Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 07:17
Le referendum de la junte sur la constitution autoritaire n'est ni libre ni équitable

Le soi-disant "référendum" de la junte thaïlandaise sur sa constitution autoritaire n'est pas un véritable référendum démocratique. Il est organisé dans un climat de peur, d'intimidation et de harcèlement. Ceux qui s'opposent à la constitution et mènent campagne pour le "Non" sont constamment arrêtés et jetés en prison et voient leur littérature confisquée. Même les réunions neutres pour discuter de la constitution sont interdites. Les médias indépendants ont été perquisitionnés par des soldats. Les médias sous contrôle militaire donnent une vision unilatérale, pro-junte de cette constitution épouvantable et des soldats sont envoyés dans les communautés pour "expliquer" les "avantages" de la constitution au peuple.

Le referendum de la junte sur la constitution autoritaire n'est ni libre ni équitable
Le referendum de la junte sur la constitution autoritaire n'est ni libre ni équitable

La paranoïa de la junte a atteint des niveaux tels que deux filles âgées de 8 ans qui déchiraient une liste d'inscription des électeurs, parce qu'elles voulaient récupérer son papier rose, ont été arrêtées.

Le referendum de la junte sur la constitution autoritaire n'est ni libre ni équitable

La police aura plus de difficulté pour arrêter un groupe de singes ou les chiens du temple qui ont déchiré les listes d'inscription dans deux autres endroits!

Le referendum de la junte sur la constitution autoritaire n'est ni libre ni équitable

La paranoïa de la junte est compréhensible et en dit long sur la situation politique thaïlandaise. Aujourd'hui en Thaïlande, les putschs militaires ne peuvent être justifiés vis-à-vis du peuple que s'ils prétendent être menés pour prévenir la corruption et "reformer" la démocratie. La présente junte a du prétendre que quand elle aurait réécrit la constitution, elle la soumettrait à un référendum et autoriserait ensuite des élections. En effet, la plupart des citoyens thaïlandais ont une culture politique démocratique et ne supportent plus la dictature permanente. Les juntes militaires, passées et présentes, mentent en affirmant que sous leur domination la Thaïlande est toujours une "démocratie".

Même le généralissime Prayut ne peut tout simplement pas affirmer qu'il veut faire du régime militaire une caractéristique permanente. Pourtant, c'est exactement ce que leur projet de constitution vise à faire par des moyens détournés. Ceci est quelque chose qui est compris par les Thaïlandais politiquement conscients, en particulier ceux qui font partie de groupes ou de réseaux de médias sociaux et qui ont analysé le document. Donc, le référendum est un mouvement nécessaire mais risqué de la part de l'armée.

Ce projet à vomir de constitution devrait être rejeté parce qu'il est mis au point par les gens qui ont du mépris pour la démocratie et pour la plupart des citoyens. Cela se reflète dans le "prologue" ridicule qui justifie et amnistie toutes les actions de la junte militaire. Il y a un certain nombre de mesures qui augmentent les pouvoirs des organes militaires nommés sur les gouvernements élus et le Parlement. Il permet à un non-membre du parlement de devenir premier ministre dans certaines circonstances et il y a une question supplémentaire spéciale lors du référendum qui demande si les gens aimeraient que le parlement et le sénat puissent voter ensemble afin de nommer premier ministre quelqu'un de la junte après les premières élections. Bien sûr, le Sénat doit être entièrement nommé par la junte. En outre, la formule pour déterminer le nombre de membres du Parlement favorise le Parti Démocrate.

Cette constitution est la plus néolibérale jamais rédigée en Thaïlande. D'un seul coup, elle revient en arrière et abolit pratiquement le système de soins de santé universel et le droit à la gratuité de l'enseignement secondaire. Elle privilégie aussi le bouddhisme Theravada au détriment des autres croyances.

Si la majorité des électeurs votaient contre ce serait une énorme gifle pour Prayut et sa junte et ils perdront toute légitimité restante. Pourtant, leur climat de peur, d'intimidation et de mensonges pourrait simplement leur offrir un vote pour le "Oui". Nous devons être prêts pour les deux éventualités.

Il se peut que certaines personnes votent pour accepter la constitution juste pour être en mesure de bénéficier d'une élection, en espérant que la constitution pourra être modifiée dans l'avenir. Pourtant, ils seront déçus. Les règles de modification de la constitution signifie qu'il sera impossible pour un gouvernement démocratiquement élu de changer la constitution sans la permission des militaires et de leurs alliés conservateurs.

Il y a eu quelques militants qui ont préconisé un boycott du référendum. Cependant, en l'absence d'une vaste campagne pour un boycott, ce serait inefficace et offrirait un "Oui" à la junte. La meilleure tactique est de soutenir la campagne existante pour le "Non".

Si le vote "Non" gagne, il devrait y avoir ensuite des manifestations de masse pour exiger l'éviction de la junte. Mais rien n'est automatique et ces manifestations doivent être organisées. Si le vote "Oui" gagne, nous devons être clairs en affirmant que ni le référendum, ni la constitution n'ont de légitimité démocratique. La lutte pour la démocratie devra donc continuer.

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires