Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 13:13

Un article de Pravit Rojanaphruk du journal The Nation

Liens de l'article:

http://www.nationmultimedia.com/politics/Thai-Buddhism-Much-deeper-things-have-gone-wrong-30210084.html

et

http://www.prachatai.com/english/node/364


Des semaines de première page dans les journaux parlant des scandales impliquant le moine bouddhiste Luang Pu Nenkham ont laissé de nombreux Thaïlandais dans la consternation et l’incrédulité alors que des détails plus sordides sur le moine jet-set émergent, impliquant de la drogue, des richesses incalculables, un style de vie somptueux et des relations sexuelles avec des jeunes filles mineures.
De même, la décision soudaine du moine japonais basé en Thaïlande, Phra Ajan Mitsuo Gavesako, bien connu pour ses prédications qui enseignaient les vertus de la chasteté, de se défroquer et de se marier presque instantanément avec une de ses groupies thaïlandaises a choqué beaucoup de ses disciples.

Face à ces révélations, de nombreux Thaïlandais se demandent: Qu'est-ce qui a mal tourné avec le bouddhisme thaï?

Ces déceptions dramatiques sont néanmoins presque insignifiantes par rapport à d'autres aspects de l'échec collectif du bouddhisme en Thaïlande. On peut se rendre compte, par exemple, combien il est dérangeant de réaliser que les moines, ainsi que les laïcs thaïlandais, sont muets sur la propagation de la haine et de l'islamophobie prônées par les moines bouddhistes et les laïcs dans un pays voisin, le Myanmar (Birmanie), un pays qui est aussi soi-disant majoritairement bouddhiste.

C'est une déception beaucoup plus grande que celle que les deux bonzes, Luang Pu Nenkham et Phra Ajan Mitsuo, ne pourraient jamais nous apporter, et il est encore plus décevant de constater que les moines thaïlandais et laïcs bouddhistes, et même les médias en général, se refusent de reconnaître notre échec collectif en tant que bouddhistes à tenter de prévenir ou d'atténuer l'exacerbation de la haine contre les musulmans, en envoyant par exemple un message fort à nos compatriotes bouddhistes du Myanmar pour qu'ils cessent leurs prédications haineuses. Malheureusement, pour les moines bouddhistes thaïlandais et les gens ordinaires, ce n'est même pas un problème.

Si vous pensez que c'est "trop demander" que d'attendre que les moines thaïlandais et les laïcs s'intéressent à l'état du bouddhisme en Birmanie et au sort des Rohingyas et des autres musulmans, penchons-nous sur la question de combien de temples en Thaïlande sont inutilement et richement construit dans les communautés les plus pauvres à l'intérieur du pays. Cet argent pourrait aider à construire un hôpital, une école, une bibliothèque ou même une coopérative agricole, mais il va plutôt dans la construction et l'entretien de temples grandioses, hors de prix et plein de fantaisie mais rien n'est fait pour condamner cela, contrairement aux modes de vie fantaisistes de moines comme Luang Pu Nenkham.

De nombreux bouddhistes thaïlandais sont aussi profondément ancrés dans l'habitude de donner de l'argent pour la construction de gigantesques statues de Bouddha ou de moines vénérables, malgré le fait que n'importe quel bouddhiste bien éduqué devrait être pleinement conscient que le Bouddha historique a interdit la fabrication de statues de Bouddha pour le culte.

Ensuite, il y a la croyance répandue dans les prières pour la santé, la richesse, et ce que vous voulez à partir du moment ou l’on vénère les moines, les statues de Bouddha, les statues hindoues, les amulettes bouddhistes et hindouistes fabriquées par ceux qui sont censés être des bouddhistes. Tant pis si le Bouddha lui-même a dit qu’il fallait dépendre de soi-même et pas des autres.

Une telle pratique n'est pas seulement non bouddhiste dans sa réflexion, mais constitue également l'une des racines d'une culture de corruption dans laquelle les gens promettent toujours de donner quelque chose en retour si et quand leurs vœux sont exaucés. Pourtant, ceux qui crient si fort contre la corruption, ne parviennent pas à voir le lien sur la façon dont la culture quotidienne de la corruption est profondément propagée et entretenue par les pratiques de ces soi-disant "bouddhistes".

Une dernière mais importante conclusion, c'est l'incapacité de nombreux moines thaïlandais et de laïcs à embrasser l'enseignement du Bouddha, qui préconise de pardonner et de s'abstenir de se venger, qui est aussi en cause. Beaucoup de moines et de Thaïlandais ordinaires soutiennent encore la peine de mort comme la forme ultime de vengeance et de punition pour les crimes hideux, malgré le fait que le Seigneur Bouddha ait précisé clairement que la vengeance n'a aucun rôle dans sa foi. Les militants opposés à la peine capitale ont pu constater qu'un des obstacles majeurs à l'abolition de la peine de mort venait des moines bouddhistes qui voient l'exécution des criminels comme un droit naturel.

Et donc, je me moque de la petite farce entourant des moines comme Luang Pu Nenkham. Un jet privé, une limousine, ou des rapports sexuels présumés dans un cimetière, ne me choquent pas tant que cela. Ce qui me choque le plus, c'est notre échec collectif, en tant que société, d'assumer nos devoirs de bouddhistes.

 

Légende de la photo ci-dessous: "Pourquoi aller ailleurs ? Venez donc me voir si vous avez besoin d'un prêt."

 

BonzeSisaket

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires