Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 08:39
Le problème chronique de la politique à question unique

La politique à question unique a été un problème chronique qui a empoisonné les mouvements thaïlandais pendant de nombreuses années. La cause de cette maladie débilitante a commencé avec l'effondrement des partis communistes staliniens et le rejet de ce que les Post-Modernistes et les Anarchistes ont appelés "Théories de Grandes politiques ou Narratives".

Quand le Parti communiste de Thaïlande s’est effondré au milieu des années 1980, les militants se sont tournés vers les campagnes ciblées avec un rejet de la politique et de la nécessité de renverser l'État répressif. Ils se sont peut-être leurrés eux-mêmes sur le fait qu'ils pourraient en quelque sorte tourner le dos à l'Etat ou diriger leur voie autour de l'état, tel que préconisé par des gens comme John Holloway ou Antonio Negri et Michael Hardt, mais en réalité, ils se sont transformés en lobbyistes pour les ONG. Ces militants d'ONG étaient heureux de faire pression sur tout les gens au pouvoir, indépendamment du fait qu'ils soient élus démocratiquement ou qu’ils fassent partie de juntes militaires. Ils ont également ignoré la politique des puissantes élites et ont rejeté l'idée de la lutte des classes.

Par conséquent les militants des ONG thaïlandaise, qui se sont eux-mêmes nommés "mouvement populaire", ont d’abord soutenus avec enthousiasme le gouvernement de Taksin. Et lorsque ce dernier les a manœuvré avec ses politiques pro-pauvres et les a aussi menacés de douce répression, ils sont devenus désenchantés par Taksin. En conséquence, ils ont choisi de faire une alliance avec les éléments les plus rétrogrades et conservateurs des puissantes élites, formant le mouvement des Chemises jaunes royalistes "Alliance des Peuples pour la démocratie". Ils ont célébré la chute de Taksin lorsque l'armée l’a finalement renversé lors du coup d'Etat militaire de 2006. Certains membres d'ONG internationales basées en Thaïlande, tels que "Focus on Global South", ont appuyé cette position réactionnaire. Les ONG thaïlandaises ont continué dans cette voie, en essayant de travailler avec les diverses dictatures ou d’exercer des pressions sur elles et certains ont même rejoint les émeutes anti-démocratique de Sutep Tuaksuban.

Dernièrement les ONG sont devenues "déçues" par les réformes de la junte. Quelle farce!

Les ONG peuvent ou non avoir appris une leçon de leur soutien à la destruction de la démocratie, mais la plupart n’ont pas renoncé à la politique à question unique. Certaines des récentes critiques des ONG sur le projet de constitution de la junte, en particulier celles concernées par les questions de santé, se sont simplement concentrés sur leurs propres problèmes uniques dans leur opposition. Au contraire, elles devraient être la combinaison d'une analyse générale de la destruction de la démocratie avec une multitude de questions concrètes pour mettre en place une grande critique vis-à-vis des plans de la junte. Cette grande analyse devrait aller au-delà de la liste brute de toutes les diverses questions uniques, comme les réseaux de coordination des ONG ont tendance à le faire. Elle devrait expliquer pourquoi toutes les questions sont liées au système politique et économique. Et sur le présent projet de constitution de l’armée, des liens doivent être faits avec le régime militaire et la destruction de la démocratie depuis 2006.

Quand je me suis impliqué avec le Forum Social Thaï à Bangkok en 2006, mes camarades et moi-même avons essayé de promouvoir l'alignement entre les différentes questions, mais nous avons éprouvé une vive résistance de la plupart des ONG thaïlandaises.

Le problème du "crétinisme à question unique " ne se limite pas seulement à certaines ONG. Lors de la Journée internationale des travailleurs cette année, le "Mouvement pour une Nouvelle Démocratie" a publié une déclaration de 8 points sur les raisons pour lesquelles les travailleurs doivent rejeter la constitution. C’était un document extrêmement limité qui parlait simplement des problèmes de vie quotidienne des travailleurs. Il a omis de mentionner l'attaque contre le système de soins de santé universels, sans doute parce qu'ils pensaient que cela n’avait "rien à voir avec les travailleurs" qui ont leur propre régime national d'assurance. Pourtant, les familles des travailleurs comptent sur le système de soins de santé universels. La pire offense faite par le "Mouvement pour une Nouvelle Démocratie" a été l’absence de mention du problème de la prolongation de la dictature et de la destruction de la démocratie. C’est comme s’ils supposaient que les travailleurs étaient trop stupides pour comprendre la politique générale de grande image.

Le mouvement syndical en Thaïlande contient des groupes progressistes qui ont une grande analyse de l'image de la politique et ont déjà rejeté la junte militaire. Pourtant, le "Mouvement pour une Nouvelle Démocratie" les a ignoré et a plutôt choisi de prendre position aux côtés des éléments les plus arriérés du mouvement ouvrier qui rejettent ou ignorent la politique.

Ceci est une honte parce que le "Mouvement pour une Nouvelle Démocratie" a un bon bilan d'organisation d'événements anti-dictature, dont le plus récent est la manifestation au monument de la démocratie lors de l'anniversaire du coup d'Etat de Prayut.

Un aspect de la maladie du style question unique des ONG est que les membres de l'ancienne direction du syndicat des travailleurs des chemins de fer a également soutenu les Chemises jaunes et a célébré le coup d'Etat militaire de 2006 parce qu'ils haïssaient Taksin. Mais maintenant, les militaires se sont retournés contre eux, menaçant de privatisation plusieurs sections des chemins de fer. Bien sûr, Taksin aurait fait la même chose que les militaires, mais il n'y a aucune excuse pour leur soutien aux réactionnaires.

Les théories et les stratégies politiques ont des effets concrets réels. Il ne s’agit pas uniquement d’un débat académique.

Nous avons besoin d'un parti marxiste révolutionnaire en Thaïlande qui puisse agir comme un pont pour relier tous les simples problèmes de vie quotidienne avec une analyse de classe du capitalisme thaïlandais afin de proposer un changement fondamental. Un tel parti serait également à l'avant-garde de la construction d'un mouvement social de masse pour se débarrasser de l'armée. Ceci est quelque chose que nous essayons de faire, mais jusqu'à présent, les progrès sont douloureusement lents.

Lectures complémentaires:

En anglais:

-Sur les ONG thaïlandaises et leur politique:

http://bit.ly/1UpZbhh

-"La crise en Thaïlande et la lutte pour la démocratie":

http://bit.ly/1TdKKYs

En français:

-"Un coup d’Etat pour les riches":

https://www.scribd.com/doc/243049902/Un-Coup-d-Etat-Pour-Les-Riches

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires