Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 11:17

Un article d'Andrew Spooner

Lien de l'article:

http://asiaprovocateur.blogspot.co.uk/2014/03/the-insidious-and-dangerous-neutrality.html


"Or, quand un journaliste occidental nous interroge, c’est rarement pour nous rendre service. Dans la guerre d’Algérie, par exemple, les reporters français les plus libéraux n’ont pas cessé d’utiliser des épithètes ambiguës pour caractériser notre lutte. Quand on leur en fait le reproche, ils répondent en toute bonne foi qu’ils sont objectifs. Pour le colonisé, l’objectivité est toujours dirigée contre lui". - Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre (téléchargeable en PDF sur le lien suivant:

http://sciencepoparis8.hautetfort.com/media/02/01/2897114115.pdf)

 


Il y a quelque chose d'insidieux à propos du Foreign Correspondent Club de Bangkok en Thaïlande. Avec ses fausses allégations de "neutralité/objectivité" et son soutien tacite aux pires excès de l'établissement thaïlandais, il tente de créer un "consensus" autour de ce qui serait "acceptable" et du journalisme "de bonne foi".
En bref, le journalisme de "bonne foi" et "neutre" du FCCT, a accepté l'emprisonnement de journalistes et de militants thaïlandais en vertu du droit de lèse-majesté draconienne de Thaïlande, comme Somyot Prusakasemsuk et Daranee Charnchoengsilpakul, sans même élever la voix. Bien sûr, cette acceptation de l'une des formes les plus brutales de répression dans l'arsenal de l'établissement thaïlandais est très très loin d'être neutre. En fait, il soutient cette répression et se range du côté des forces puissantes qui mettent en œuvre les résultats vicieux de cette loi.
Pourtant, tandis que la neutralité du FCCT est à la fois fausse et éthiquement suspecte, son raisonnement pour la proclamer est dangereux et, en fait, une attaque directe contre la liberté de la presse thaïlandaise et des médias.
La raison pour laquelle Somyot et Daranee ont été abandonnés par le FCCT est parce qu'ils n'étaient pas considérés comme "de bonne foi" ou des journalistes "neutres". Ils ne sont pas considérés comme "neutre" parce qu'ils soutenaient des opinions qui étaient anti-établissement et donc, selon le FCCT, ils ne sont plus considérés comme des journalistes "de bonne foi".
La fausse position neutre du FCCT n'a rien à voir avec le journalisme ou une presse libre.
Une presse libre soutient une gamme diversifiée et pluraliste d'opinions, de positions et de politique.
Une presse libre tient les puissants pour compte et lance des défis à la domination.
Elle ne se cache pas derrière la "neutralité" lorsque les libertés de la presse sont menacées d'une façon draconienne comme elles le sont en Thaïlande. Elle prend une position de principe.
Quant à la "neutralité politique" comme étant une condition nécessaire pour un "journalisme de bonne foi", qu'est-ce que ça veut dire?
Un des plus grands journalistes et écrivains du 20ème siècle, George Orwell, était très loin d'être "politiquement neutre" et a même pris les armes pour combattre les fascistes en Espagne (en 1936).
Si Orwell avait travaillé en Thaïlande aujourd'hui et aurait eu le malheur d'être emprisonné, les journalistes "neutres" du FCCT l'auraient abandonné à son sort et prétendu, sans aucun doute, que M. Orwell n'était pas "de bonne foi" parce qu'il avait osé exprimer ses convictions politiques.
Selon le FCCT, avoir et exprimer un point de vue politique signifie que vous n'êtes plus un journaliste de "bonne foi" et, par conséquent, l'établissement est libre de faire ce qu'il veut avec vous.
Et il y a pire. Ces jours-ci les journalistes et les membres du FCCT passent leur temps à attaquer les blogueurs, écrivains et commentateurs qui suggèrent que l'établissement thaïlandais devrait être tenu de rendre des comptes. Des membres bien connus du FCCT, y compris parmi la direction, ont ouvertement embrassé des expatriés racistes connectés à l'armée thaïlandaise sur les médias sociaux, en refusant à brûle-pourpoint de condamner des activités qui incluaient le harcèlement des membres de la famille de journalistes et commentateurs non-"approuvé" par le FCCT.
La campagne d'intimidation et de harcèlement contre les voix dissidentes engagée par les membres du FCCT dans les médias sociaux et la fermeture du débat à un ensemble restreint de vues "approuvée" et "de bonne foi" montre combien peu les membres et la direction du FCCT comprennent ce la liberté d'expression signifie réellement.
Il n'y a pas de pluralisme ou d'alternative au FCCT. Il y a seulement la "neutralité" ce qui, au regard de certaines des pires lois de censure au monde, ne peut être considéré que comme de la connivence.

 

 

Photo ci-dessous: George Orwell

GOrwell.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires