Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 13:49

Selon l’association World Values Survey, qui mène régulièrement des études au niveau mondial afin de comparer les opinions selon les pays, 28% des Thaïlandais affirment ne pas vouloir d’un voisin d’origine différente. Libérez-Somyot avait auparavant publié deux articles sur le racisme en Thaïlande, l’un de l’exilé politique thaïlandais Giles Ji Ungpakorn (lien: http://liberez-somyot.over-blog.com/2014/09/la-thailande-est-une-societe-extremement-raciste.html) et l’autre d’un expatrié britannique tenant à rester anonyme (lien: http://liberez-somyot.over-blog.com/2015/02/le-racisme-en-thailande-la-face-noire-du-pays-du-sourire.html). Aujourd’hui, en ces temps de xénophobie montante au pays du sourire forcé, il nous semble intéressant de les republier ensemble en ajoutant un extrait du livre "Les Larmes de Bouddha" du Suisse Guido Franco qui a vécu plus de 20 ans en Thaïlande.

Un avis de l’immigration thaïlandaise au racisme institutionnalisé: pour le même délit (franchir la frontière thaïlandaise illégalement) un Thaïlandais devra payer 2000 bahts d’amende tandis qu’un étranger sera condamné à 2 ans de prison et à 20000 bahts d’amende.

Un avis de l’immigration thaïlandaise au racisme institutionnalisé: pour le même délit (franchir la frontière thaïlandaise illégalement) un Thaïlandais devra payer 2000 bahts d’amende tandis qu’un étranger sera condamné à 2 ans de prison et à 20000 bahts d’amende.

L’article de l’universitaire thaïlandais exilé politique Giles Ji Ungpakorn:

 

La Thaïlande est une société extrêmement raciste

Lorsqu'on a le découvert que le préposé aux chaises de plage, qui avait lancé du sable sur un touriste assis sur le sable, était un travailleur migrant en provenance du Cambodge, de nombreux Thaïlandais ont été soulagés, estimant que "un Thaïlandais ne ferait jamais ça". Mais ils n'ont pas pris la peine de se demander si son patron était un Thaïlandais et quelle pression a été mise sur ce travailleur pour qu'il fasse en sorte que tout le monde paye pour s'asseoir sur les chaises de plage.

Lorsque Prayut et ses complices ont ordonné aux troupes thaïlandaises d'abattre 90 manifestants pro-démocratie en 2010, certains chemises rouges ont affirmé que les tireurs d'élite devaient être des Cambodgiens parce que "les Thaïlandais ne pourraient jamais tirer sur des Thaïlandais". Mais les faits démontrent le contraire. Ce sont des soldats thaïlandais qui ont assassiné des citoyens pro-démocratie à plusieurs reprises depuis le début des années 1970.

Il est fréquent d'entendre de nombreux Thaïlandais faisant référence à quelque chose de stupide comme étant "Lao".

La plupart des Thaïlandais se réfèrent à quiconque à un physique malais, indien, turc ou arabe comme un "Kaak". Ce n'est pas différent des termes racistes anglo-saxons de "Wops", "Spiks" ou "Dagos" (NDT: ou français de "bougnoule" ou "raton"). Le mot très offensant "Kaak" est également utilisé pour rabaisser les Malais musulmans de Patani, augmentant ainsi leur oppression.

Beaucoup de Thaïs se réfèrent à la population noire d'origine africaine comme "Aye Murd", l'équivalent de "bâtard noir" ou utilisent aussi le terme de "Nigger". Ce mot est même apparu dans une déclaration publique faite par un universitaire pro-démocratie.

Tous les Thaïlandais se réfèrent aux Blancs comme des "Farangs", un mot péjoratif équivalent à l'utilisation du terme "diables blancs" par les racistes chinois. Ce terme est utilisé par les universitaires. Il décrit la différence. "Nous sommes les Thaïlandais", disent et pensent-ils fièrement. Mais ce sont des Farangs. Et bien sûr, tous les Farangs pensent la même chose parce que la démocratie est un concept Farang. On ne reconnaît pas qu'il y ait des occidentaux de droite ou de gauche. Et bien sûr, les Farangs ne peuvent pas comprendre la Thaïlande.

Jusqu'à récemment, de nombreux Thaïlandais, y compris ceux d'origine chinoise (ce qu'ils ont dissimulé dans le passé), utilisaient le terme "Jek" pour désigner le peuple chinois. Aujourd'hui, ils se réfèrent au peuple vietnamien en utilisant le terme offensant "Yuan". Les Japonais sont appelés "Aye Yun".

Il est fréquent de voir des affiches officielles dans les rues qui prétendent que les travailleurs migrants en situation irrégulière apportent des maladies et la criminalité. Il n'y a aucune indignation face à ce racisme.

En cas de contestation sur ce racisme profond, la plupart nieront qu'ils sont racistes; certains affirmeront que c'est la "manière thaïe". Les intellectuels diront que discuter de ces choses est juste "politiquement correct". Mais la vraie rectitude politique est de ramper devant les élites, les qualifiant de "Tan" et d'utiliser un langage royal pour la famille royale.

Tout cela est le résultat de la socialisation constante des Thaïs par les élites dirigeantes qui renforce leur chauvinisme chaque matin et soir quand l'hymne national est joué. Les Thaïs sont les meilleurs et tous les autres sont étrangers et inférieurs, tel est le message. C'est aussi un signe de la faiblesse de la gauche progressiste.

Léon Trotsky a écrit que, dans l'Allemagne nazie, les classes moyennes ont fait la guerre aux travailleurs et au peuple juif tout en s'inclinant devant les capitalistes. Bien que les racistes thaïlandais rampent devant ceux au pouvoir, ils méprisent les étrangers. Et Karl Marx a écrit que la classe ouvrière britannique ne pourrait jamais se libérer tant qu'elle continuait à avoir des attitudes racistes vis-à-vis des Irlandais. Les Thaïs ne pourront pas se libérer tant qu'ils demeureront racistes vis-à-vis des autres.

Giles Ji Ungpakorn

Des cours d’anglais pour jeunes thaïlandais. Le noir est "ugly" (moche)

Des cours d’anglais pour jeunes thaïlandais. Le noir est "ugly" (moche)

L’article de l’expatrié britannique tenant à rester anonyme:

 

Le racisme en Thaïlande - la face noire du pays du sourire

La Thaïlande est souvent désignée comme le "pays du sourire", car les voyageurs qui s'y rendent pour la première fois sont souvent captivés par les sourires amicaux des Thaïs. Cependant, le plus souvent, il y a quelque chose de plus derrière le sourire que juste un signe de bienvenue, quelque chose qui est peu connu des touristes. Il y a un côté plus sinistre de la Thaïlande, qui n'est pas annoncé dans les brochures de voyage, et que la plupart des touristes ne rencontrent pas durant leurs courtes visites. Pour la plupart d'entre eux, les touristes sont traités très bien en Thaïlande, à part le fait d'être victime d'une politique de double-prix qui fait que les étrangers payent jusqu'à cinq fois de plus que les Thaïlandais.

La pratique de double-prix est très répandue en Thaïlande et elle est même approuvée par le gouvernement et l'Autorité du Tourisme de Thaïlande. La plupart des parcs nationaux, des zoos et des musées du pays ont un prix distinct pour les étrangers qui est beaucoup plus important que celui facturé aux Thaïlandais. En tant qu'étranger avec un fils demi-thaï, si je veux emmener mon fils au zoo, je devrais payer jusqu'à cinq fois plus qu'un Thaï. Cette pratique est également courante dans de nombreux restaurants, où les étrangers se verront proposer un menu séparé, écrit en anglais, avec des prix gonflés par rapport aux mêmes plats qui apparaissent sur le menu en thaï.

Durant les dix années lors desquelles j'ai vécu en Thaïlande, j'ai remarqué que de nombreux Thaïlandais ont un dégoût particulier pour les étrangers. Il y a un stéréotype comme quoi les Caucasiens (les étrangers occidentaux blancs) sont sales, barbare et non-civilisés, et cette croyance est partagée par de nombreux Thaïlandais. Voici un exemple clair qui m'est arrivé l'autre jour, alors que je nageais dans une piscine publique avec mon fils. Je portais un short, et la dame qui travaillait au club-house s'est approché de moi et m'a dit que je devrais porter des maillots de bain adéquats lorsque j'utilisais la piscine. Alors, j'ai essayé de lui expliquer que dans ma culture, les shorts sont considérés comme des maillots de bain adéquat et que la vue de mon gros et anormalement velu corps blanc et pâle serait sans doute beaucoup plus désagréable à tout le monde que mon short. Elle a répondu en disant dans un anglais simple "Oui, mais les Thaïlandais aiment être propre". C'est une indication claire qu'elle sent en quelque sorte que les étrangers ne sont pas particulièrement intéressés par l'hygiène personnelle?

La violence contre les étrangers est en hausse en Thaïlande. Il y a eu récemment des rapports d'attaques à l'acide ciblant des étrangers dans le métro de Bangkok. Ceci est une triste vérité comme quoi l'application de la loi locale n'enquête pas de façon normale dans les cas de crimes commis contre les étrangers. Apparemment, cela suggère qu'ils estiment que lorsqu'un étranger est battu, volé, violé ou même tué, ce n'est pas aussi important que pour un incident similaire impliquant une victime thaïlandaise. À Phuket, la mafia de taxi locale tabasse régulièrement les touristes étrangers qui se plaignent des prix élevés et les policiers ont officiellement affirmés qu'ils se feront un plaisir de servir de médiateur, afin de résoudre la situation. Les autorités refusent d'arrêter ces chauffeurs de taxi qui commettent des crimes contre les étrangers et se proposent de "parler pour eux" à la place [...]

Il y a bien pire que la façon dont laquelle certaines personnes perçoivent les touristes occidentaux, c'est celle de comment les Thaïlandais traitent les Birmans et les travailleurs migrants de toute l'Asie du Sud-Est. Ils sont souvent arrivés illégalement dans le pays grâce à des passeurs thaïlandais afin de travailler pour des travaux de construction que les Thaïlandais refusent de faire. La Thaïlande est dépendante de ces immigrés. En Thaïlande, la vie d'un travailleur birman vaut moins cher que celle d'un chien. La façon dont sont traités les Birmans est vraiment choquante. Lors d'un passage au bureau de l'immigration à Phuket, j'ai vu des dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants birmans transpirants dans des cellule en béton de 3 mètres sur 3, sans nourriture, ni eau, ni toilettes. Alors que la chaleur de la journée était très forte, il n'y avait même pas de ventilateur. Je me suis dit que si seulement les touristes pouvaient voir ce spectacle choquant… alors que diraient-ils sur le pays du sourire?

Un autre cas qui vient à l'esprit est celui d'un violeur en série à Phuket. Un Thaïlandais, originaire du coin et se présentant comme un agent de police, a enlevé plusieurs femmes népalaises et les a violé à plusieurs reprises. Les tribunaux ont refusé de le juger pour viol, en prétendant que les preuves suggéraient que les femmes n'avaient fait aucune tentative raisonnable pour échapper au violeur. La communauté népalaise a protesté en expliquant que les femmes croyaient que l'homme était un agent de police et que toute tentative pour lui échapper se traduirait par une peine plus sévère. Des histoires comme cela me font réaliser que mes expériences personnelles de racisme en Thaïlande font pâle figure en comparaison. Le fait est que ce sont des questions qui doivent être discutées. Tant que des gens croiront que la Thaïlande est vraiment le pays du sourire, il faudra leur dire que beaucoup de personnes ne sourient pas dans ce pays.

De nombreux thaïlandais admirent Hitler comme par exemple ce propriétaire d’un restaurant d’Ubon Ratchatani qui a décoré son établissement avec une variante du KFC.

De nombreux thaïlandais admirent Hitler comme par exemple ce propriétaire d’un restaurant d’Ubon Ratchatani qui a décoré son établissement avec une variante du KFC.

L’extrait du livre "Les Larmes de Bouddha" du Suisse Guido Franco qui a vécu plus de 20 ans en Thaïlande:

 

Farang, ou les perplexités d’un étranger

Tout Occidental qui arrive en Thaïlande y est et y restera farang. Ce nom lui collera a la peau, ce sera le premier qu'il réussira a reconnaître et qui lui indiquera que l'on parle de lui dans les conversations. Farang est la déformation de Faranset (Français) survivance de nos ambassades et de nos visées au royaume de Siam. De nos jours ce nom désigne généralement tout Occidental au long nez, a la peau pâle, et qui se promène dans une chambre avec des souliers. Quoi qu'il fasse, même s'il apprend le Thaï et vit depuis 20 ans dans le pays, le farang restera farang. Il doit s'habituer à cette singularité. Les Japonais ne sont pas farang, ils sont Yipoun. Les Arabes et les Indiens: Kêk, les Noirs: Niklrô.

Le mot farang n'implique aucune exclusion, aucun racisme. Tout simplement une fatalité. Il faut s'y résigner, accepter son sort avec calme, comme on accepte d'avoir le teint pale et un long nez. Réaliser aussi que les Thaïs ne sont heureux qu'entre eux, qu'ils nous considèrent, malgré tous les bienfaits que nous avons apportés dans le pays (fast-food, rock n' roll, tourisme sida, ect) comme des dinosaures. Nous ne savons pas "paï tiâo" (sortir pour s'amuser) nous déplaçons trop de vent, faisons trop de bruit. Nous ne savons pas ce qui est "Sanouk " (amusant, intéressant) et nous contentons de filles de troisieme catégorie. Nous ne nous inclinons pas devant les statues du Bouddha et les autels de l'Erawan, nous ne respectons pas les Pii (esprits) et montrons les choses du doigt comme si elles n'avaient pas d'âme.

Nous sommes a tous points de vue des sauvages, et si les Thaïs nous appellent malgré tout "khon" (êtres humains) et non "thoua" (animaux) c'est qu'ils sont d'une extrême politesse.

Mais qu'on ne s'y trompe pas quand on passe dans les villages, les mères rassurent les enfants effrayés: "farang mai kat" (le farang ne mord pas).

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires