Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 14:04

Un article de Kornkritch Somjittranukit

Lien:

http://www.prachatai.org/english/node/7034

 

Depuis son coup d’Etat de mai 2014, la junte militaire de Thaïlande recherche sans discontinuer Wuthipong Kachathamkun, également connu sous le nom de Ko Tee, un chef exilé des radicaux chemises rouges. La junte affirme qu'il serait impliqué dans un complot pour assassiner le chef de la junte. Mais qui est-il en réalité?

Le 18 mars, une force combinée de la police et de l'armée a fouillé neuf maisons et a arrêté neuf personnes impliquées dans un complot pour assassiner le chef de la junte, le général Prayut Chan-ocha. Les autorités ont confisqué des armes militaires dont des fusils M16, des lance-grenades M79 et leurs munitions, affirmant que certaines des armes auraient été volées aux soldats pendant les violences politiques d'avril à mai 2010.

Les autorités ont déclaré que les personnes arrêtées étaient liées à Ko Tee, un chef de la tendance dure des Chemises rouges, qui serait réfugié au Laos (NDT: ou au Cambodge selon d'autres sources). Le chef adjoint de la junte, le général Prawit Wongsuwan, a déclaré que la junte allait demander au gouvernement laotien de déporter Ko Tee en Thaïlande.

Un jour après le raid, Ko Tee a déclaré que les armes ne lui appartenaient pas et que l'opération avait été une "mise en scène" des autorités afin de dépeindre les Chemises rouges comme un groupe armé violent .

Même si la vérité n'est pas encore claire (NDT: bien qu'il y a beaucoup de chances que ce soit Ko Tee qui ait raison vu le nombre élevé de "mise en scène" faites par l'armée dans le passé), il est évident que Ko Tee est une véritable menace pour la junte à un niveau tel que même les dirigeants clés des Chemises rouges rejettent toute implication avec lui. Voici quelques raisons pour lesquelles il a été ciblé comme l'ennemi numéro un de la junte.

Ko Tee alias Wuthipong Kachathamkun

Ko Tee alias Wuthipong Kachathamkun

Un raid sur le Sommet de l'ASEAN en 2009

La première participation de Ko Tee à la politique thaïlandaise remonte au coup d'état de 2006. Il était alors un DJ de Red Guard Radio, une station de radio communautaire dans la province de Pathum Thani dirigée par le Front uni de la démocratie contre la dictature (UDD). Son rôle était de diffuser des nouvelles et des messages de l'UDD aux Chemises rouges locales.

Lorsque l'UDD a organisé une manifestation au cœur de Bangkok, Ko Tee a été nommé responsable de la sécurité sur le site de protestation et a ensuite formé son propre groupe indépendant nommé "Pathum Thani People Preserving Democracy".

Il a été un fer de lance dans le raid UDD lors du Sommet 2009 de l'ASEAN à Pattaya à l'époque ou le gouvernement non élu d'Abhisit Vejjajiva dirigeait le pays (NDT: Raid qui a eu lieu en représailles après une violente attaque de voyous chemises bleus pro-Abhisit contre la manifestation jusqu'alors pacifique des Chemises rouges au cour duquel nombres de ces derniers ont été blessés). Le raid a forcé le gouvernement à annuler brusquement la rencontre, un coup sérieux au prestige international d'Abhisit. Le groupe de Ko Tee a commencé à être considéré comme des Chemises rouges de tendance dure.

Raid des Chemises rouges sur le Sommet de l'ASEAN en 2009 à l'hôtel Royal Cliff Beach, Pattaya

Raid des Chemises rouges sur le Sommet de l'ASEAN en 2009 à l'hôtel Royal Cliff Beach, Pattaya

Confrontation avec l'armée

Peu avant la répression contre les protestations des Chemises rouges en 2010, les militaires, sur ordre du gouvernement Abhisit, ont saisi la station satellite THAICOM à Pathum Thani pour tenter de fermer les chaînes de télévision des Chemises rouges. Ko Tee a mené plus de 10,000 manifestants pour réclamer la réouverture de la station, ce qui a conduit à un clash avec l'armée. Le groupe de Ko Tee a d'abord réussi à expulser l'armée, mais a finalement reculé.

Les chemises rouges échouent face aux autorités occupant la station satellite

Les chemises rouges échouent face aux autorités occupant la station satellite

Bataille sanglante avec les émeutiers anti-élection du PDRC

En 2014, le Comité pour une réforme démocratique populaire (PDRC) anti-élections a saisi le bureau de vote du district de Lak Si pour perturber les élections du 2 février, ce qui a entraîné un violent coup de force avec Ko Tee et ses partisans de Pathum Thani. Des tirs sont partis des deux côtés (bien que les militants du PDRC soient bien plus armés que les Chemises rouges qui ne disposaient tout au plus que d'un ou deux pistolets). L'incident a entraîné un mort (parmi les Chemises rouges) et plusieurs blessés (tous chemises rouges).

Des émeutiers du PDRC tirent sur le groupe de Ko Tee

Des émeutiers du PDRC tirent sur le groupe de Ko Tee

Ko Tee s'en prend aux juges constitutionnels

En Thaïlande, les pénalités pour outrage au tribunal sont particulièrement sévères. Un groupe de militants a récemment été poursuivi pour avoir demandé la libération d'un suspect de lèse majesté. Cela, cependant, n'est pas un problème pour Ko Tee.

En 2012, la Cour constitutionnelle a accepté une affaire de corruption (montée de toute pièce) contre Yingluck Shinawatra au sujet de la politique de subvention des riziculteurs. Ko Tee a mené 30 manifestants devant le tribunal pour expulser les neuf juges de la Cour constitutionnelle, arguant qu'ils étaient illégitimes puisqu'ils avaient été nommés par le régime de la junte militaire de 2006.

Ko Tee a apporté avec lui neuf cercueils avec des photos des neuf juges sur eux. Il les a brûlés devant le bâtiment de la cour, puis a dissous la protestation.

Inculpé de lèse majesté

En 2014, la police a émis un mandat d'arrêt contre Ko Tee après qu'il ait été accusé de diffamation contre la monarchie dans une interview accordée à Vice News. Quelques semaines plus tard, les membres du Club "Love the King" de Phetchaburi, Chaiyaphum, Nakhon Ratchasima, Nakhon Sawan, Khon Kaen, Maha Sarakham et Ubon Ratchathani ont déposé une plainte pour lèse majesté contre lui pour des raisons similaires.

Il a depuis fui le pays. Il dirige toujours ses émissions de radio à partir d'un emplacement non divulgué sur une chaîne YouTube.

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires