Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 17:35

Un article de Pravit Rojanaphruk

 

Lien de l'article en anglais:

http://www.nationmultimedia.com/politics/Somyos-face-of-free-speech-group-30203944.html


Les dirigeants du groupe des "gens sans visage" n'ont jamais rencontré le condamné pour lèse-majesté Somyot Prueksakasemsuk. Mais troublé par le sort de l'ancien rédacteur en chef emprisonné de la défunte revue "Voice of Taksin" et par l'interdiction de lire des documents critiques envers l'institution de la monarchie, ils ont décidé d'enfiler des masques de Somyot en public.

Le groupe, composé d’une dizaine de membres, a été repéré trois fois lors de la récente "Foire Nationale du Livre" au "Queen Sirikit Convention Centre", causant tout un émoi.

"Nous avons vu la promotion de Bangkok comme capitale mondiale du livre cette année. Mais comment pouvons-nous être une capitale mondiale du livre quand les gens sont interdits de lecture? Des gens ont été emprisonnés pour avoir publié des livres, et nous devrions être une capitale mondiale du livre?" a demandé Wirapa Angkoontassaniyarat, une dirigeante des "gens sans visage" et ancienne écrivain dans un grand magazine mensuel.

Un autre membre clé du groupe, un homme qui a demandé à être appelé seulement comme "Uan", a déclaré que la formation d'un tel groupe était un moyen commode pour s'opposer à la loi de lèse-majesté, qui conduit à un emprisonnement maximal de 15 ans. Il a dit qu'il n'avait pas l'intention de rendre visite à Somyot, qui a été condamné à 10 ans suite à la publication par sa revue de deux articles jugés offensants pour la monarchie, mais qui auraient été rédigés par l'ancien ministre Jakrapob Penkair.

"Lek", une femme de 33 ans, est le troisième membre clé du groupe, et a également demandé que son identité ne soit pas révélée. Elle a dit qu'elle aurait fait la même chose si quelqu'un d'autre devait être emprisonné pour avoir simplement été l'éditeur d'une publication. "Nous voulons juste avoir la liberté de lire", a déclaré Lek.

Wirapa a expliqué que les sept volontaires s'étaient réunis après avoir médiatisés leurs activités sur Facebook. Sentant la colère croissante parmi les gens de divers horizons qui ont rejoint les protestations, elle a averti que de tels mouvements pourraient croître aussi longtemps que les Thaïlandais ne jouiraient pas de la liberté de lire des publications critique envers la monarchie. "Si vous bloquez l'information, les choses vont entrer dans la clandestinité et créer un fossé encore plus large dans la société", a-t-elle prédit.

Photo ci-dessous: lors d'une récente manifestation, des Thaïlandais ont réclamés le droit à la liberté de parole

 

DSC09951

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires