Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 12:32

JAKARTA - Des parlementaires d'Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie et Philippines), ont déplorés le processus antidémocratique menant au référendum de ce dimanche sur une nouvelle constitution en Thaïlande, soulevant des inquiétudes sur le harcèlement, les arrestations et l'intimidation de ceux qui cherchent à faire campagne contre le projet de charte.

"Il ne s'agit pas d'un référendum dans un sens véritable du mot. Ce n'est pas un processus démocratique. C'est un vote forcé face au canon d'une arme à feu après une campagne où les autorités ont cherché à contrecarrer activement tout débat éclairé", a déclaré Charles Santiago, membre du parlement malaisien et président des parlementaires de l'ASEAN pour les droits de l'homme (ASEAN Parliamentarians for Human Rights, sigle anglais: APHR).

La constitution qui sera votée ce dimanche a été écrite par un comité de rédaction militaire nommé et a été vertement critiqué par les groupes des droits de l'homme, y compris l'APHR, ainsi que par des universitaires thaïlandais et des politiciens de toutes horizons politiques. Leur critique a mis en évidence les clauses anti-démocratiques de la charte qui enchâssent le contrôle militaire sur la politique, sapent le pouvoir des représentants élus, et suppriment aux communautés leurs droits précédents sur la protection de leur propre environnement.

"En tant que parlementaires qui croient en la démocratie et en la primauté du droit, nous ne pouvons pas soutenir cette constitution, ou le vote de dimanche pour elle. Nous souhaitons envoyer un message de solidarité au le peuple thaïlandais et à tous ceux qui luttent pour regagner leurs droits et leurs libertés fondamentales dans ce pays ", a déclaré Santiago.

L'APHR souhaite mettre en évidence les restrictions de plus en plus arbitraires contre la liberté d'expression et de réunion pour le vote de ce dimanche, qui ont été utilisés pour arrêter des militants, des politiciens et des journalistes qui font maintenant face à des inculpations pour leurs critiques de la charte. Les autorités ont également ordonné l'annulation de manifestations publiques pour discuter de la constitution et cherché à intimider les participants.

La loi qui régit les règles du référendum interdit la diffusion d'informations "agressives" destinées à influencer les électeurs, une clause que les parlementaires ont précédemment identifiée comme étant trop large et en violation des normes internationales.

"Ce n'est pas une atmosphère dans laquelle il est bon de procéder à un vote. Un débat libre et ouvert est essentiel pour assurer que le public puisse prendre une décision éclairée. Sans cela, la tenue de ce référendum n'est rien d'autre qu'une tentative par une junte non élu de manipuler le processus démocratique afin de réclamer une sorte de légitimité", a conclu Santiago.

L'APHR a également noté les efforts déployés par la junte pour limiter la surveillance des élections, notamment en arrêtant au moins 38 personnes pour leur implication dans des tentatives de créer des centres à travers le pays consacré à la surveillance de la fraude électorale. Ces mouvements sapent davantage la légitimité déjà fragile du vote, ont fait valoir les parlementaires.

Les chefs militaires de Thaïlande ont ignoré les demandes des gouvernements étrangers ainsi que celles des acteurs régionaux et internationaux, dont le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, de révoquer les restrictions arbitraires imposées à la liberté d'expression et de réunion, afin de permettre un débat plus légitime avant le référendum.

"La junte n'a pas tenu compte de toutes les demandes pour un débat ouvert et équitable et a obstinément ignoré les normes internationales de base pour mener ce genre de référendum", a déclaré Walden Bello, ancien membre du Congrès des Philippines et membre du Conseil de l'APHR.

La constitution, si elle était adoptée, serait la 20eme de la Thaïlande depuis que la monarchie absolue a été abolie en 1932. Les leaders de la junte, dont le Premier ministre Prayuth Chan-ocha, ont juré de rester au pouvoir si le projet de charte était rejeté.

"Il semble que le peuple thaïlandais soit damné s'il vote pour la constitution et damné aussi s'il ne l'approuve pas. Le général Prayuth et son conseil des anciens n'ont manifestement pas l'intention de céder volontairement leur emprise sur le pouvoir, et ils n'ont pas fourni un choix clair au peuple thaïlandais, mais une dangereuse situation sans solution", a déclaré Bello.

Source:

http://aseanmp.org/2016/08/04/regional-parliamentarians-cry-foul-ahead-thai-constitutional-referendum/

Une manifestante thaïlandaise contre la junte

Une manifestante thaïlandaise contre la junte

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires