Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 15:01

Une déclaration de l’avocat pour les droits de l'homme, Robert Amsterdam

Lien:

http://robertamsterdam.com/thailands-exit-from-democracy-a-fait-accompli-enforced-down-a-gun-barrel/

 

Le dimanche 7 août 2016, les Thaïlandais ont été contraints, sous la menace des armes, à prendre part au sordide "Référendum sur la Constitution" de la junte.

On a fait savoir à ces décents thaïlandais qui travaillent dur, que s'ils faisaient campagne contre le référendum, ils pourraient être arrêtés, jugés par un tribunal militaire et jetés dans l'une des horribles prisons de Thaïlande qui se remplissent de prisonniers politiques depuis une décennie. Ces mêmes citoyens thaïlandais connaissaient aussi la spectaculaire capacité de la junte à la violence - la pile des 100 cadavres criblés de balles à Bangkok lors du massacre de 2010 était là pour leur rappeler la dernière fois où ils avaient osé affronter les militaires thaïlandais - et ils savaient que leur dictateur non élu, le général Prayuth Chan-ocha, avait une volonté prête pour réprimer brutalement à nouveau si l'occasion se présentait. Enfin, les Thaïlandais savaient que s'ils rejetaient la constitution, ils pouvaient s'attendre au pire - Prayuth lui-même a menacé à plusieurs reprises d'imposer une constitution encore plus anti-démocratique aux Thaïlandais s'ils osaient refuser de soutenir sa charte sordide.

Donc, les Thaïlandais ont pris le seul choix qu'ils pouvaient - ils ont voté pour la Constitution. Sur un très faible taux de participation d'environ 55% (la dernière élection législative libre en 2011 a eu un taux de participation de 75%) un peu plus de 61% ont voté en sa faveur. Ce "Oui" représente 33,5% de l'électorat thaïlandais - à peine le genre de pourcentage suffisant pour mettre en place de tels changements constitutionnels. Cependant, nous devons dire ici que nous respectons pleinement la volonté du peuple thaïlandais et comprenons parfaitement que, compte tenu des choix à leur disposition, ils ont pris la meilleure option qu'ils pouvaient. Mais nous faisons cette déclaration avec un cœur très lourd et d'énormes doutes comme quoi le référendum de dimanche a donné un autre coup de marteau aux aspirations démocratiques des Thaïlandais.

La Constitution elle-même est essentiellement un document destiné à saper la légitimité des députés élus. Cette nouvelle constitution supprime le pouvoir de modifier la constitution des représentants légitimement élus par le peuple et le remet au sénat non élu thaïlandais qui comprendra des membres de l'armée. Pour le dire de manière plus simple, le pouvoir exécutif ne repose plus sur un organisme démocratiquement mandaté par le peuple thaïlandais. La démocratie est abrogée.

Pourtant, le vrai désir des Thaïlandais est de voir Prayuth démis de ses fonctions, que la main fouetteuse des tribunaux militaires cesse sa répression et que les voyous fous de pouvoir de l'armée thaïlandaise retournent dans leurs casernes, qu'ils ont voté pour cette aberration d'un Constitution. Au moins, les Thaïlandais peuvent désormais espérer une sorte "d'élections" promises pour 2017 et un retour à un minimum de régime civil.

Bien sûr, quelques Thaïlandais ont tenté de lutter à la fois contre le référendum et la constitution. Sans surprise ces braves gens ont été immédiatement réprimés par le draconien gouvernement militaire - certaines sources citent que près de 200 personnes ont été arrêtées par l'armée thaïlandaise pour avoir simplement faire campagne pour le "Non" lors de la campagne électorale du référendum. Le sort de ces 200 Thaïlandais, au moment de l'écriture de cet article, est inconnu mais beaucoup d'entre eux pourraient faire face à de longues peines de prison.

La réaction internationale au "Référendum pour l'Exit de la Démocratie" a été marquée par son absence presque totale et honteuse. Quelques groupes de défense des droits humains ont fait quelques déclarations sommaires et notoirement insipides. Les correspondants des médias occidentaux de Bangkok ont écrits quelques platitudes, mais les gouvernements d'Europe et d'Amérique du Nord sont restés presque complètement silencieux.

Le résultat net est que la sortie du peuple thaïlandais de la démocratie est un fait accompli imposé par un gouvernement militaire et ignoré par le monde.

Nous continuons d'offrir un soutien à ceux qui souhaitent une véritable démocratie thaïlandaise et appelons la communauté internationale à condamner, sans aucune réserve, la terrible main forcée sur les Thaïs et la destruction continue de leur démocratie.

 

Deux courageuses thaïlandaises manifestent contre la junte militaire

Deux courageuses thaïlandaises manifestent contre la junte militaire

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires