Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 16:56

Selon le journaliste Nirmal Ghosh, voici trois scénarios possibles:
SCÉNARIO UN
L'élection a bien lieu le 2 février, boycottée par le Parti Démocrate et son allié, le Comité de Réforme Démocratique et Populaire (PDRC), qui essayent de faire dérailler le processus et forcer la Première ministre Yingluck Shinawatra à démissionner, ainsi que le clan Shinawatra à abandonner la politique. Il se produit de violentes émeutes.
Compte tenu de l'absence d'opposition sérieuse, le Parti Pua Thai de Mme Yingluck sort vainqueur, porté par les votes du nord et du nord-est rural.

À ce stade, le Pua Thai sera peut être incapable de former un Parlement car au moins 28 circonscriptions du sud, le bastion du Parti Démocrate, n'ont aucun candidat enregistré. C'est parce que les militants du PDRC ont bloqués les lieux d'enregistrement. Le PDRC est, en effet, l’aile de la rue du Parti Démocrate.
Pour ouvrir le Parlement, 475 sièges au minimum sont requis sur les 500 sièges que compte la Chambre.
Selon la loi, trois tours d'élections doivent être organisées pour pourvoir les sièges manquants. Mais dans le climat politique actuel, aucun analyste n'est à même de deviner le succès de l'élection qui devrait être effectué par une Commission électorale réticente.
Le gouvernement de transition devra continuer à travailler, mais se trouvera dans une position de plus en plus intenable sans mandat légal clair.
SCÉNARIO DEUX
L’élection est reportée, ce qui serait susceptible de provoquer la colère des pro-gouvernementaux "chemises rouges" qui verraient cela comme une subversion de la démocratie.
D'autres Thaïlandais, qui soutiennent une élection mais pas nécessairement le gouvernement, seraient également consternés.
À Bangkok et dans le sud, le PDRC continue de protester tant que Yingluck reste Première ministre par intérim.
Pourtant, la demande du PDRC (mise en place d' un "conseil du peuple" non élu chargé de diriger le pays et adopter à toute vapeur des réformes radicales avant de permettre un retour à la démocratie électorale) a peu de chance d'aboutir car elle est inconstitutionnelle.
Ce conseil devrait bénéficier d'une approbation royale pour pouvoir être mis en place. "Il sera très difficile de le faire sans la bénédiction du roi", a déclaré un haut responsable politique qui a demandé à ne pas être nommé.
Le risque d'affrontements entre groupes pro et anti gouvernementaux augmentera.
Ceci, à son tour, rendra plus probable l'intervention de l'armée pour réprimer la violence.
L'intervention de l'armée sera vue par les chemises rouges comme un complot des élites de Bangkok.
SCÉNARIO TROIS
Le gouvernement est renversé avant l'élection le 2 février. Il y a une bonne possibilité que, dans cette période intérimaire de confusion et de controverse, Yingluck soit disqualifiée par des agences indépendantes comme la Cour de justice. Si c'est le cas, on peut alors s'attendre à une forte réaction des Chemises rouges."
Cela amènerait aussi inévitablement l'armée à se saisir du pouvoir au nom de la sécurité et de la stabilité.

Source:
http://www.stasiareport.com/the-big-story/asia-report/thailand/story/3-possible-scenarios-political-crisis-thailand-20140123

 

1491761 10202995495676918 1778571408 n 

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires