Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 11:59

Inculpations injustes contre ceux qui critiquent la Constitution

Une déclaration d'Human Rights Watch

Lien:

https://www.hrw.org/news/2016/08/16/thailand-free-hunger-striking-activist

 

Les autorités thaïlandaises devraient libérer de toute urgence un militant étudiant détenu depuis le 6 août, 2016, pour avoir protesté pacifiquement contre la constitution de la junte militaire, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. En attendant sa libération, le ministère des Services correctionnels devrait transférer Jatupat Boonphatthararaksa, en grève de la faim depuis le 7 août, de la prison de Phu Khiao située dans la province de Chaiyaphum, vers un hôpital où il pourra être sous surveillance médicale. Dans la nuit du 14 août, il s'est brièvement évanoui après avoir souffert de douleurs dans le corps, de frissons et d'une fièvre élevée.

"La junte doit libérer immédiatement Jatupat et d'autres militants qui protestaient pacifiquement contre la constitution proposée", a déclaré Brad Adams, directeur pour l'Asie. "En attendant, il devrait être sous la supervision de médecins dans le cas où son état de santé se détériorerait, et les diplomates devraient être autorisés à lui rendre visite."

La police a arrêté Jatupat, âgé de 25 ans, un éminent militant du Mouvement Démocratie Nouvelle (NDM), alors qu'il distribuait des publications critiquant le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO), le nom officiel de la junte et exhortait les électeurs dans la province de Chaiyaphum à rejeter le projet de constitution. Il a été arrêté un jour avant le référendum national du 7 août sur la constitution. Les autorités ont accusé Jatupat de violer la loi référendaire, un délit passible d'une peine maximale de 10 ans pour toute action qui décourage le vote au référendum, et aussi d'entrave à la justice pour avoir refusé de fournir des empreintes digitales lors de sa garde à vue. Jatupat a commencé une grève de la faim pour protester contre son arrestation. Les prisonniers qui entreprennent une grève de la faim volontaire et éclairée sont engagés dans une forme d'expression pacifique; tant qu'ils sont légalement compétents, il est contraire aux normes internationales des droits de l'homme de les nourrir de force.

Avant le référendum constitutionnel, les autorités ont arrêté au moins 120 hommes politiques, des militants, des journalistes et des partisans de mouvements politiques qui avaient critiqué le projet de constitution, annoncé publiquement qu'ils voteraient "Non", exhorté les électeurs à rejeter le projet de constitution, ou cherché à surveiller que le scrutin ne soit pas truqué. La poursuite des opposants à la Constitution par la junte soulève des préoccupations comme quoi les critiques pacifiques du gouvernement continueront d'être soumis à des arrestations et des procès lors des préparatifs des élections sensées ramener la Thaïlande à un régime démocratique, élections provisoirement prévue pour décembre 2017. Au lieu de favoriser un plus grand respect des droits de l'homme, l'armée a plutôt créé un climat de peur et resserré son emprise sur le pouvoir du gouvernement.

Depuis son arrivée au pouvoir par un coup d'Etat militaire en mai 2014, la junte, présidée par le général premier ministre Prayut Chan-ocha, a ignoré les obligations du gouvernement des droits humains en vertu du droit international. La junte a arbitrairement interprété les critiques et les opinions dissidentes à propos de la constitution comme étant de "fausses informations" et une menace pour la sécurité nationale. Les droits à la liberté d'expression, de réunion et d'association - tous essentiels pour un processus de référendum équitable - ont été réduits par la Loi référendaire, la Loi sur la criminalité informatique, et l'article 116 du code pénal sur la sédition, ainsi que par les ordres de la junte de censurer les médias et prévenir les rassemblements publics de plus de cinq personnes.

"Les Nations Unies et les amis de la Thaïlande à travers le monde devraient faire pression sur le général Prayut pour qu'il mette immédiatement fin aux arrestations arbitraires d'opposants et de dissidents, et annule les accusations criminelles contre tous ceux qui expriment pacifiquement leurs opinions politiques", a déclaré Adams. "La junte doit faire correspondre ses promesses rhétoriques avec de vraies actions afin de restaurer le respect des droits de l'homme et la démocratie."

Le militant étudiant Jatupat Boonphatthararaksa en grève de la faim depuis son arrestation le 6 août 2016

Le militant étudiant Jatupat Boonphatthararaksa en grève de la faim depuis son arrestation le 6 août 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires