Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 10:54

Une Déclaration de la Commission asiatique des droits de l'homme

Lien:

http://www.humanrights.asia/news/ahrc-news/AHRC-STM-126-2016

 

Le 7 août 2016, la Thaïlande a organisé un référendum pour décider de la nouvelle constitution du pays rédigée par l'armée. Les résultats préliminaires indiquent que 62 pour cent ont voté en faveur de la constitution, alors que la majorité a également convenu qu'un Sénat nommé par les militaires devrait être autorisé à sélectionner le premier ministre en même temps que la Chambre des représentants. Dans le même temps, il faut noter que le taux de participation était seulement d'environ 50 pour cent, soit beaucoup plus faible que lors des élections générales précédentes.

Considérant le texte du projet de constitution, ainsi que le processus référendaire, la Commission asiatique des droits de l'homme (Asian Human Rights Commission, sigle anglais AHRC) est préoccupée par le rôle permanent des militaires dans la politique thaïlandaise et dans la formation d'un gouvernement accordée à l'armée par la constitution. Cela est particulièrement inquiétant étant donné la suppression par l'armée des droits fondamentaux de l'homme depuis le coup d'Etat.

La nouvelle constitution permet au Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO), le corps de décision de la junte, de maintenir son pouvoir. Selon l'article 265, le NCPO continuera à exercer ses fonctions jusqu'à ce qu'un nouveau gouvernement soit créé à la suite de la première élection générale. En attendant, le général Prayuth Chan-ocha continuera d'avoir les fonctions et les pouvoirs prévus dans la Constitution du Royaume de Thaïlande (intérimaire) B.E. 2557 conformément à l'article 44. En tant que chef de la junte, le général premier ministre Prayuth Chan-ocha a le pouvoir absolu de donner un ordre jugé nécessaire pour "renforcer l'unité et l'harmonie publique", ou pour empêcher tout acte qui porte atteinte à la paix publique. En conséquence, le statut de l'ordonnance rendue en vertu de l'article 44 est égal à une loi adoptée par le législateur. En outre, selon l'article 269, le Sénat sera composé de 250 membres nommés par le Roi sur l'avis du NCPO, pendant au moins les cinq premières années du nouveau gouvernement. La section 270 déclare en outre que les sénateurs auront des pouvoirs et fonctions de suivi, de recommandations, et d'accélération de la réforme nationale dans le but d'atteindre les objectifs prescrits dans le chapitre 16 de la Constitution, ainsi que de la formulation et la mise en œuvre d'une stratégie nationale. En d'autres termes, les sénateurs seront utilisés par le NCPO pour contrôler le nouveau gouvernement.

Depuis le coup d'Etat de mai 2014, un grand nombre d'ordres et d'annonces du NCPO ont été imposées, qui ont tous fortement restreint les droits fondamentaux des militants, des opposants politiques et des citoyens ordinaires en Thaïlande. L'article 279 de la nouvelle Constitution rend ces ordres légitimes; non seulement fournit-il gravement l'impunité aux autorités ne respectant pas les droits de la personne, mais il justifie également les violations des droits de l'homme commises par le NCPO:

Toutes les annonces, les commandes et les actes, y compris la performance du Conseil national pour la paix et l'ordre ou du chef du Conseil national pour la paix et l'ordre qui étaient déjà en vigueur avant la date de promulgation de la présente Constitution ou qui entreront en vigueur conformément à l'article 265 paragraphe 2, quel que soit leur force constitutionnelle, législative, exécutive ou judiciaire, sont considérés comme constitutionnel et légal et continueront d'être en vigueur en vertu de la présente Constitution ...

Alors que la nouvelle Constitution sape clairement la démocratie et les droits de l'homme, le processus de décision sur la Constitution a également été vicié. Avant le référendum, le gouvernement actuel a supprimé toutes les objections et l'opposition au projet de charte, que ce soit par des militants pro-démocratie, des universitaires, des médias, ou les citoyens thaïlandais ordinaires, par le biais de sanctions pénales, de menaces et d'intimidation. De nombreux militants qui avaient tenté de faire campagne pour le "Vote Non" ont été arrêtés puis poursuivis par les autorités, en vertu de la Section du référendum constitutionnel 61 paragraphe 2, de l'article 116 du Code criminel (Sédition), et de l'ordre NCPO no.3 / 2015, qui interdit les rassemblements politiques de cinq personnes ou plus pour une quelconque activité politique. La campagne pour la charte a donc été principalement menée par des agents du gouvernement; les enseignants, les administrateurs locaux, les chefs de village et les étudiants de la défense territoriale.

En date du 5 août 2016, 195 personnes ont été poursuivis pour s'être opposé publiquement au projet de constitution. Un jour avant le référendum, M. Jatupat Boonphatthararaksa et M. Wasin Prommanee ont été conduits au poste de police du district de Phu Khiao, province de Chaiyaphum, après avoir distribué des tracts sur la Constitution au public, et accusés d'avoir violé la section 61 de la Loi constitutionnelle référendaire et d'autres ordres militaires. Jatupat est en grève de la faim depuis le 6 août pour affirmer son innocence.

Il est pertinent de rappeler que le NCPO s'est emparé du pouvoir auparavant détenu par un gouvernement civil le 22 mai 2014, afin de "rétablir la paix sans délai pour le peuple de toutes les opinions". Cependant, les actions ultérieures du NCPO ont été contradictoires. En fait, l'application stricte des ordres militaires pour restreindre les droits fondamentaux a créé un environnement très restrictif depuis le coup d'Etat. L'AHRC invite donc le gouvernement thaïlandais à abandonner toutes les charges en vertu de la Loi sur le référendum constitutionnel et les ordres militaires concernés, et, à la place, à faire respecter les obligations en matière de droits de la Thaïlande concernant la liberté d'expression et d'opinion. En outre, à la suite du référendum, l'AHRC invite le gouvernement thaïlandais à rétablir immédiatement l'État de droit, la démocratie et les droits de l'homme dans le pays.

 

Le message d'une Thaïlandaise exilée en Grande Bretagne sur sa page Facebook

Le message d'une Thaïlandaise exilée en Grande Bretagne sur sa page Facebook

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires