Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 06:58
Comment avons-nous pu atteindre ce point en politique thaïlandaise?

Il y a dix ans, les militaires, les classes moyennes, et les différentes sections des élites conservatrices, ont organisés la destruction de la démocratie. Depuis 2006, il y a eu deux coups d'Etat militaires, un certain nombre de coups judiciaires et de massives manifestations anti-démocratiques des royalistes de la classe moyenne, soutenus par le Parti Démocrate. Plus d'une centaine de militants pro-démocratie ont été abattus de sang-froid par les militaires et les prisons thaïlandaises détiennent désormais plus de prisonniers politiques que lors des précédentes décennies. Le pays est maintenant dirigé par un régime militaire arrogant mais pas très lumineux. Comment et pourquoi est-ce arrivé?

La crise économique asiatique de 1997 a été l'étincelle qui a exposé les failles existantes dans la société thaïlandaise, et les actions des politiciens en réponse à cela, a finalement conduit à un contrecoup contre la démocratie par les conservateurs.

La principale raison de la crise actuelle politique thaïlandaise remonte à cette crise économique de 1997 et à la tentative de Taksin Shinawat pour moderniser la société thaïlandaise et réduire les inégalités tout en comptant sur le soutien de masse pour ses programmes politiques aux élections. Ces politiques ont également été conçues pour profiter aux grandes entreprises, augmenter les profits et la compétitivité. Taksin a appelé cela une stratégie "à deux voies", en utilisant un mélange de néo-libéralisme et de "keynésianisme local". Parmi cette série de politiques il y a le premier système de soins de santé universel.

Parce que le Parti Démocrate, et d'autres élites, avait ignoré le sort des pauvres pendant la crise, alors qu'ils dépensaient les finances de l'Etat dans la sécurisation des économies pour les riches et les classes moyennes dans les banques en faillite, Taksin a pu dire que son gouvernement serait bénéfique tout le monde, pas seulement aux riches. Le Parti Thai Rak Thai de Taksin a remporté les premières élections post-1997. Ce gouvernement était unique en étant à la fois populaire et dynamique, avec des politiques réelles, qui ont servi à gagner les élections et ont ensuite été mises en œuvre par la suite. Cependant, son gouvernement n'était pas unique par le fait qu'il a commis des violations flagrantes des droits de l'homme. Alors qu'auparavant les vieux partis achetaient des votes sans proposer de programmes, les politiques réelles de Taksin ont réduits l'achat de voix et sa base électorale écrasante est venue défier l'ancienne façon de faire de la politique, en fâchant éventuellement ceux qui ne pouvaient pas gagner les cœurs et les esprits du peuple.

La crise économique de 1997 a exposé la réalité matérielle de la société thaïlandaise qui s'était développée rapidement au cours de plusieurs décennies, mais qui était en conflit avec une "superstructure" conservatrice inchangée. Ceci est la dynamique du conflit qui a été exploitée par Taksin.

Ce serait une erreur de voir la crise actuelle comme un simple différend entre deux factions de l'élite. Il a une autre dimension importante qui ne peut être ignorée. Nous avons besoin de comprendre le rôle des chemises rouges qui avaient une relation "dialectique" avec leur idole Taksin. Il existait une sorte de "guerre parallèle" où des milliers de chemises rouges ordinaires luttaient pour la démocratie, la dignité et la justice sociale, alors que Taksin et ses alliés politiques menaient une campagne très différente afin de retrouver l'influence politique qu'ils avaient joui avant le coup d'Etat de 2006.

Malgré le fait que beaucoup de gens croient que le centre du pouvoir entre les mains des élites conservatrices est la monarchie, le véritable centre du pouvoir, qui se cache derrière le trône, est l'armée. Le Roi Pumipon est un monarque faible et sans caractère qui a passé sa vie inutile et privilégié dans une bulle, entouré de flagornerie, et de rampants flagorneurs. Il est, et a toujours été, une marionnette de l'armée et des élites conservatrices. L'hypothèse que les actuels troubles de longue durée en Thaïlande soient principalement causée par une "crise de succession", est une vision élitiste qui suppose que le monarque thaïlandais a le pouvoir réel et qu'il intervient constamment dans la politique. Ce n'est tout simplement pas le cas. Il n'y a pas de monarque absolu provoquant potentiellement, dans ses dernières années, un vide du pouvoir. Toutes les parties ont également convenu que le prince causeur de scandales et méprisable sera le prochain roi. Le fait de placer la princesse, qui n'a pas de partenaire masculin, sur le trône à la place, détruirait immédiatement toute la "tradition réinventée" à propos de la monarchie et saperait sa légitimité mythique. Qui plus est, le prince sera encore plus un outil faible au service de l'armée parce qu'il ne se soucie pas des affaires de l'Etat. La question de la succession royale est donc de peu d'intérêt ici, bien que ce soit à la mode parmi les journalistes et les universitaires de l'utiliser comme une explication standard pour la crise. [Voir http://bit.ly/2cju72D]

La crise n'a pas été causée par un conflit entre la monarchie et Taksin ni par la présence supposée d'un quelconque "État profond" anti-Taksin. Il n'y a pas d'État profond en Thaïlande. Afin de plaider en faveur de l'existence d'un soi-disant "État profond", le pouvoir du Roi doit être exagéré, l'implication des mouvements de masse ignorée, et les fractures de longue durée au sein des élites militaires et conservatrices doivent être négligées. Taksin Shinawat, en tant que membre de la classe dirigeante, a eu une grande influence sur les sections de l'armée et de la justice lors de ses premiers jours en tant que Premier ministre en raison de sa promesse de moderniser la Thaïlande après la crise économique de 1997. Les conservateurs ne se sont retournés contre lui que quand ils ne pouvaient plus rivaliser avec son avantage électoral car ils n'étaient soit pas prêts à se joindre à lui, soit pas prêts à offrir au peuple le genre de politiques qui permettraient d'améliorer sa vie. La Thaïlande ne possède certainement pas de noyau immuable stable de réactionnaires conservateurs intégrés profondément dans l'état. Il existe des liaisons fluides et dynamiques entre les membres de la classe dirigeante et les diverses factions font ou défont leurs alliances de manière opportuniste. Certains membres de la faction de Taksin venaient de la gauche, tandis que d'autres venaient de l'extrême droite conservatrice royaliste et qui avaient auparavant pris part à des attaques contre la démocratie pendant la guerre froide. Samak Sundaravej est un bon exemple de ces derniers. [Voir http://bit.ly/29H0FC9]

Les résultats du référendum sur le projet de constitution de la junte, le 7 Août 2016 ont été décevants et sont un revers pour la démocratie. Mais il ne faut pas oublier que cela n'a jamais été un référendum démocratique et que 10 millions de personnes ont malgré tout voté contre l'acceptation de la constitution.

Ce n'est pas le moment de se retirer et essayer de construire une sorte de consensus politique dans la société civile, comme l'a suggéré l'universitaire en exil Somsak Jeamteerasakul. Une telle suggestion est non seulement une chimère, mais dans la pratique se traduirait par "une moitié de démocratie". Cette idée provient du manque de confiance de Somsak dans la puissance potentielle et la pertinence des mouvements sociaux pro-démocratie.

La voie à suivre est celle de construire un mouvement social de masse contre la junte. La riche expérience des mouvements de masse thaïlandais battant l'armée en 1973 et 1992 et l'énorme potentiel du mouvement des Chemises rouges devrait être revue. Il est temps d'arrêter de jouer à des jeux symboliques organisés par une poignée de héros autoproclamés. Ces vues erronées proviennent d'une analyse erronée comme quoi, à l'époque des médias sociaux, nous ne devrions pas construire des mouvements de masse. Débarrasser la Thaïlande de l'influence de l'armée prendra du temps ainsi qu'une organisation politique déterminée.

Mon papier écrit pour "10 ans de crise politico-sociale en Thaïlande", un séminaire organisé par "Les Thaïs libres pour les droits de l'homme et de démocratie" au bâtiment CCFD-Terre Solidaire, à Paris en France le 19 septembre 2016, peut être consulté ici: http://bit.ly/2bSpoF2 ou http://bit.ly/2cmZkAa

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires