Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 19:27

Surachai Sa-Darn (Surachai Danwattananusorn), et Giles Ji Ungpakorn, une étrange relation

Quand Surachai a été arrêté, le 22 fevrier 2011, Giles a écrit un étrange article le condamnant et le traitant de bouffon. Surachai est maoïste et Giles est trotskyste. Est-ce la rivalité entre ces deux tendances du communisme qui aurait inspiré cet article... Lisez donc l’artcle de Giles Ji Ungpakorn écrit en Mars 2011 peu apres l’arrestation de Surachai :

L'étrange affaire de Surachai Sa-Darn

Lien de l'article de Giles Ji Ungpakorn: http://redthaisocialist.com/francais/120-letrange-affaire-de-surachai-sa-darn-.html


Surachai Sa-Darn est la dernière victime de la draconienne et ridicule loi de lèse-majesté thaïlandaise. Il ne devrait pas être en prison pour avoir exprimé son point de vue. De même que Da Torpedo ou Red Eagle ne devraient pas l'être et Jiranut, la webmaster de Prachatai, ne devrait pas être jugée pour ne pas avoir supprimé les commentaires d'autres personnes assez rapidement. Il y a des centaines de personnes qui sont en prison ou qui souffrent à cause de la loi de lèse-majesté en Thaïlande et il y a des centaines de Chemises rouges qui sont encore en prison pour avoir exigé la démocratie. En attendant, le Premier ministre thaïlandais, divers ministres du gouvernement et les généraux, qui ont tous ordonné le massacre de 90 chemises rouges pro-démocratique non armés, ne sont pas en prison.
Pourtant le cas de Surachai n'est pas simple. Il semble refuser la liberté sous caution afin de faire un point politique sur la lèse-majesté. Tout le pouvoir à lui. Pourtant, il n'a jamais fait partie de la campagne pour libérer Da Torpedo ou Red Eagle. Ce qui est scandaleux, cependant, c'est l'affirmation par Surachai et Jakrapop, les leaders autoproclamés du mouvement Siam Rouge, comme quoi les dirigeants de l'UDD "auraient conclu un marché" avec la junte pour échanger leurs 8 chefs emprisonnés contre Surachai. Malheureusement Jim Taylor, dans un article publié par New Mandala, semble croire à ces balivernes (http://asiapacific.anu.edu.au/newmandala/2011/02/25/where-to-now-for-the-udd/)

L'idée que ces 8 dirigeants de l'UDD, représentants d'un mouvement de masse qui se chiffre en millions, puissent être "échangé" contre Surachai qui dirige un mouvement de pas plus de quelques milliers de personnes, est ridicule. Mais c'est aussi plus que cela. C'est une désinformation empoisonnée et elle doit être condamnée.
Les dirigeants de l'UDD qui sont maintenant en liberté sous caution affirment qu'ils veulent que tous les prisonniers chemises rouges soient libérés. Ils n'ont pas tourné le dos aux autres détenus politiques. Il est clair qu'ils ont été libérés sous caution dans le but d'ouvrir la voie à des élections plus tard dans l'année. Ces élections seront "organisées" par le Parti Démocrate de diverses manières (voir mon article "Les étapes pour tricher aux élections": http://redthaisocialist.com/english-article/54-thai-political-crisis/79-thailand-steps-to-cheat-in-the-election.html ou les articles similaires du site "Political Prisoners in Thailand").
Malheureusement, Surachai est un charlatan. Il porte une casquette avec une étoile rouge pour lui donner une crédibilité révolutionnaire qui lui viendrait de ses jours passés dans le Parti Communiste. Il a accusé Tida, la dirigeante de l'UDD, de ne pas avoir été une vraie révolutionnaire, lorsqu'elle faisait partie du PCT (Parti Communiste de Thaïlande). En 2008, il a affirmé qu'il avait recruté des combattants pour une insurrection armée. Cette déclaration a maintenant été commodément oublié. Il a refusé de soutenir les manifestations de masse chemises rouges en mai 2010 et a ouvertement critiqué les protestations ainsi que les dirigeants de l'UDD dans la presse destinée au grand public au moment où les militaires tuaient des civils chemise rouge. Il a officiellement déclaré que les Chemises rouges ne devraient pas s'opposer à un futur coup d'Etat militaire. Dans une récente interview à la radio, en janvier 2011, il a expliqué "que le mouvement de masse ne pourrait jamais gagner et qu'il était nécessaire pour les Chemises rouges de faire alliance avec Taksin parce que ce dernier avait de l'argent et que les Chemises rouges ne pourrait pas gagner sans son argent. Il a poursuivi en déclarant que Taksin voulait une "révolution bourgeoise contre le féodalisme thaï", qui selon lui, s'apparenterait à la Révolution anglaise de 1640. Il a affirmé que "le peuple" et Siam Rouge, cependant, voulait une "révolution démocratique et libérale", qui selon lui, serait similaire à la Révolution française de 1789, car elle a abolie la monarchie!
Les dirigeants de l'UDD n'ont jamais prétendu être des révolutionnaires et qu'ils se gardent pour des raisons évidentes, d'appeler à une république. Nous ne devons pas oublier que la junte a tenté de justifier les assassinats de 2010 en prétendant que les Chemises rouges voulaient une république. Mais le fait que les dirigeants de l'UDD ne soient pas des révolutionnaires ne signifie pas qu'ils travaillent pour la junte ou le roi. Les révolutionnaires qui veulent mettre un terme à la dictature en Thaïlande ont besoin de travailler avec les réformateurs et surtout avec le mouvement de masse afin d'essayer de le pousser à des demandes plus radicales.
Aussi bien Surachai que Chupong (qui diffuse via les États-Unis) passent leur temps à répéter maintes et maintes fois que le roi est tout-puissant et il peut tout ordonner à l'armée et à la magistrature. Surachai soutient que la Thaïlande n'est pas une dictature militaire, mais qu'elle est gouvernée par le roi. Chupong vient de la tradition Prasert Sapsuntorn qui s'est séparée du PCT pour coopérer avec l'armée durant la guerre froide. Son groupe utilise des mots de gauche, mais a soutenu la monarchie et a contribué à briser des grèves auparavant. Ni Surachai ni Chupong ne critiquent l'armée de même qu'ils ne la voient pas comme une menace pour la démocratie. Tout ce qu'ils peuvent dire, c'est que l'on espère que le roi reviendra à "la raison" et accordera la démocratie aux Thaïlandais, comme la monarchie l'aurait fait au Bhoutan (!) Ils n'ont rien à dire au sujet de revendications concrètes sur lesquelles les Chemises rouges devraient se mobiliser afin de ne pas être piégé par la prochaine élection. Ces revendications comprennent une réforme en profondeur de l'armée et du pouvoir judiciaire, la libération de tous les prisonniers politiques, l'exigence que ceux qui ont ordonné les massacres soient punis et également la mise en place d'un État-providence qui assurera la justice sociale. En bref, Surachai et Chupong sont des charlatans qui jouent aux révolutionnaires. Mais, néanmoins, les charlatans ne devraient pas être emprisonnés.

 

Photo ci dessous: Surachai Sae Darn, une photo prise par l'auteur de ce blog

 

Surachai

 

Photo ci dessous: Giles Ji Ungpakorn

 

giles

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires