terrible loi de lèse-majesté.

Alors, qui va mettre fin à cette culture de l'impunité? Certainement pas n'importe quel futur gouvernement élu composé des alliés de Taksin ou du soi-disant "Parti Démocrate" d'Abhisit! Ils ont tous montré leurs vraies couleurs.

Ironie du sort, la loi de lèse-majesté empêche un débat ouvert sur le rôle du Roi. Cela signifie que beaucoup croient à tort que le Roi, faible et inefficace, qui est une créature de l'armée, aurait ordonné les massacres. Il ne l'a pas fait. Mais il ne les a pas condamné non-plus. Il n'a jamais défendu la liberté, la démocratie ou la justice. Sa mort ne changera rien. Les élites sont unies dans leur mépris pour les citoyens ordinaires, nous considérant comme sans valeur tout en vivant sur notre dos.

Aucune puissance extérieure, que ce soit la Cour pénale internationale, les Etats-Unis ou l'UE, n'aidera jamais à traduire les criminels d'État thaïlandais en justice.

Aucune "bonne" Constitution thaïlandaise non plus peut régler ce problème.

La seule force capable de mettre fin à cette impunité est un mouvement pro-démocratie de masse qui peut mettre fin au monopole du pouvoir détenu par les élites et transformer l'Etat thaïlandais, en éliminant le pouvoir de l'armée. Atteindre cet objectif n'est pas facile, mais c'est arrivé avant dans de nombreux pays et cela dépend d'être sérieux au sujet de l'organisation politique et de l'utilisation de la puissance latente de la classe ouvrière.

Comme l'a dit Joe Hill ... ne pleurez pas; organisez-vous!

2010: Des snipers de l’armée thaïlandaise tirent sur les manifestants

2010: Des snipers de l’armée thaïlandaise tirent sur les manifestants

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires